Page complète du livre audio gratuit :


SCHWOB, Marcel – Le Roi au masque d’or

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 4h 38min | Genre : Contes


Marcel Schwob - Le Roi au masque d'or

L’univers cruel et étrange des contes de Marcel Schwob n’est peut-être guère approprié pour les fêtes de Noël. Vous y assisterez à des scènes de torture médiévale, à des meurtres sanglants ou des crimes passionnels et même à un sabbat de sorcières ou à un embaumement de cadavres en Lybie… Comme dans La Légende des gueux, l’horreur serait intolérable sans la poésie, les mots et le pouvoir d’envoûtement de Schwob.

Deux contes doivent être écoutés aujourd’hui, vendredi 21 décembre 2012, en ce jour de fin du monde annoncée : La Mort d’Odjigh et L’Incendie terrestre.
« Dans ce temps, la race humaine semblait près de périr. L’orbe du soleil avait la froideur de la lune. Un hiver éternel faisait craqueler le sol. Les montagnes qui avaient surgi, vomissant vers le ciel les entrailles flamboyantes de la terre, étaient grises de lave glacée. Les contrées étaient parcourues de rainures parallèles ou étoilées ; des crevasses prodigieuses, soudainement ouvertes, abîmaient les choses supérieures avec un effondrement, et on voyait se diriger vers elles, dans une lente glissade, de longues files de blocs erratiques. L’air obscur était pailleté d’aiguillettes transparentes ; une sinistre blancheur couvrait la campagne ; le rayonnement d’argent universel paraissait stériliser le monde. » (La Mort d’Odjigh)

« Ce fut alors que par une nuit d’électricité, le signal de dévastation parut tomber du ciel. Une tempête inconnue souffla d’en haut, engendrée par la corruption de la terre. Les froidures et les chaleurs, les clairs de soleil et les neiges, les pluies et les rayons confondus avaient fait naître des forces de destruction qui éclatèrent soudain. » (L’Incendie terrestre)

21 contes composent le recueil Le Roi au masque d’or, paru en 1892. Deux d’entre eux n’ont pas été lus ici, étant déjà disponibles sur Littérature audio.com : La Machine à parler et Bargette, publié dans Le Livre de Monelle sous le titre La Déçue.

Illustration : Le Roi au masque d’or, par Georges de Feure, pour le recueil La Porte des rêves (1899).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Le Roi au masque d’or.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Le Roi au masque d’or.zip




> Références musicales :

Julien Allioux, Funeral day, extrait de l’album The Life (licence Cc-By-Sa-3.0).

> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, ,

 

Page vue 10 392 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

7 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Josette Albiol le 6 janvier 2013

    Attention ! Ce commentaire dévoile une partie de l’histoire.

    Je viens d’écouter « Le roi au masque d’or » et « La mort d’Odjigh » pas des contes de Noël mais récits combien envoûtants par leur poésie Malgré l’angoisse que peut procurer le récit , les fins s’achèvent , par la mort des héros, bien sur mais amis dans la douceur et la compassion pour le premier et par le renouveau de la nature … et l’apaisement de la faim du loup pour le second
    Je choisirai de lire les autres selon mes humeurs
    Merci
    Josette Albiol

  2. Christine Sétrin le 6 janvier 2013

    Bonsoir chère Josette :) ,

    Effectivement, l’angoisse et l’horreur sont souvent présentes dans ce recueil…

    Je crois que seul Le Retour au bercail échappe à cette ambiance et termine sur une note d’espoir…

    Merci de votre commentaire :)

    À bientôt,

    Ch.

  3. Vincent de l'Épine le 7 février 2013

    Merci Christine,
    Je viens de terminer l’écoute cette nuit (!).

    Ce sont de bien belles nouvelles d’un auteur qui, je le confesse, m’était inconnu. Elles sont dures, violentes, mais l’émotion, l’amour ne sont jamais loin.
    « L’incendie terrestre » est très émouvant et évoque par ses visions de fin du monde certaines œuvres de Barjavel.
    « Le Roi au Masque d’Or » a le charme et la beauté d’un conte philosophique.
    Merci à toi pour m’avoir fait découvrir ces textes, et surtout pour ta lecture qui les porte parfaitement !

    Vincent

  4. Christine Sétrin le 7 février 2013

    Merci Vincent, pour ton commentaire :) !!!

    J’ai découvert Marcel Schwob grâce à Littérature audio et aux enregistrements de René. Et j’ai tout de suite eu envie d’en lire davantage et, pourquoi pas, d’enregistrer quelque chose de cet écrivain. Je me suis laissée prendre au jeu puisque Le Roi au masque d’or est déjà le quatrième livre que j’enregistre :) .

    Effectivement, malgré la noirceur et la violence de ces contes, il y a souvent une petite note d’espoir, de lumière, qui nous engage à continuer de croire en l’humanité… ;-)

    Alors merci cher René, qui nous avez permis de découvrir cet auteur fascinant :) !!!

    Bonne journée,

    Ch.

  5. Ahikar le 16 juillet 2015

    Chère Christine, :)

    Votre belle lecture du Roi au masque d’or m’a permis de découvrir une des sources du Teinturier masqué Hakim de Merv de Jorge Luis Borges, contenu dans Histoire universelle de l’infamie. Il est toujours intéressant de voir comment les histoires se transforment et renaissent d’un auteur à un autre, le roi au masque d’or est devenu un prophète voilé sous la plume de l’Argentin. Je me demande si la nouvelle de Schwob n’a pas eu également quelque influence sur l’archéologie. En effet, il a suffi de quelques tâches dues au développement de lichens, quelques mutilations dues au temps pour que des archéologues reconnaissent les stigmates de la lèpre. De nos jours, tous les archéologues nient catégoriquement cette assertion. Et pourtant, si vous allez au Cambodge, à Angkor Thom, vous pourrez admirer la splendide statue du Roi lépreux !

    P.-S. En poussant un peu mes recherches, j’ai découvert que la Revue du monde catholique, volume 25, de 1869, fait déjà mention de la statue du Roi lépreux d’Angkor. La nouvelle de Marcel Schwob ne datant que de 1892, force m’est de conclure que c’est plutôt l’imagination des archéologues qui a enflammé celle de Marcel Schwob, comme elle enflammera d’ailleurs celle de Pierre Benoit qui publiera trois décennies plus tard Le Roi lépreux.

    Amitiés, :)

    Ahikar

  6. Christine Sétrin le 16 juillet 2015

    Merci cher Ahikar pour votre écoute attentive et votre commentaire qui m’a donné envie de relire Pierre Benoit :-) .

    Sans aucun doute, l’imagination de Marcel Schwob a été enflammée par l’actualité archéologique : à la même époque, la découverte par Frederic George Kenyon des Mimiambes d’Hérondas lui inspira les fascinants Mimes, publiés entre 1891 et 1892 (http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/schwob-marcel-mimes.html ;-) )

    Amitiés,

    Ch.

  7. Ahikar le 17 juillet 2015

    Merci chère Christine pour ces informations. Dès qu’il sera à nouveau possible de télécharger j’écouterai les Mimes.

    Heureusement qu’il y a des personnes surdouées en informatique tel Augustin, pour lesquelles les voies de l’informatique ne sont pas impénétrables ! ;)

    Très bonne après-midi.

    Ahikar

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.