Page complète du livre audio gratuit :


LAFARGUE, Paul – La Religion du capital

Donneur de voix : HenKaiPan | Durée : 1h 33min| Genre : Société


La Religion du capital

« Nous sommes à un Congrès fictif du patronat. Les chefs de file de la bourgeoisie mondiale et leurs alliés cléricaux se sont réunis pour trouver une parade face à une menace : le mouvement ouvrier qui, bien que naissant, pourrait faire vaciller leur trône. Très vite s’impose la nécessité de doter le monde civilisé – pudique dénomination du capitalisme mondial – d’une nouvelle religion capable de rétablir l’ordre. Ce sera celle du Capital. Ce petit texte se lit comme une parodie de la financiarisation du monde et des licenciements de crise. »

Lire peut amener à « pleurer de rire ». Ici, notamment durant L’Ecclésiaste et les Maximes de la Sagesse Divine, le sarcasme intelligent et pétri de réalité de Paul Lafargue fait « rire de pleurer ».

132 ans se sont écoulés et le texte est toujours éminemment d’actualité.

Cet ouvrage n’est pas conceptuel ni d’un apport substantiel pour qui a déjà sérieusement lu Karl Marx – dont Lafargue a été le gendre et le proche collaborateur – mais il offre de savoureux moments de dérision récréatifs, sinon salutaires pour tous, « gilets jaunes », critiques radicaux et alii.

Bonne écoute à tous.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

La Religion du capital.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Essais, Société, ,

 

Page vue 989 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. françoise le 6 septembre 2019

    en voilà un excellent rappel de l’origine de notre société d’aujourd hui, « le bon plaisir du capital decide de qui travaillera et qui sera au chomage »
    et bien d’autres vérités qui sont bonnes à écouter !

  2. Georje le 11 septembre 2019

    Ce livre est incroyable, il fait froid dans le dos, merci à vous.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.