Page complète du livre audio gratuit :


REINACH, Théodore – Hamlet

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 50min | Genre : Essais


Hamlet.gif

Cet essai (très) érudit sur le Hamlet de Shakespeare par Théodore Reinach (1860-1928) est paru dans le magazine La Nouvelle Revue en 1879.

« Le philosophe de la pièce est Horace : il semble que Shakespeare l’ait mis à côté de Hamlet pour prévenir toute erreur sur ce point, comme il lui a opposé l’actif et résolu Laërte pour faire mieux ressortir son indécision naturelle. Horace n’est pas seulement un philosophe par l’égalité de son âme, son héroïsme modeste, son amitié ; il l’est encore par la tournure de son esprit, par sa conception du surnaturel, par le doute railleur avec lequel il refuse de croire à l’apparition. Le philosophe n’a que la curiosité des choses d’au delà, l’homme religieux en a l’inquiétude. Cette inquiétude poursuit partout Hamlet, l’idée de la Providence et celle de la mort remplissent son âme. L’endroit du monde où il se sont le plus à l’aise, c’est le cimetière. Dès le premier acte, quand, dégoûté de la vie, il cherche à se tuer, c’est un scrupule religieux qui l’arrête ; une seconde fois, au troisième acte, sa pensée se reporte vers le suicide, dans le célèbre monologue, « Être ou n’être pas » : cette fois encore c’est une crainte religieuse qui le réconcilie avec l’existence. Sa foi dans la Providence est si forte qu’elle devient presque du fatalisme :

… Il existe une divinité
Qui de tous nos desseins détermine l’issue,
Quelque ébauche qu’ils aient de notre main reçue. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Hamlet.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 02.mp3
Chapitre 03.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Essais, , ,

 

Page vue 2 249 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.