Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'NAVOÏ, Alisher - Les Paons' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Anthin le 7 avril 2021

    Je suis ravi d’avoir écouté ce joli petit conte. La phrase finale en est d’une finesse exquise!
    Peut-être aussi pourrait-on expliquer les préjugés autour des choses considérées comme étant plus ou moins directement d’ordre sexuel par le fait que les gens, en ces temps-là, avaient la morale facilement effarouchée,
    ressentaient une gaucherie, une inhibition irrépressibles et éprouvaient cette sorte de pudeur, de réticence liée à l’éducation et qui privilégie facilement le préjugé sur l’analyse des faits.

  2. Ahikar le 9 avril 2021

    Merci Anthin pour votre commentaire auquel je souscris pleinement. J’ai lu il y a quelque temps dans Le livre des vagabonds de Al-Hamadhânî, que par nuit noire, les chauves-souris ne sortaient pas car elles n’y voyaient rien. Avoir écrit cela au Xe siècle n’est en soi pas choquant puisqu’il faudra attendre le XVIIIe siècle avec les travaux de Lazzaro Spallanzani pour découvrir qu’elles « voient » par écholocalisation. Par nuit noire, sans lune, les chauves-souris sortent et chassent. Ce que je trouve intéressant dans cette histoire, c’est le raisonnement de Al-Hamadhânî. Ignorant ce qu’était l’écholocalisation, il était évident pour lui que les chauves-souris ne pouvaient pas voler par nuit noire. Il y a là quelque chose qui me fascine, car il y a dans l’univers certainement de nombreux phénomènes qui nous échappent car nous commettons des erreurs semblables à celle de Al-Hamadhânî.

    Amitiés, :)

    Ahikar

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.