Page complète du livre audio gratuit :


QUINCEY, Thomas (de) – Les Derniers Jours d’Emmanuel Kant

Donneuse de voix : Domi | Durée : 2h 19min | Genre : Biographies


Emmanuel Kant

« Voici donc quel est le sens du récit qui suit. De Quincey considère que jamais l’intelligence humaine ne s’éleva au point qu’elle atteignit en Emmanuel Kant. [...] Elle peut décroître, vieillir, se décrépir. Et peut-être De Quincey éprouve-t-il encore plus d’affection pour cette suprême lueur au moment où elle vacille. » (Préface de Marcel Schwob)

Ce texte fera découvrir au lecteur que ce penseur éblouissant était aussi un être humain très émouvant.

Traduction : Marcel Schwob (1867-1905).

> Écouter un extrait : Préface.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Préface.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Les Derniers Jours d’Emmanuel Kant.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Biographies, Essais, , , ,

 

Page vue 6 656 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Claire-Marie le 29 septembre 2011

    J’ose proposer un complément au titre de l’oeuvre:
    « Les derniers jours d’E. Kant ou comment l’admiration pousse à l’indiscrétion » Je recommande la scène de la mise au lit du Maître: à essayer chez vous…
    Notre indiscret et exhibitionniste XXIème siècle n’a rien inventé en matière de biographie…

  2. Ahikar le 7 janvier 2014

    Etonnant esprit que ce Thomas de Quincey qui n’aime rien moins que décrire la déchéance du grand homme qu’il admire ! Merci Domi pour cette belle et fort instructive lecture.

    J’en profite pour vous souhaiter une très bonne année.

    Amitiés,

    Ahikar

  3. Domi le 8 janvier 2014

    Merci; je vous souhaite aussi une très bonne année.

    Il y a longtemps , un de mes professeurs de philo nous avait parlé de ce texte et j’ai été contente de le lire.
    La décrépitude de ce magnifique esprit est très émouvante.

    amicalement
    Domi

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.