Page complète du livre audio gratuit :


RONSARD, Pierre (de) – Je vous envoie un bouquet (Poème, Version 2)

Donneur de voix : Blaise Rosnay | Durée : 1min | Genre : Poésie


Pierre de Ronsard

Un sonnet à Marie composé par Pierre de Ronsard (1524-1585), extrait du second livre des Amours.

« Je vous envoye un bouquet que ma main
Vient de trier de ces fleurs épanies,
Qui ne les eust à ce vespre cuillies,
Cheutes à terre elles fussent demain.

[...] »

Source : Club des Poètes.

Je vous envoie un bouquet (Version 2).
> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Remarque
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 3. XVIe siècle, Poésie, , , ,

 

Page vue 23 713 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Aurore...Boréale le 25 mars 2010

    Un peu macho comme déclaration mais…efficace!

  2. Johanna le 5 décembre 2010

    Très bien réussi: affriolant et convainquant, tout d’un prince charmant ! Bravo !

  3. hélène k le 30 juillet 2011

    Vivez si m’en croyez
    N’attendez à demain
    Cueillez dès aujourd’hui
    Les roses de la vie.

    J’aimerai entendre le poème complet

  4. farah le 21 décembre 2011

    c est bien

  5. Valentin le 27 février 2014

    Bonjour, tout d’abord félicitations pour cette lecture assez prenante, mais j’aimerais revenir sur quelques points ; la pointe, le dernier vers de ce sonnet, et une erreur de lecture entre autres.
    « Pour ce, aimez moi cependant qu’êtes belle »
    Il me semble que la règle du « e muet » s’applique même en présence d’une virgule et de plus s’il on ne dit pas « Pour ç’aimez moi cependant qu’êtes belle », le vers n’est plus un décasyllabe, ce qui ne respecte pas la métrique de ce sonnet. Par ailleurs, lors de votre lecture, vous dîtes bien « Tombées à terre elles fussent demain » : alors que le texte dit bien « Chûtes à terre [...]« .

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.