Page complète du livre audio gratuit :


JOURDAIN, Stephen – Una, un amour philosophal

Donneur de voix : Vincent Planchon | Durée : 2h 15min | Genre : Philosophie


Soleil brulant

« Pour moi, le chant de la sirène, la dangereuse dérision, est l’injonction de la puissance concluante, l’aboiement des vérités, le prêche sentencieux des faits. Toutes ces sonorités sont réductibles à DONC – et c’est précisément de cette vanité dont je me… fous. »

Une promptitude céleste l’a traversé lors de sa seizième année, Stephen Jourdain en témoigne dans toute son œuvre écrite. Voix singulière, une âme évoque l’autre rivage avec fièvre et précision.
Se laisser dérouter par ce qu’il dit, ne pas savoir, s’étudier dans la commotion.

Una est le prénom d’une jeune femme. Il en a soixante quand ils se rencontrent.

Ce qu’il se passe lors d’une telle rencontre nous invite à écouter, au vif d’un mystère qu’il tâche d’élucider, l’honnête homme.

Avec l’aimable et gracieuse autorisation des Éditions du Relié.

Una, un amour philosophal.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Essais, Philosophie, ,

 

Page vue 8 352 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. michelle le 8 octobre 2013

    juste comme ça et surtout sans prétention et en plus je suis un peu pressée, je dois sortir; je relève vite ce que j’ai voulu noter comme ça, vers la fin de l’audition sur une enveloppe à portée de main.je dois réécouter la fin.
    Una apparait, c’est une apparition, comme un défi,
    (mineur à priori pour un être d’une telle envergure, animé d’un tel désir de liberté,je ferme parenthèse , elles encombrent toujours),
    Una est un défi
    Una est lui? (raccourci de vérité ?, comme dirait un thérapeute spirituel .Ce qui est sûrement prétentieux ou même inutile est la façon de lancer un telle phrase porteuse dont Stephen Jourdain connaît la teneur depuis si longtemps et si innocemment au milieu d’une relation amoureuse ou d’un sentiment d’amour si profond d’un homme pur une femme.c’est une sorte d’incantation ou une question que je pose à un guide spirituel.
    une souffrance naît si profonde,(si émouvante et merci de tant d’amour ,de cette « force » à partager)
    elle semble se manifester( même si on pressent comme nous l’a fait entrevoir à peine par ces mots si forts, Ste Thérèse D’Avila que: « l’amour est dur comme l’enfer »),comme celle d’être rejeté d’Eden, de « soi même?,de la réalité d’union avec
    son alter-égo, son féminin en lui ou le feminin?
    chagrin de la non-rencontre car elle n’a pu se muer en
    union véritable, secrète, vivante,réelle enfin comme le clair de lune, irréductible, sans mots ,sans explication, sans temps(ce ne sont que mes mots dont sans doute je me nourris ..; )
    chagrin de l’union sacrée?
    où es tu donc mon âme?allô mon coeur est là?
    qu’importe, je veux te suivre,dussé-je arracher toutes les larmes de ce pauvre moi qui souffre..
    chagrin de cet être humain qui suit un élan divin
    union sacrée ou pas je suis libre de suivre cet élan, quelle force me pousse? « je » n’y réfléchis pas, (moi: ) est- ce cet élan créateur?, est-ce aussi la revendication si humainement grande
    du libre choix d’aller au bout de l’expérience et pour ne pas se perdre, ou pour perdre quoi?
    …Una devient un ange déchu, dans l’écriture, ds les mots …
    je veux dire pour un tel homme si épris d’absolu, éveillé! et prêt à prendre des risques, Una est aussi un être en construction, comme tt un chacun à des niveaux différents, on peut le penser,
    j’écris bien sûr pour moi aussi, en tentant de communiquer..,
    l’ange déchu tombe sans doute de la lourdeur de la non-liberté, et c’est peut être vite dit, sans doute-
    …Una associée à l’obscurité
    Doit-on comprendre : »Et la lumière fut! », que tout l’espace est éclairé?,sans doute.
    J’ai envie de penser aux marches qu’il entreprend sur le sentier qu’il aime en pensant à Una, ou à ses envols vers elle, comme le mouvement de la Vie. Una est peut-être un voleuse parfois,en volant de la joie à autrui, on croît s’approprier je ne sais quel bien,qui devient un bien matériel, médiocre.
    Une question comme ça: Una est générée de l’espace?
    J’arrête ici mes »élucubrations sincères et je dois avouer que j’ai parfois,souvent, un esprit confus qui a beaucoup conceptualisé et le fait encore, la preuve-
    je viens de connaître Stephen Jourdain sur internet depuis 3 jours et c’est extraordinaire, impressionnant , (mot qu’ il explique bien), je suis touchée par la beauté de sa bonté qui parâit infinie ,merci pour cet amour de la vérité,

     » Mon dieu, comme je te regrette Una! » est pour moi la phrase sublime, j’ai hésité à utiliser le mot » phrase », elle a comme le parfum d’une réalité ultime ou d’un mouvement vers, ou pour encore me perdre ds mes mots: le chemin retrouvé vers la Beauté et qui n’a jamais été perdu surtout pour un tel être;
    Stephen Jourdain est aussi pour moi quelqu’un de très jeune,comme il l’explique un peu ou pas, si sincèrement.
    C’est pour cette fraîcheur si émouvante que de tout mon coeur je lui dis merci.
    Pour moi la relation amoureuse est la chose la plus magique offerte par les dieux aux êtres humains et de façon si joyeuse et si magique!
    pardon pour la longueur-j’habite dans un île de l’océan indien.
    encore merci ;Hari Om!

  2. Vincent le 22 octobre 2013

    Chère Madame, vous avez eu le mérite d’aller écouter ce texte et en cela merci à vous, car c’est une perle qui mérite l’écoute.

    Cela dit, s’il vous plait, relisez-vous avant d’éditer quoi que ce soit, vous êtes incompréhensible et rien ne passe de votre témoignage de lecture. Au nom de la clarté, simplifiez!

  3. Muders Michel le 12 juin 2015

    Écouter un livre est une autre façon de lire.
    J’ai 60 ans
    Qu’est-ce que l’espoir? Une transaction du rêve avec la réalite
    –una un amour philosophal–
    La perception érotique n’est pas une cogitatio qui vise un cogitatum; à travers un corps elle vise un autre corps, elle se fait dans le monde et non pas dans une conscience. Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 183

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.