Page complète du livre audio gratuit :


MACHIAVEL, Nicolas – Règlement pour une société de plaisir

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 12min | Genre : Essais


Nicolas Machiavel

« On a voulu voir dans le Règlement pour une société de plaisir un petit ouvrage composé dans un accès de gaieté bouffonne. En jugeant ainsi, on s’est, nous le croyons, étrangement trompé. Ce qu’on a pris pour de la bouffonnerie n’est qu’une satire très amère des mœurs et des ridicules de la société italienne du seizième siècle, et, dans cette satire, on trouve bien des traits qui peuvent s’appliquer aux sociétés de tous les âges. L’alliance si fréquente de la galanterie et de la dévotion, l’indiscrétion, la médisance, la fatuité, l’égoïsme, tous les vices de ce qu’on appelle bien souvent à tort la bonne compagnie, y sont vivement fustigées. On y sent à chaque ligne cette verve cynique et railleuse dont Aristophane est dans l’antiquité le plus parfait modèle, cette verve qui se perpétue à travers le moyen âge dans la littérature par Boccace et les trouvères… qui inspirera Candide au dix-huitième siècle, après avoir inspiré au seizième la Mandragore et Gargantua. » (Note du traducteur)

Traduction : Jean Vincent Périès (1785-1829).

Règlement pour une société de plaisir.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 3. XVIe siècle, Essais, Société, , ,

 

Page vue 7 617 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Agnès83 le 14 juin 2011

    Merci, signore Lamnot, pour la lecture de ce petit texte bien intéressant, mais pour le prochain, … un petit effort à faire sur les liaisons mal-t-à-propos ? Un sourire cordial, A.

  2. Iamnot le 14 juin 2011

    Je vais le re-ecouter et faire les corrections. Merci, Laurent.

  3. Zaina de maroc le 7 août 2012

    Merci Mr Lamnot pour votre effort .. cordialement :)

  4. med muktar le 6 mars 2013

    magnifique magnifique magnifique

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.