Page complète du livre audio gratuit :


POUGET, Émile – Le Sabotage

Donneur de voix : Gérard Ferran | Durée : 2h | Genre : Essais


émile Pouget

Un véritable manuel de résistance, subversif et méthodique, publié par Émile Pouget vers 1911-1912 qui expose avec humour la théorie et la pratique du sabotage. Pour les ouvriers dont le travail est exploité, « saboter » c’est enrayer la machine de production. Saboter n’implique pas forcément détruire. Étymologiquement, c’est « travailler comme à coup de sabot », faire du mauvais travail. Si, comme on nous le dit, le travail est une marchandise, alors pour avoir du travail de qualité, il faut que les patrons y mettent le prix : « À mauvaise paye, mauvais travail ! »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Le Sabotage.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 02.mp3
Chapitre 03.mp3
Chapitre 04.mp3
Chapitre 05.mp3
Chapitre 06.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Essais, , ,

 

Page vue 16 216 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Prof. Tournesol le 29 mars 2009

    Encore un texte original que tu nous proposes Gérard ! Un texte très instructif, qui démonte les schémas de pensée ancrés en nous : non, le sabotage n’est pas un acte criminel, mais bel et bien une action dirigée contre l’exploitation du capitaliste. Lui, de son côté, ne se prive pas, bien souvent, de mettre en jeu la santé des consommateurs…

    Le passage sur l’obstruction des cheminots italiens ne manque pas de sel. :)

    A bientôt,

    Vincent

  2. cyril le 30 mars 2009

    excellent cet Emile……..
    J’attend a chaques fois avec impatience ton nouveau livre audio.J’ecoute tout ca au boulot .Je suis soudeur et j’ai pas mal de « temps de cerveau disponible »

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.