Page complète du livre audio gratuit :


ROORDA VAN EYSINGA, Henri – Le Roseau pensotant (Deuxieme Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Henri Roorda, professeur de mathématiques

Une dizaine de nouvelles humoristiques de Le Roseau pensotant (1923) s’ajoutent à notre première sélection.

Le professeur de mathématiques Henri Roorda (Belge émigré en Suisse) nous offre des monologues courts et drôles où s’exprime avec un humour très moderne sa philosophie de la vie quotidienne souvent très libertaire.

« Ce qui occupe presque toute la place dans une vie humaine, ce sont les besognes quotidiennes et monotones, ce sont les heures où l’on attend, ces heures où rien n’arrive. L’homme normal est celui qui sait végéter »,  dit-il, mais « pessimisme joyeux » est une excellente étiquette pour caractériser l’essentiel de son œuvre. Les raisons du suicide de ce pessimiste joyeux sont lisibles dans Mon suicide : il explique son geste, qu’il accomplit en toute lucidité. Sous le désenchantement d’un homme dépité perce pourtant un immense amour de la vie. Mais, écrit Roorda, à celui qui « n’a aucun goût pour les travaux forcés, il reste une ressource : c’est de s’en aller ».

« Aujourd’hui, on n’apprécie que ce qui a manifestement une valeur sociale. Désormais, les êtres d’élite pourront se dispenser de s’imposer de grandes privations, car des millions d’individus médiocres s’en imposeront de très petites. Les professionnels de la philanthropie l’ont reconnu il y a plus de chaleur utilisable dans les âmes tièdes de dix mille lampistes que dans l’âme ardente d’un héros. » (La Manière moderne)

« Des citadins innombrables se livrent sans défense à un barbier armé d’un rasoir bien aiguisé. Ils ont raison ; car il est rare que, dans les salons de coiffure, un bout d’oreille tombe sur le plancher, devant le chien qui l’attendait. » (La Confiance)

« Théoriquement, on doit mourir à cent trente-trois ans et un tiers. Mais, pour cela, bien entendu, il ne faut pas vivre comme une brute inconsciente. Le mot n’est pas trop fort : nous vivons comme des brutes. » (Le Longévitiste)

> Écouter un extrait : À la recherche de mon moi.



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 4 610 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. thibaut le 2 février 2016

    merci beaucoup!
    Roorda avait, décidément, un humour plaisant dont je ne me lasse pas.
    Il est difficile ,aussi,de se priver du plaisir de vous écouter.
    Encore merci.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.