⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Page complète du livre audio gratuit :


MONTAIGNE, Michel (de) – Caton le jeune – La Couardise – L’Âme décharge ses passions sur les objets faux (Essais I, 4, 15, 36)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Essais


Caton d'Utique

Les titres exacts de ces trois Essais du Livre I sont :
Sur Caton le jeune (chapitre 36) : « Je ne commets pas l’erreur courante qui consiste à juger autrui d’après moi-même. Je lui accorde volontiers des qualités différentes des miennes.  [...] Nos jugements sont malades, ils ne font que suivre la dépravation de nos mœurs. Je vois la plupart des esprits de mon temps s’ingénier à obscurcir la gloire des belles et généreuses action d’antan, en leur donnant de viles interprétations et en leur inventant des circonstances et des causes sans fondement. »

De la punition de la couardise (chapitre 15) : « En vérité, il est juste qu’on fasse une grande différence entre les fautes qui nous viennent de notre faiblesse et celles qui nous viennent de notre malignité. »

Comme l’âme décharge ses passions sur des objets faux, quand les vrais lui défaillent (chapitre 4) :
« Quelles causes n’inventons-nous pas aux malheurs qui nous arrivent ? À quoi ne nous en prenons-nous pas, à tort ou à raison, pour avoir quelque chose contre quoi nous battre ? »

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

> Écouter un extrait : Sur Caton le jeune.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Sur Caton le jeune.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
De la punition de la couardise.mp3
Comme l’âme décharge ses passions sur les objets faux.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 3. XVIe siècle, Essais, Philosophie, ,

 

Page vue 15 292 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.