Page complète du livre audio gratuit :


PÉGUY, Charles – Rien n’est beau comme un enfant (Poème)

Donneur de voix : Gilles-Claude Thériault | Durée : 3min | Genre : Poésie


Visage d'enfant

« Or je le dis, dit Dieu, je ne connais rien d’aussi beau dans tout le monde
Qu’un petit enfant qui s’endort en faisant sa prière
Sous l’aile de son ange gardien […]
Pendant qu’un voile déjà descend sur ses paupières,
Le voile de la nuit sur son regard et sur sa voix ».

Guerres – Cataclysmes – Maladies ; cet extrait du long poème de Charles Péguy, Le Mystère des saints Innocents (1912), sorte d’Office des morts pour l’enterrement d’un enfant, où le poète inscrit le rituel dans le retour à la maison du Père, fut enregistré en pensant à tous ces enfants qui meurent trop tôt.

Rien n’est beau comme un enfant.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, 7. XXe siècle, Poésie, ,

 

Page vue 16 331 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Pomme le 18 février 2010

    Magnifique! Tout simplement: magnifique!
    Pomme.

  2. françoise le 21 février 2010

    superbe, merci merci merci
    f.c

  3. mf le 27 février 2010

    Quelle belle voix pour un si beau texte. Merci.

  4. [...] This post was mentioned on Twitter by Stéphanie Khoury, Marsattac. Marsattac said: Litterature audio.com | PÉGUY, Charles – Rien n’est beau comme un enfant (Poème) http://bit.ly/chNwbU [...]

  5. FERAS le 3 juillet 2010

    Comme un enfant aux yeux de lumière
    Qui voit passer au loin les oiseaux
    Comme l’oiseau bleu survolant la terre
    Vois comme le monde, le monde est beau

    Beau le bateau, dansant sur les vagues
    Ivre de vie, d’amour et de vent
    Belle la chanson naissante des vagues
    Abandonnée au sable blanc

    Blanc l’innocent, le sang du poète
    Qui en chantant, invente l’amour
    Pour que la vie s’habille de fête
    Et que la nuit se change en jour

    Jour d’une vie où l’aube se lève
    Pour réveiller la ville aux yeux lourds
    Où les matins effeuillent les rêves
    Pour nous donner un monde d’amour

    L’amour c’est toi, l’amour c’est moi
    L’oiseau c’est toi, l’enfant c’est moi

    Moi qui ne suis qu’une fille de l’ombre
    Qui voit briller l’étoile du soir
    Toi mon étoile qui tisse ma ronde
    Viens allumer mon soleil noir

    Noire la misère, les hommes et la guerre
    Qui croient tenir les rênes du temps
    Pays d’amour n’a pas de frontière
    Pour ceux qui ont un cœur d’enfant

    Comme un enfant aux yeux de lumière
    Qui voit passer au loin les oiseaux
    Comme l’oiseau bleu survolant la terre
    Nous trouverons ce monde d’amour
    L’amour c’est toi, l’enfant c’est moi
    L’oiseau c’est toi, l’enfant c’est moi

    Comme un enfant aux yeux de lumière
    Qui voit passer au loin les oiseaux
    Comme l’oiseau bleu survolant la terre
    Vois comme le monde, le monde est beau

    Beau le bateau, dansant sur les vagues
    Ivre de vie, d’amour et de vent
    Belle la chanson naissante des vagues
    Abandonnée au sable blanc

    Blanc l’innocent, le sang du poète
    Qui en chantant, invente l’amour
    Pour que la vie s’habille de fête
    Et que la nuit se change en jour

    Jour d’une vie où l’aube se lève
    Pour réveiller la ville aux yeux lourds
    Où les matins effeuillent les rêves
    Pour nous donner un monde d’amour

    L’amour c’est toi, l’amour c’est moi
    L’oiseau c’est toi, l’enfant c’est moi

    Moi qui ne suis qu’une fille de l’ombre
    Qui voit briller l’étoile du soir
    Toi mon étoile qui tisse ma ronde
    Viens allumer mon soleil noir

    Noire la misère, les hommes et la guerre
    Qui croient tenir les rênes du temps
    Pays d’amour n’a pas de frontière
    Pour ceux qui ont un cœur d’enfant

    Comme un enfant aux yeux de lumière
    Qui voit passer au loin les oiseaux
    Comme l’oiseau bleu survolant la terre
    Nous trouverons ce monde d’amour
    L’amour c’est toi, l’enfant c’est moi
    L’oiseau c’est toi, l’enfant c’est moi

  6. mohammed le 7 janvier 2011

    cher Gilles-claude;

    Je te remercie,et felicite pour ta lecture.je voudrais te dire que(Quand tu lit les poemes de Nelligan,tu me donne le sentiment que c’est lui- meme ,je vous dire le poete,Qui lit).

    Merci de tout mon coeur a vos sentiment,et sensibilite.

  7. pmarnaud le 2 mars 2013

    Magnifique de vérité poétique
    Merci

  8. Béatrice le 13 janvier 2019

    Merci et merci encore pour m’avoir fait découvrir ce texte.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.