Page complète du livre audio gratuit :


SATIE, Erik – Sonatine bureaucratique

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 5min | Genre : Arts


Erik Satie

1 – « Le voilà parti. Il va gaiement à son bureau en se « gavillant »… Il aime une jolie dame très élégante. Il aime aussi son porte-plume, ses manches en lustrine verte et sa calotte chinoise… »

2 – « Il réfléchit à son avancement. Peut-être aura-t-il de l’augmentation sans avoir besoin d’avancer… »

3 – « Il chantonne un vieil air péruvien qu’il a recueilli en Basse-Bretagne chez un sourd-muet… Hélas, il faut quitter son bureau. Du courage ! Partons, dit-il. »

Licence Creative Commons

Sonatine bureaucratique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Erik Satie, Sonatine bureaucratique, interprétée par Tom Pascale (avec l’aimable autorisation de M. Pascale).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Arts, ,

 

Page vue 3 046 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Shmuel R le 5 avril 2015

    Mine de rien, Littérature Audio a créé avec Alain, Bruissement et bien d’autres, un genre nouveau d’expression, qu’on pourrait qualifier de musicolittéraire. Merci et encore !

  2. Ahikar le 5 avril 2015

    Très belle réalisation. Merci. :)

  3. Jean-Pierre Baillot le 5 avril 2015

    Cela me rappelle l’époque où j’allais au bureau.
    Très agréable (l’enregistrement, pas le bureau) !

  4. Lemoko le 6 avril 2015

    Quelle Maestria!
    Encore un bon moment d’écoute et de plaisir;
    merci Alain

  5. Alain Degandt le 7 avril 2015

    Merci à vous, mes Quat’z'amis ! Mais surtout un grand merci au bon et malicieux Satie, qui nous régale souvent, dans l’humour, la satire et la fantaisie, comme dans la douce mélancolie. Merci aussi à M. Tom Pascale, pianiste de talent, pour son aimable autorisation et à Christine Sétrin pour sa mission diplomatique à l’étranger couronnée de succès !
    ALAIN D.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.