Page complète du livre audio gratuit :


SACHER-MASOCH, Leopold (von) – Deux Contrats – Les Batteuses d’hommes – Krach en amour

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Les Batteuses d'hommes

Nombreux sont les critiques qui ont essayé de bien cerner le « masochisme ». Retenons celui de Gilles Deleuze : « Les goûts amoureux de Leopold von Sacher-Masoch sont célèbres ; jouer à l’ours, ou au bandit ; se faire chasser, attacher, se faire infliger des châtiments, des humiliations et même de vives douleurs physiques par une femme opulente en fourrure et au fouet ; se travestir en domestique, accumuler les fétiches et les travestis ; faire paraître de petites annonces, passer « contrat » avec la femme aimée, au besoin la prostituer. »
Nous en avons quelques exemples dans nos 13 textes enregistrés.

Le Contrat entre Wanda (sa femme) et Leopold von Sacher-Masoch :

« Renonciation tout à fait absolue à votre moi.
Hors la mienne, vous n’avez pas de volonté.
Vous êtes entre mes mains un instrument aveugle, qui accomplit tous mes ordres sans les discuter. Au cas où vous oublieriez que vous êtes mon esclave et où vous ne m’obéiriez pas en toutes choses absolument, j’aurai le droit de vous punir et de vous corriger selon mon bon plaisir, sans que vous puissiez oser vous plaindre. »

et le Contrat entre Madame Fanny de Pistor (une liaison) et Leopold de Sacher-Masoch :
« Sur sa parole d’honneur, M. Leopold van Sacher-Masoch s’engage à être l’esclave de Mme de Pistor et à exécuter absolument tous ses désirs et ordres et cela pendant six mois. »

sont on ne peut plus explicites !

Pour illustrer ces relations hommes-femmes, Les Batteuses d’hommes et Krach en amour compléteront notre connaissance du vrai masochisme.

Traduction anonyme (1906).

> Écouter un extrait : Contrat entre Wanda et Sacher-Masoch.




> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, Érotisme, , ,

 

Page vue 2 470 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.