Page complète du livre audio gratuit :


LAS CASES, Emmanuel (de) – Mémorial de Sainte-Hélène (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : Gustave | Durée : 65h 31min | Genre : Histoire


Napoléon Ier dictant ses mémoires aux généraux Montholon et Gourgaud en présence du grand-maréchal Bertrand et du comte de Las Cases

Noble émigré rallié à l’Empire, Emmanuel de Las Cases (1766-1842) est fait chambellan et comte d’Empire. Resté fidèle à Napoléon, il l’accompagne à Sainte-Hélène, partageant son exil jusque fin 1816, où il est arrêté et renvoyé en Europe. Il fait office de secrétaire particulier de l’empereur déchu, notant leurs conversations, dont il compose plus tard, au château de Sohan, le Mémorial de Sainte-Hélène. Cet ouvrage de plus de 2000 pages est sans doute le meilleur témoignage sur la déchéance de Napoléon, mais surtout sur sa pensée, ou du moins de ce qu’il a voulu en laisser. Autorisé à rentrer en France après la mort de Napoléon, Las Cases publie le Mémorial en 1823 ; le succès de l’ouvrage est immense et fait la fortune à son auteur.

- Préambule, Chapitres 01 et 02
- Chapitres 03 et 04
- Chapitres 04 et 05
- Chapitres 06 et 07
- Chapitre 08
- Chapitres 09 et 10
- Chapitres 10 et 11
- Chapitres 12 à 14



> Références musicales :

Ludwig van Beethoven, Symphonie n°3 en mi majeur « Eroica », Op. 55-II. Marche funèbre (European Archive, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4, Tome 5, Tome 6, Tome 7, Tome 8.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Biographies, Histoire, , ,

 

Page vue 4 591 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. ceusette le 20 novembre 2017

    Merci pour cette lecture « monumentale » d’un document d’exception!

  2. Gauthier le 20 novembre 2017

    Bravo pour avoir mené ce projet à terme !
    cordialement
    Gauthier

  3. M. BATIER le 19 décembre 2017

    Encore merci pour ce récit et félicitations pour être
    arrivé au terme de ce monument.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.