⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Page complète du livre audio gratuit :


RICHEPIN, Jean – Quatre Nouveaux Contes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Contes


Jean Richepin - Sans famille

Pour continuer la série des Contes de Jean Richepin voici :
Sans famille : « Avez-vous quelquefois réfléchi au train-train lugubre de cette existence dénuée de tout imprévu, de tout aléa, à l’abri de toute surprise ? Ah ! le pauvre vieux petit employé, comme il mène une pauvre vieille petite vie ! »

Le Nouvel Explosif : « Mais ce dont j’ai gardé mémoire, en vision nette, fulgurante, et en pleine conscience de ne point avoir rêvé, c’est l’effroyable expérience. »

Fezzan : « Imaginez-vous, en effet, deux êtres exactement pareils, tout noirs et tout nus, au corps de momies desséchées, à la face grimaçante, les mains sur leur sexe dans un geste de pudeur grotesque, et sans qu’il fût possible, grâce à ce geste, de discerner si c’était là un couple, ni même si les deux êtres avaient un sexe quelconque.
L’idée venait plutôt que c’étaient deux fantômes, deux larves neutres, fantômes et larves d’animaux simiesques, à silhouette vaguement humaine, à nature d’androgynes. [...] »

L’Homme aux yeux pâles : « – J’ai vu, [...] j’ai vu bien des regards d’assassin, et à fond. En aucun cependant comme en celui-là je n’ai plongé jusqu’à une telle profondeur de crime et d’impudente sécurité dans le crime. »

> Écouter un extrait : Sans famille.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Sans famille.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Le Nouvel Explosif.mp3
Fezzan.mp3
L’Homme aux yeux pâles.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio : Sans famille, Le Nouvel Explosif, Fezzan, L’Homme aux yeux pâles.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, ,

 

Page vue 7 656 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Gambas y Camarones le 22 avril 2013

    Pauvre petit vieil homme qui nous ressemble comme le font deux gouttes d’eau alors que de grands combats réclament leurs martyrs.

  2. Helder Serpa le 22 avril 2013

    Quel détestable texte! L’être humain qui habite tout ce fatras de lieux et de gestes y est totalement absent. Toute vie pourrait se décrire sous cette forme abaissante et réductrice. Il suffit d’en escamoter l’homme.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.