Page complète du livre audio gratuit :


L’ENCYCLOPÉDIE – Jeux olympiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Histoire


Lutteurs

Quelques Olympiques de Pindare ont été lus sur ce site ; l’article de l’Encyclopédie consacré aux Jeux olympiques marquera la fin de ceux de cette année.

Nous en retiendrons ici quatre passages montrant les différences et les ressemblances entre les époques :

I. « Les athletes combattirent nus dans ces jeux, depuis la trente-deuxieme olympiade, où il arriva à un nommé Orcippus de perdre la victoire, parce que dans le fort du combat son caleçon s’étant dénoué, l’embarrassa de maniere à lui ôter la liberté des mouvemens. Ce reglement en exigea un autre : c’est qu’il fut défendu aux femmes & aux filles, sous peine de la vie, d’assister à ces jeux, & même de passer l’Alphée pendant tout le tems de leur celébration. »

II. « Il étoit aussi défendu aux athlètes, sous peine d’une amende considérable, d’user de la moindre fraude pour être déclaré vainqueur ; mais ni les lois, ni les peines ne sont pas toujours un frein capable de contenir l’ambition dans de justes bornes. Il y eut des supercheries, & la punition sévere qu’on en tira, n’empêcha pas qu’on ne retombât de tems en tems dans les mêmes fautes. »

III. « En effet, qui pourroit croire, si tant de monumens ne l’attestoient, que pour une couronne d’olivier, toute une nation se dévouât à des combats si pénibles & si hasardeux ? »

IV. « Le vainqueur retournoit-il dans sa ville, ses concitoyens venoient en foule au-devant de lui, & le recevoient avec l’appareil d’une espece de triomphe ; persuadés que la gloire dont il étoit couvert illustroit leur patrie, & rejaillissoit sur chacun d’eux. »

Jeux olympiques.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 5. XVIIIe siècle, Histoire, , , ,

 

Page vue 3 117 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.