Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'LUCIEN DE SAMOSATE - Éloge de la mouche' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Raffy le 12 mars 2018

    Merci pour ce beau texte, éloge paradoxal et surprenant, tellement renseigné et illustré de références littéraires.La voix est juste, adaptée, posée et donne au texte son envol… Marguerite Duras a aussi évoqué la mouche dans Écrire, passage fascinant au cours duquel la mouche qui se meurt lui renvoie l’image de sa propre présence. Merci pour ce moment !

  2. Ahikar le 12 mars 2018

    Merci, cher Alain, pour cette très belle lecture.

    Pour info, les Belles Lettres viennent d’éditer en un seul volume les Œuvres complètes de Lucien de Samosate, traduites par Anne-Marie Ozanam.

    https://www.lesbelleslettres.com/livre/3559-oeuvres-completes

    Avez-vous sur le métier un nouvel ouvrage ? Je suppose que depuis le très beau Javelot, le cheval de la mine, vous n’êtes pas resté sans taquiner la muse ! ;)

    Amitiés, :)

    Ahikar

  3. Alain Degandt le 13 mars 2018

    Merci Raffy pour votre aimable commentaire et les précisions qui l’accompagnent. Je n’ai découvert que très récemment, je l’avoue, Lucien de Samosate et ai été frappé par la modernité de son approche et de son style, plutôt « décalés », qui donnent au mot « satire » son sens premier de « mélange » (ou farcissure !). Le fait que ce petit texte vous ait évoqué spontanément un passage de l’oeuvre de Marguerite Duras, alors que de mon côté il m’ait plutôt évoqué un mélange entre la belle prose scientifique de J-H Fabre et la non moins belle prose fantaisiste d’Alexandre (le Grand !…) Vialatte, montre bien la singularité de cet auteur. Amitiés,
    ALAIN D.

  4. Alain Degandt le 13 mars 2018

    Merci, Cher Ahikar, pour votre très sympathique commentaire-clin d’oeil et pour votre coup de projecteur sur une édition récente des oeuvres de Lucien!
    Certes, depuis la publication de « Javelot, le cheval de la mine » je continue de taquiner la muse, et je continue surtout à prendre un grand plaisir à me laisser taquiner par elle… ! Mais hélas, je n’ai rien publié depuis ! En cause, non pas le syndrome de la page blanche, mais au contraire celui de… Ravaillac (!), écartelé que je suis entre tous les débuts d’ouvrages, petits et grands, qui sont sur le métier et qui me tirent à tour de rôle et à qui mieux mieux par la manche: « - Laisse tomber ça, viens plutôt t’occuper d’moi, ingrat ! Depuis l’temps que j’poireaute, t’as-t’y oublié qu’j'existe, ou quoi ? »… C’est l’enfer : un vrai concert de casseroles gémissantes, entre romans, essais, nouvelles, poèmes et chansons, c’est à qui tendra sa sébile de la façon la plus attendrissante, une vraie Cour des Miracles !… Et avec ça, le temps qui passe à la vitesse grand V, si c’est pas malheureux, Maam’Martin !
    Amitiés,
    ALAIN D.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.