Page complète du livre audio gratuit :


KOVALEVSKAIA, Sofia Vasilievna – Souvenirs d’enfance

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 8h 9min | Genre : Biographies


Sofia Vasilievna Kovalevskaia

Sofia Vasilievna Kovalevskaia, née à Moscou en 1850, et emportée par une pneumonie en 1891, fut une femme étonnante. Elle devint – sans avoir jamais fréquenté d’école – une mathématicienne de haut niveau et fut la première femme professeur d’université en Europe. Enseignant à l’Université de Stockholm, elle obtint en 1888 le Prix Bordin de l’Académie des Sciences de Paris. Aujourd’hui plusieurs prix scientifiques portent son nom, mais elle bien oubliée du grand public. Elle eut une vie mouvementée, et participa avec sa sœur Aniouta à la Commune de Paris.

Elle fut aussi une écrivaine de talent, comme en témoignent ses Souvenirs d’enfance, où elle décrit d’une plume alerte la vie quotidienne d’une famille de l’aristocratie, avec son père autoritaire, sa nombreuse domesticité, une sœur tendrement aimée, qui déclencha un drame en faisant publier clandestinement une nouvelle par Dostoïevski. Celui-ci deviendra pourtant un ami de la famille. Son caractère ombrageux et ses excentricités font l’objet du dernier et plus long chapitre des Souvenirs.

Bien qu’adulée comme savante, Sofia ne fut jamais très heureuse, tiraillée qu’elle était entre sa vocation de mathématicienne et son rêve inassouvi de bonheur en tant que femme. « Elle disait combien peu la vie, avec ses succès scientifiques stériles, la satisfaisait, combien elle aurait échangé toute la célébrité qu’elle s’était acquise, pour le sort de la femme la plus ordinaire » (Anne-Charlotte Leffler).

Traduction anonyme (1895).

> Écouter un extrait : Avant-propos.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Souvenirs d’enfance.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Biographies, , ,

 

Page vue 5 154 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. ceusette le 8 décembre 2017

    Étant admirateur de Dostoïevski à la base, je vous remercie pour la lecture des souvenirs de cette femme non moins passionnante et dont la vie pourrait faire l’objet d’un roman! Merci pour ce joli cadeau de noël à l’avance!

  2. André Rannou le 8 décembre 2017

    Ravi, ceusette, d’avoir pu vous offrir ce cadeau! J’ai découvert par hasard ces « Souvenirs d’enfance », dont la lecture m’a passionné. Je suis d’accord avec vous: le récit de la vie de Sofia Kovalekskaïa se lit comme comme un roman. Comment ne pas admirer son intelligence et son courage!

  3. Fred Radef le 8 décembre 2017

    Soit le Prix Bordin de l’Académie des Sciences de Paris lui a été remis à titre posthume, soit Sofia Vasilievna Kovalevskaia s’est réveillée d’entre les morts, puisqu’elle l’obtient 97 ans après son décès (et là c’est une coquille typographique),

    Merci pour votre site

  4. Lyse le 9 décembre 2017

    Cher monsieur Rannou,
    Quelle bonne idée que d’avoir enregistré ce texte !
    Je n’en suis qu’à la demie, mais je le trouve passionnant.
    Merci pour votre toujours impeccable travail. 😊

  5. Marie-Ange Bataillé le 10 décembre 2017

    Merci cher André, j’ai hâte d’entendre cette lecture. Cette Sofia, d’après ce que vous en dites et ce que je viens de lire sur Wikipedia, est une personnalité bien attachante. J’ai vu qu’elle avait fréquenté George Eliot lors de son séjour en Angleterre. »Les amis de mes amis sont mes amis » : de telles affinités avec un de mes écrivains préférés me la font aimer d’emblée!
    Merci pour cette belle découverte.
    Amitiés,
    Marie-Ange Bataillé

  6. André Rannou le 10 décembre 2017

    Je suis ravi de constater que cette lecture aura intéressé plusieurs d’entre vous. Vos commentaires me font vraiment plaisir et je vous en remercie de tout cœur.
    André Rannou

  7. Photine le 15 janvier 2018

    Merci de cette bonne et utile lecture ! J’ai apprécié en connaisseur la beauté de la traduction des souvenirs d’enfance.

  8. André le 15 janvier 2018

    Je vous remercie, Photine.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.