Page complète du livre audio gratuit :


SACHER-MASOCH, Léopold (von) – Le Paradis sur le Dniester

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 20min | Genre : Contes


Le Dniester

Le Legs de Caïn (inachevé) comprend trois textes : Un testament insensé, Basile Hymen et Le Paradis sur le Dniester (1884).
Le héros, Zénon, de ce paradis fait penser à Jésus (plusieurs allusions). Il fait le bien, règle tous les différends, vient au secours des pauvres… Tous les paysans des bords du Dniester succombent à son rayonnement et à sa droiture.

Sacher-Masoch termine cette fresque édifiante (chapitre III) par d’âpres discussions politiques sur la propriété et la famille. Nous sommes au lendemain des agitations de 1846 et 1848 et de la guerre hongroise de 1849 – « L’inégalité, en ce cas, n’a rien d’injuste, repartit Zénon, tant que le bien de chacun est acquis par le travail ; l’injustice commencerait si la propriété personnelle pouvait se léguer ; mais, pourvu qu’après la mort du possesseur le fruit de ses labeurs retourne à la communauté, cette propriété ne pourra finalement servir qu’à de grandes entreprises utiles à l’humanité tout entière. Et qu’on ne dise pas que le sort des enfants se trouvera compromis. La propriété est une caution bien précaire pour l’avenir des enfants, tandis que, si l’État répond de leur éducation, cet avenir sera bien mieux à l’abri des événements. J’entends donc que l’État élève les enfants pour le travail, et les soigne jusqu’à ce qu’ils soient en âge de produire. »

Traduction anonyme (1884).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Le Paradis sur le Dniester.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre02.mp3
Chapitre 03.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, , ,

 

Page vue 6 071 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.