Page complète du livre audio gratuit :


MONTOLIEU, Isabelle (de) – Le Serin de Jean-Jacques Rousseau

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Jean-Jacques Rousseau

Isabelle de Montolieu (1751-1832) est une femme de lettres vaudoise. Elle fut la première traductrice en français de Jane Austen. Enfant, elle a rencontré Jean-Jacques Rousseau, son compatriote, à qui elle voue une grande admiration. C’est ce souvenir qui lui a sans doute inspiré cette nouvelle écrite bien des années plus tard – une anecdote inédite, écrit-elle, dont elle ne garantit pas l’authenticité. Lors d’une visite au tombeau de Rousseau au Panthéon, elle découvre une boîte contenant un joli oiseau empaillé, dissimulée là par une inconnue prénommée Rosine. « Elle et son oiseau ont droit d’intéresser ceux qui, comme moi, ont aimé et plaint Jean-Jacques Rousseau. »
Cette lecture est proposée en deux versions, avec et sans accompagnement musical.

Licence Creative Commons

Le Serin de Jean-Jacques Rousseau (avec accompagnement musical).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


Le Serin de Jean-Jacques Rousseau (sans accompagnement musical).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Références musicales :

Wolfgang Amadeus Mozart, Piano Sonata no. 13, K. 333, II. Andante cantabile, interprété par Sergio DuBois (licence Cc-By-3.0).

Bruitage extrait du site Universal-soundbank.com.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 1 659 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

13 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Claryssandre le 20 mars 2020

    Merci Gaëlle. 💐 Découvrir une de vos lectures au petit matin est toujours un grand plaisir ! Bonne journée et prenez bien soin de vous.

  2. Gaëlle le 20 mars 2020

    Merci Claryssandre ! Les lectures, lues et écoutées, me sont d’un grand réconfort en ce moment.

  3. Alain Degandt le 20 mars 2020

    Quel magnifique texte, émouvant, d’une belle écriture, et quelle magnifique lecture vous en avez faite (j’ai écouté la version avec accompagnement musical : bien dosé et inséré de façon subtile et douce, et fort à propos)!Quel bel éloge de Jean-Jacques et comme cet attachement de Rosine pour lui est touchant, y compris pour l’homme Rousseau, plus controversé encore que l’écrivain, et pour qui elle sait trouver avec sincérité des circonstances atténuantes ! Je n’ai pu m’empêcher d’établir un très fort rapprochement avec le perroquet de la Félicité « d’Un Coeur Simple », l’un des Trois Contes de Flaubert. Merci, Gaëlle, de m’avoir fait passer ce si beau moment au son de votre voix si agréable et si réconfortante en cette douloureuse période.

  4. Gaëlle le 21 mars 2020

    Votre commentaire, cher Alain, me va droit au cœur, merci beaucoup !J e n’ai feuilleté qu’assez rapidement le reste du recueil de nouvelles d’Isabelle de Montolieu, votre retour me donne envie d’y chercher si je ne pourrai y trouver un autre texte pour une future lecture.
    Je ne me souvenais plus du perroquet de Félicité, j’ai relu ce chapitre : vous avez raison, même si Rosine n’a pas la même naïveté ni la même dévotion religieuse pour son oiseau que Félicité, il me semble.

  5. patty le 22 mars 2020

    Je voulais vous dire combien j’ai apprècié votre belle diction, timbre de voix très harmonieux, somme toute, délicieuse et charmante. Cela me donne envie d’aller voir si vous avez autre chose sur le site!
    Pour ce qui est de cette anecdote d’Isabelle de Montolieu, auteur que je ne connaissais pas, donc une belle découverte,fiction ou pas, l’essentiel n’est-il pas qu’il touche une corde sensible de notre coeur ou de notre esprit. Pour ma part j’ai retouvé l’attraction vers ce personnage certes contreversè, mais peu importe, c’est le sort des génies, et de ces petits trésors que je garde précieusement, telles les lettres de Jean-Jacques Rousseau à Malesherbes, dites, rappelez-vous, par Augustin.
    Ecriture, diction et musique forment un moment savoureux et d’une grande intensité. Merci Gaëlle!

  6. Gaëlle le 23 mars 2020

    Merci pour votre retour, Patty. J’ai publié une vingtaine de lectures, depuis trois ans, en majorité des nouvelles que vous trouverez sur le site.
    Tant mieux, si par ailleurs, cette lecture donne envie de lire ou d’écouter les écrits de Jean-Jacques Rousseau – j’en ai compté 36 disponibles sur LA :
    https://audio.wintoweb.com/single/index.php?text=ROUSSEAU&rbsel=auteur&btnsearch=Chercher
    En période de confinement, rien de tel que la lecture audio pour s’aérer l’esprit !

  7. Claryssandre le 24 mars 2020

    « Le serin : trois notes de flûte dans un écrin de plumes. » Félix Leclerc.
    Jolie définition…

  8. Gaëlle le 24 mars 2020

    Jolie, en effet, Claryssandre ! J’aurais peut-être dû choisir un air de flûte, finalement, pour l’accompagnement musical … ♫♪

  9. ERIC Veraghen le 24 mars 2020

    Quand on connaît les canaris, un de ces oiseaux envolé dans le jardin, et revient comme ça à l’appel de son maître, c’est bien peu probable. Et un canari, même jeune,en septembre 1765 quand Jean-Jacques doit quitter Motiers, et toujours vivant treize ans plus tard, à la mort du philosophe, ça n’a rien d’impossible, mais quand même une longévité exceptionnelle pour un si petit passereau.

    Un récit au mieux enjolivé donc, mais enjolivé avec talent. Et une belle écriture sans lourdeurs inutiles. Merci Gaelle pour cette lecture, et merci à tous les collaborateurs de ce site, qui en une quinzaine d’années, ont su nous proposer un choix si éclectique.

  10. Gaëlle le 25 mars 2020

    Merci, Eric Verhagen, vous m’enchantez avec ces précisions ornithologiques ! Je n’avais aucune idée du mode de vie des canaris !!
    Cela confirme donc qu’il s’agit d’une fable, mais l’admiration d’Isabelle de Montolieu pour Rousseau me paraît, elle, bien véritable.

  11. Ahikar le 25 mars 2020

    Merci chère Gaëlle pour cette belle lecture.

    On trouve dans « Observations de L’Académie Française sur les remarques de M. de Vaugelas » de 1705 : « Il faut dire un vieil homme, un vieil ami, un vieil habit, et jamais un vieux homme, un vieux ami, un vieux habit. »

    Je ne sais pas pourquoi l’auteure n’a pas suivi la règle. Elle emploie toujours l’expression « mon vieux ami », la liaison n’est quand même pas très belle. Ne trouvez-vous pas ?

  12. Gaëlle le 25 mars 2020

    Je suis d’accord avec vous, Ahikar, et j’ai buté plusieurs fois sur cette expression. Peut-être est-ce aussi parce qu’elle ne m’était pas naturelle qu’elle s’entend particulièrement dans ma lecture. Mais Isabelle de Montolieu était suisse, et ne voulait peut-être pas suivre les recommandations de l’Académie ? ;-)
    Il y avait également dans le texte quelques imparfaits en « -ois » plutôt que « -ais », que je me suis permis de convertir, car vraiment je n’arrivais pas à garder une lecture naturelle.

  13. Ahikar le 26 mars 2020

    Oui, vous avez peut-être raison. Une autre raison est possible : Rousseau lui ayant dit : « Appelle-moi ton vieux bon ami », elle aurait pu volontairement – et comme par jeu – l’appeler « Mon vieux ami ». Qui sait ?

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.