Page complète du livre audio gratuit :


LITTRÉ, Émile – Pathologie verbale, ou Lésions de certains mots dans le cours de l’usage (Première Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Essais


Émile Littré

Dans ce long article Pathologie verbale, ou Lésions de certains mots dans le cours de l’usage (1880), Émile Littré soumet une centaine de mots à une analyse de l’évolution de leur sens depuis leur apparition jusqu’à leur emploi actuel. Beaucoup de surprises vous attendent.

Nous en lirons la plupart en suivant l’ordre alphabétique. Aujourd’hui :

Accoucher – Arriver – Artillerie – Assaisonner – Assassin – Avouer – Bondir – Charme – Chercher – Chère

Exemple : « ARTILLERIE – Ce mot est un exemple frappant de la force de la tradition dans la conservation des vieux mots, malgré le changement complet des objets auxquels ils s’appliquent. Dans artillerie, il n’est rien qui rappelle la poudre explosive et les armes à feu. Ce mot vient d’art, et ne signifie pas autre chose que objet d’art, et, en particulier, d’art mécanique. »

Accoucher – Arriver – Artillerie – Assaisonner – Assassin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


Avouer – Bondir – Charme – Chercher – Chère.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Essais, ,

 

Page vue 3 900 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. ahmed le 17 août 2016

    Bonsoir chère Depasse ,

    Merci de votre présence et j attends toujours vos lectures de l Encyclopédie que j aime bien écouter .
    Bonne soirée et pleine de santé .
    Bien cordialement,
    Ahmed

  2. Ahikar le 7 octobre 2016

    Merci cher René pour toutes ces pathologies verbales qui se dégustent comme des sucres d’orge ! :)

  3. René Depasse le 8 octobre 2016

    Cher Ahikar,quel jugement de connaisseur portez_vous sur L IDEE DE DIEU DANS LA PHILOSOPHIE RELIGIEUSE CHINOISE de Rosny?Merci d’éclairer le bon peuple de votre savoir sinisant(je n’ai pas dit sinique!)

  4. Ahikar le 9 octobre 2016

    Cher René,

    Accordez-moi juste quelque connaissance, cela me suffit. J’ai écouté avec attention l’ouvrage de Léon de Rosny. Je dois reconnaître qu’il me paraît bien dépassé, tout en étant assez représentatif de la façon de penser de certains savants du XIXe siècle. En effet, quel savant oserait aujourd’hui écrire que « l’esprit de Confucius était inapte à tout travail de spéculation intellectuelle et même d’exégèse et de critique », sans immédiatement être la risée de toute la communauté scientifique ! De la même manière, il critique vivement la traduction de Stanislas Julien du Tao-tö king, ce qui est tout de même un comble quand on sait que les traducteurs récents n’ont pas fait mieux ! Et pourquoi la critique-t-il ? Parce qu’il voulait absolument traduire « tao » par « Dieu », ce qu’aucun traducteur moderne n’oserait jamais faire. En fait, je vois très bien ce qu’il voulait faire en traduisant « tao » par « Dieu » : c’est accommoder le taoïsme à la sauce chrétienne pour conforter ses propres opinions. Aucun savant digne de ce nom ne procéderait ainsi aujourd’hui.

    Voilà cher René, ma réponse à votre question. J’espère qu’elle ne vous décevra pas trop.

    Amitiés, :)

    Ahikar

    (P.-S. – Je m’en retourne maintenant à la lecture d’un très bel ouvrage que m’a envoyé un auditeur.)

  5. René Depasse le 9 octobre 2016

    Merci,Ahikar,de m’apprendre qu’il ne faut pas traduire TAO par DIEU…j J’avais toujours cru le contraire et je ne suis peut-être pas le seul!

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.