Page complète du livre audio gratuit :


REVEL, Jean – Humble

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 53min | Genre : Nouvelles


Jean Revel

Jean Revel (1848-1925), très grand observateur et poète naturiste très sensible, se penche volontiers sur le sort des petites gens dans ses Nouvelles normandes : ici un modeste employé victime de l’amour et dans Une exécution un soldat que l’ivresse a fait mourir, tous les deux bons fils…

« « Laid et mal venu »… Oui, hélas ! il n’est pas beau, le pauvre Jérôme : malingre, à demi bossu, les jambes cagneuses, le teint couvert de taches de rousseur, il a de plus dans le regard un strabisme divergent qui le rend à la fois ridicule et odieux. Et cependant la nature, comme par pitié, a doué cet être difforme d’une chevelure noire aux boucles admirables et de mains aristocratiques.
La création présente de ces contrastes : l’exquis est parfois uni à l’informe ; de subtiles formes s’accouplent aux faiblesses congénitales. [...] Il en était ainsi de Jérôme, cet avorton en qui brûlaient des tendresses, en qui palpitait une intelligence supérieure.

Et son histoire, c’était l’histoire éternelle de Quasimodo et d’Esmeralda : toujours l’être fruste, bafoué, qui voudrait se dévouer, qui voudrait mourir pour la femme idéale, en une oblation très pure. »

Humble.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 4 133 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Tocco le 9 mars 2012

    Cette histoire m’a été comme un conte. Et un regard entre deux mondes; celui de la richesse, de l’opulence et d’un monde de pauvreté ou ose à peine exister le personnage Jérôme. Un amour simple et sensible, vrais et pur. Lui le mal être difforme par ailleurs face à une beautés. Comment pouvait il gagner face à ce combat perdu d’avance. Le plus belle amour n’est ce pas celle de sa mère, le pardon. Aujourd’hui saurons nous pardonner aux personnes, qui déformé par leur corps ou par l’esprit ose aimer. Qui les regarde et ose leur dire; je vous aime.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.