Page complète du livre audio gratuit :


RÉVOIL, Bénédict-Henry – L’Arbre anthropophage – La Prairie en feu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Arbre anthropophage

Ces deux Nouveaux Contes extraordinaires de Bénédict-Henry Révoil (1816-1882) nous apprennent et nous font vivre des aventures hors du commun.

L’Arbre anthropophage se situe à Madagascar :

« Il y a trois races distinctes à Madagascar, parmi les trois millions d’habitants qui composent le chiffre de la population : les Sakataves à l’ouest, descendus de la côte africaine et qui sont encore de vrais nègres ; les Howas au centre, grande peuplade d’origine malaise, et les Madécasses, type modifié par de nombreuses révolutions et de fréquents amalgames.
Les Sakataves ont la peau noire et les cheveux crépus : ils ont conservé tous les instincts, tous les errements de la race africaine à laquelle ils doivent leur origine, c’est-à-dire qu’ils sont ignorants, superstitieux et… anthropophages. »
Suit une histoire affreuse..

Une prairie en feu « est un souvenir de voyage au milieu des prairies indiennes » vécu par l’auteur avec un ami :

« L’incendie avançait à pas de géant. Aux ténèbres opaques succéda la clarté la plus vive : une pluie de feu vint bientôt s’abattre sur le marécage, et l’arbre qui s’élevait au-dessus de nos têtes fut ébranlé jusque dans ses racines. Un vacarme épouvantable se fit entendre et l’avalanche vivante se précipita en avant.
À droite et à gauche, nous voyions passer des bisons, des chevaux sauvages, des cerfs, en compagnie d’antilopes, de jaguars, de panthères qui s’élançaient les uns par-dessus les autres dans le marécage. »

L’Arbre anthropophage.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


La Prairie en feu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 3 381 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.