Page complète du livre audio gratuit :


KARR, Alphonse – Histoire d’un voisin – Le Bal au cinquième étage

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


Alphonse Karr

« Je n’ai jamais bien compris l’inquiétude des voyageurs. Je n’ai jamais rien trouvé dans un pays, quelque lointain qu’il fût, dont on ne trouvât l’équivalent dans sa rue ; beaucoup de gens sont allés en Amérique pour voir des arbres, et à la Chine pour découvrir des hommes. La seule excuse des voyageurs d’aller si loin voir ce qu’ils verraient si bien de leur fenêtre, est que l’on ne pourrait mentir sur les choses qui sont sous les yeux de tout le monde. Le seul voyage sérieux et digne d’intérêt qui ait jamais été écrit est, sans contredit, Le Voyage autour de ma chambre. »

« Certes la jeunesse a aussi ses peines, et elles sont d’autant plus amères, qu’alors on se croit en droit de demander beaucoup à la vie ; qu’on prend ses désirs pour des promesses, ses espérances pour des valeurs qui doivent être remboursées un jour ; mais la jeunesse a tant de force et de vie, que ses peines ont du charme et de la poésie ; que vivre et sentir est pour elle une jouissance, semblable aux enfants dont le corps est sans cesse en mouvement, et qui se fatiguent volontairement plus qu’un forçat sous le bâton des gardes-chiourme. A tout prendre, c’est l’âge le plus heureux ; c’est celui où l’homme vit le plus à la fois. »

On retrouve dans Le Bal au cinquième étage une satire féroce des grisettes ; l’auteur de Les Femmes n’a pas perdu son esprit mordant !

Histoire d’un voisin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


Le Bal au cinquième étage.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter les versions textes de ce livre audio :  Histoire d’un voisin, Le Bal au cinquième étage.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 7 208 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Didier Guislain Pilette le 6 octobre 2011

    Merci M. Depasse.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.