Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'NELLIGAN, Émile - Winter evening (Poem)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

15 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Prof. Tournesol le 5 juillet 2010

    Et les non-anglophones, ils font comment ? Ils ont pas le droit d’avoir au moins la description du billet en français ?
    Il me semblait pourtant que l’on était sur un site principalement francophone…

    A bon entendeur, salut !

    Vincent

  2. Gilles-Claude le 5 juillet 2010
  3. Gilles-Claude le 5 juillet 2010

    De plus, déjà ici, on a accès à la version texte du poème en français.

  4. Gilles-Claude le 5 juillet 2010

    Je me permets, Vincent, de vous citer :
    « J’aime bien le concept un texte en VO – sa traduction en français. C’est un bon moyen pour se familiariser avec une langue, ou bien entretenir son vocabulaire (comme moi !) ».

    C’était dans un autre contexte, j’avoue.
    Ce sera mon unique contribution en anglais,
    conscient avec vous que ce site est « principalement francophone ».

  5. Prof. Tournesol le 6 juillet 2010

    Ah, je n’avais pas perçu que ce billet était la version anglophone d’un poème que vous aviez déjà publié.

    Par rapport à ce que j’avais dit, j’aime bien entendre ici des textes en VO quand la traduction est présente sur le billet-même. Cela a non seulement une vertu pédagogique, mais c’est aussi une marque de respect pour tous les gens qui ne s’expriment qu’en français.

    Cordialement,

    Vincent

  6. J.-F. Leblanc, alias Choriste le 6 juillet 2010

    Voilà une belle contribution de poésie québécoise ! …que de faire du Nelligan, en général, sur LA.com , je veux dire.

    Quant à la faire également en anglais, il n’y a pas de problèmes, G.C., je t’assure. Moi aussi, je me sentais un peu gêné de lire des textes en V.O. anglaise sur LA.com, au début. Exemple, j’ai fait approuver mon dernier projet de Mark Twain par notre administrateur, au préalable. Je voudrais juste que tu saches que loin de s’objecter à des textes présentés en langues autres que le français, il considère, à juste titre, que cela représente un enrichissement de notre site, même si, oui, à priori, il s’agit d’un site essentiellement francophone.

    En effet, il s’agit simplement de présenter les billets en français, ainsi que de donner les liens vers le texte original, le cas échéant, mais, sur ce dernier point, tu l’avais bien fait ;-)

    Comme on dirait : l’un n’empêche pas l’autre ! Il y a beaucoup de place pour tout dans ce merveilleux monde de l’informatique …et cela ne fait qu’élargir l’offre pour ceux ou celles qui s’intéresseraient à pratiquer leur anglais.

    En outre, la lecture de sa biographie m’indique que Nelligan a passé sa vie active de poète à Montréal, sa ville natale, où, bien entendu, l’on trouve beaucoup d’Anglophones. Ce « tribut anglophone » est finalement concrétisé par le fait que son père était d’origine irlandaise.

    Tout ça pour t’encourager à continuer dans cette bonne veine !

    porte-toi bien,

    jf

  7. fedydurke le 6 juillet 2010

    J’aime beaucoup le texte et votre lecture Gilles, la subtilité et l’intelligence de l’auteur. Merci Infiniment !
    Un homme genial, sympathique et tres gentil. Ca nous manque les gens vraiment gentils.

  8. Dominique C le 6 juillet 2010

    Mais c’est très bien que ce soit en Anglais, ça nous fait un peu sortir de notre franchouillardise nombriliste!

  9. fedydurke le 6 juillet 2010

    Vous avez tout dit dominique !

  10. Gilles-Claude le 6 juillet 2010

    J’ai fait un choix différent, Vincent.
    Je ne sentais pas l’intérêt de publier le billet en français, par respect, justement, pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais et qui ne pourront pas apprécier ce qui est au menu. Pour moi, c’était comme faire saliver en proposant la carte, sachant qu’ils ne pourront pas savourer le plat. J’y vois une sorte d’incohérence. Et pour ceux qui maîtrisent et le français et l’anglais, what’s the use ? Cela ferait office de doublon.

    J’évite de pratiquer la ‘vertu pédagogique’, puisque trop souvent elle consiste à prendre le ton de Dieu le Père, à élever la voix, affirmer, pour en bout de ligne ne donner que de simples leçons de maintien.

    Vos choix, Vincent, sont différents.
    Si je m’en tiens à ‘Appels à la résistance’,
    - je suis conscient que je fais ici dans l‘ad hominem -
    je peux bien ne pas voir l’utilité de publier, sur une même page, des versions dans deux langues pour ceux qui n’en maîtrisent qu’une seule
    ou ne pas voir l’intérêt de proposer la déclamation d’un texte dont j’ai la chance d’entendre sur cette même page ‘la version originale’, from the horse’s mouth. Ce sont vos choix et je respecte cette liberté.

    A word to the wise !
    Du sind jetzt gewarnt !
    À bon entendeur, salut !

    GC

    P.S. Encore une fois, la traduction du poème en français se trouve à deux endroits sur cette page : sur le lien du traducteur et en consultant la version texte.

  11. Gilles-Claude le 6 juillet 2010

    Merci Jean-François, alias Choriste, pour vos mots de compréhension et d’encouragement. Je m’étonnais depuis quelques semaines de votre silence sur le site et j’ai pensé que vous étiez au ‘Mondial Choral’ à Laval.
    J’avais suivi au sujet de Mark Twain.
    Et je tente d’expliquer mon choix concernant le billet.
    Si j’ai osé – une fois n’est pas coutume – c’est parce qu’on a insisté
    pour que je fasse au moins un poème en anglais.
    J’ai utilisé cette magnifique traduction, avec des mots qui donnent à ce poème de Nelligan des accents d’aujourd’hui.
    Merci pour cet encouragement.

    Et Merci également à vous Fedydurke (Éric) et Dominique C.
    C’est très gentil.

    J’étais même prêt à ‘investir’ dans un ‘coach’ pour faire
    au moins un poème en italien, langue que je ne maîtrise pas suffisamment,
    seulement pour faire plaisir à Maria Teresa Sanfelice,
    qui souffre de la dégénérescence de la macula
    et qui terminait ces jours derniers ainsi son commentaire :
    « Encore merci Gilles Claude, si vous pouvez lire en italien…..?
    Maria Teresa.
    Encore là, pour le plaisir de faire. Simplement.

  12. J.-F. Leblanc, alias Choriste le 6 juillet 2010

    Ça m’a fait plaisir :-) …pour l’encouragement.

    Cela fait maintenant depuis deux ans, malheureusement, que je n’appartiens plus à aucune chorale et que je cherche toujours en vain à Montréal la chorale idéale qui réunira tous les facteurs importants pour un choriste amateur : un bon chef, musicalement et socialement compétent ; un bon choix de répertoire ; des frais de cotisation annuelle raisonnables ; un bon lieu de pratique, avec un éclairage suffisant pour mes pauvres yeux vieillissants ;-) ; un bon esprit de groupe, ouvert et accueillant, etc. etc.
    Peut-être suis-je devenu trop exigeant dans mon vieil âge, après mes 28 années d’expérience dans le domaine choral amateur de Montréal ? ;-)
    Mais, j’aurais quand même pu et dû aller faire un tour au Mondial Choral de Laval. Je suis impardonable. Que veux-tu ? Avec la vieillesse vient aussi la paresse, enfin, dans mon cas, je parle pour moi, bien sûr :-)

    En tout cas, merci d’avoir eu une telle gentille pensée à mon égard. Tu es le premier sur LA.com à relever le fait que oui, ma plus grande passion dans la vie est, et a toujours été, le chant choral amateur. C’est d’ailleurs, à part mes connaissances linguistiques, mon seul talent dans la vie. Que tu y fasses allusion et le relèves de la sorte, c’est fort apprécié et j’en suis même touché.

    Moi, j’aimerais maintenant relever la tienne, et t’encourager et t’inviter à lire de la poésie en italien. Il n’y en a pas sur LA.com, seulement quelques extraits de Dante ; serait-ce seulement de la poésie ? je ne sais pas, c’est pas mon truc :-) …je laisse ça à ton appréciation :-) Il n’y a pas qu’à Maria Theresa que cela ferait plaisir ! J’ai une excellente amie italienne qui serait ta première « cliente » ;-)

    J’ai noté ton argumentation concernant la présentation bilingue des billets et elle tient la route. Ce que tu dis me parait logique et raisonnable ; cela représente en effet une autre façon de voir la chose. Je ne crois pas que ce sujet posera jamais de grandes controverses sur notre site, mais je me demande bien par contre ce que notre auditoire pourrait en penser ?

    bonne continuation,

    jf

    P.S. En passant, en allemand c’est : du BIST jetzt gewarnt ;-)

  13. fedydurke le 6 juillet 2010

    Nous sommes prets a obeir à des commissaires europeens que nous n’avons pas élu mais nous ne voulons pas entendre une langue differente. Etonnant, non ?
    Ou est le probleme ? Je ne comprends pas pourquoi tu ne pourrais pas dire de l’italien, de l’arabe ou du japonais? On est pas dans l’utile, on est dans la litterature. Lisez ce que cette dame, c’est une demande, une priere, souffrante vous a demandé Gilles. Il ne faut pas obeir à la pensee unique, majoritaire et aveugle. C’est une question d’hygiene.

  14. Prof. Tournesol le 11 juillet 2010

    Bonjour Gilles-Claude,

    Je ne tiens pas à relancer la (petite) polémique née de mon premier message, mais quand vous dites que « J’évite de pratiquer la ‘vertu pédagogique’, puisque trop souvent elle consiste à prendre le ton de Dieu le Père, à élever la voix, affirmer, pour en bout de ligne ne donner que de simples leçons de maintien. », je me sens indirectement visé.

    Si vous évoquez le billet sur De Gaulle, je me doute bien que lire à haute voix ces « appels » peut sembler pédant ou paternaliste. Mais j’assume totalement ce billet, car je considère que ces appels font partie du patrimoine français et qu’il est positif que des étrangers connaissent (si ce n’est pas déjà le cas) cette page de l’histoire de France.
    Et ajouter les versions en anglais me semblait une marque d’ »ouverture », d’autant que Jean-François est très bon dans ce genre de textes ! ;-)

    Pour revenir à vos enregistrements, je les trouve toujours très soignés, avec beaucoup d’émotion. Mais ce serait sympa de vous entendre également dans des nouvelles ou des romans…

    A bientôt,

    Vincent

  15. Alessandra le 12 juillet 2010

    tellement tellement beau poème, interpreation alors si belle de profiter .. également dans l’heure d’été :)
    Merci beaucoup, merci beaucoup

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.