Page complète du livre audio gratuit :


MAUPASSANT, Guy (de) – Un dilemme – La Galanterie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 24min | Genre : Essais


Le Gaulois

Ces deux Chroniques du Gaulois des années 1880 pourraient être écrites aujourd’hui à quelques détails près.
Un dilemme pose le problème suivant : « La lune de miel passée, l’amour dans le mariage devient presque toujours impossible, n’est-ce pas ? En tout cas, il est rare, bien rare. Mais l’amour en dehors du mariage est un crime, suivant la loi. Alors il faut renoncer à l’amour, que la nature bien souvent conseille encore, ou bien commettre une faute que condamne la morale humaine. Que faire ? Désobéir à la nature ou à la loi ? Ne se point marier, direz-vous ?… C’est bon pour l’homme ; mais la femme, dans ce cas, se trouve en dehors des conventions sociales, est mise à l’index par la société. »

Dans La Galanterie, Maupassant déplore la disparition d’une si agréable spécialité française : « Mais nous avons perdu la plus charmante de nos qualités : la galanterie.
Nous étions le seul peuple qui aimât vraiment les femmes ou plutôt qui sût les aimer, comme elles doivent être aimées, avec légèreté, avec grâce, avec esprit, avec tendresse, et avec respect. La galanterie était une qualité toute française, uniquement française, nationale. »

Un dilemme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


La Galanterie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter les  versions textes de ce livre audio : Un dilemme, La Galanterie.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Essais, ,

 

Page vue 7 960 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Dufeu Sylvie le 9 septembre 2013

    Ah Maupassant ! Je dois cet amour de l’auteur à un professeur de français lorsque j’étais en 3ème, il en parlait avec un tel enthousiasme qu’il était difficile d’y résister. J’avais particulièrement apprécié « le petit fût ». Merci Monsieur Depasse, pour cette lecture savoureuse.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.