Page complète du livre audio gratuit :


JEROME K. JEROME – Trois Hommes dans un bateau (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 6h 27min | Genre : Romans


Trois hommes dans un bateau

Présenter le roman le plus désopilant du monde ? Allons…

Le (presque) début : « J’ai toujours en mémoire cette visite faite un jour au British Muséum. Je voulais me renseigner sur le traitement d’une légère indisposition dont j’étais plus ou moins atteint – c’était, je crois, le rhume des foins. Je consultai un dictionnaire médical et lus tout le chapitre qui me concernait. Puis, sans y penser, je me mis à tourner les pages d’un doigt machinal et à étudier d’un œil indolent les maladies, en général. J’ai oublié le nom de la première sur laquelle je tombai – c’était en tout cas un mal terrible et dévastateur – mais, avant même d’avoir lu la moitié des « symptômes prémonitoires », il m’apparut évident que j’en souffrais bel et bien. Un instant, je restai glacé d’horreur. Puis, dans un état de profonde affliction, je me remis à tourner les pages. J’arrivai à la fièvre typhoïde… m’informai des symptômes… et découvris que j’avais la fièvre typhoïde, que je devais l’avoir depuis des mois sans le savoir. Me demandant ce que je pouvais bien avoir encore, j’arrivai à la danse de Saint-Guy… et découvris – comme je m’y attendais – que j’en souffrais aussi. Je commençai à trouver mon cas intéressant et, déterminé à boire la coupe jusqu’à la lie, je repris depuis le début par ordre alphabétique… pour apprendre que j’avais contracté l’alopécie et que la période aiguë se déclarerait dans une quinzaine environ. Le mal de Bright – je fus soulagé de le constater – je n’en souffrais que sous une forme bénigne, et pourrais vivre encore des années. Le choléra, je l’avais, avec des complications graves. Quant à la diphtérie, il ne faisait aucun doute que j’en étais atteint depuis la naissance. Consciencieux, je persévérai tout au long des vingt-six lettres de l’alphabet et, pour finir, il s’avéra que la seule maladie me manquant était bel et bien l’hydarthrose des femmes de chambre. »

Traduction : Déodat Serval (pseudonyme de Théo Varlet, 1878-1938).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Trois Hommes dans un bateau.zip



> Remarque
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Humour, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 4 293 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

18 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. janjira gardner le 30 juin 2018

    Le plus désopilant du monde ?

    อาจจะใช่คะ

  2. DanielLuttringer le 30 juin 2018

    En Thaïlande, je ne suis pas sûr…

  3. THEVENIN le 2 juillet 2018

    A pleurer de rire !

  4. DanielLuttringer le 2 juillet 2018

    J’ai mis un peu plus longtemps pour l’enregistrer,Thévenin, le rire me montant perpétuellement à la gorge…

  5. Catherine le 13 juillet 2018

    Ah, si seulement les « humoristes » du vingt et unième siècle pouvaient connaître cet auteur et par là même découvrir que humour ne rime pas avec vulgarité !! C’est drôle, subtil et truculent à la fois,j’ai passé un délicieux moment qui m’a mis en appétit pour écouter d’une oreille frissonnante de plaisir tous les autres « méfaits » de ce brillant laron de la littérature anglo saxonne #English groupie 😁 mention spéciale au récitant, décidément le meilleur…#grossefayotte😂

  6. DanielLuttringer le 13 juillet 2018

    Si je vous disais, Catherine, que la 1° partie du Docteur Thorne sera en ligne probablement le 20 juillet au soir ?

  7. Catherine le 13 juillet 2018

    Arrrgggghhhhh..vous répondrai je !!! Je suis en train de le lire !! A quel cruel dilemme me voilà confrontée à présent! Écouter ou lire, il va me falloir choisir,enfer et damnation 😂!!…je vais le finir quand même (et toc !), mais bon…je prendrai surement plaisir à l’écouter dans quelque temps: avec les grèves dans les transports en commun, ce ne seront pas les occasions qui vont me manquer 😏!

  8. DanielLuttringer le 14 juillet 2018

    Il ne peut y avoir de dilemme, Catherine, d’abord parce qu’il faudra patienter pour avoir les 3 parties, ensuite et surtout parce que vous êtes en train de lire la traduction (plus) nouvelle d’Alain Jumeau.
    La version que j’enregistre est l’originale parue dans la Revue britannique en 1863.
    Il sera intéressant de comparer et vous serez autorisée (!) à nous faire un (mini) commentaire !

  9. Valérie le 17 janvier 2019

    Merci

  10. DanielLuttringer le 17 janvier 2019

    Mais oui, sobre, Valérie !

  11. Marjolaine le 6 avril 2019

    Je vais prendre exemple sur la sobriété de Valérie ( si possible ) Merci de m’avoir permis de découvrir ce que je ne connaissais que de réputation ou par quelques extraits. Étonnant !

  12. DanielLuttringer le 7 avril 2019

    Je pense qu’on peut le lire (ou l’écouter) en extraits : chaque fois on est devant de petits tableaux finis, toujours hilarants !

  13. PATSY le 11 juin 2019

    merci beaucoup daniel votre façon de lire et votre voix sont excellents! j’ai vraiment adoré de vous écouter et à transmettre aux amis

  14. DanielLuttringer le 11 juin 2019

    Je partage, tu partages, il partage, nous partageons…
    Merci à vous, Patsy !

  15. Manuel le 16 juin 2019

    Dit par vous c’est encore meilleur qu’à la lecture!
    Ce n’est pas peu dire!
    L’humour anglais semble avoir été inventé pour vous!
    Connaissez-vous P.G.Wodehouse?
    « mdr »

  16. DanielLuttringer le 16 juin 2019

    Well, off course, Manuel, I know him ! Créateur de l’impayable Jeeves, valet de chambre de cette nouille de Bertie !
    Hélas, Wodehouse ne sera pas dans le domaine public avant 2046… On prend rendez-vous ?

  17. Jean-Pierre Baillot le 16 juin 2019

    Personnellement, je ne prends pas rendez-vous car je serai trop occupé à cette époque… mais Wodehouse est, effectivement, formidable.

  18. DanielLuttringer le 16 juin 2019

    Impayable Jeeves certes, mais surtout impayable Jean-Pierre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.