Page complète du livre audio gratuit :


SOLLOGOUB, Vladimir Alexandrovitch – Serge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Vladimir Aleksandrovic Sollogub

Vladimir Sollogoub (1813-1882), à ne pas confondre avec Fédor Sologoub (1863-1927), auteur de Les Ombres, est un écrivain et diplomate russe, connu surtout par son roman satirique anti-slavophile Tarantass (1845) étude de moeurs provinciales. La nouvelle Serge est aussi, via le portait du héros, une confrontation de la noblesse pétersbourgeoise (amour de Serge pour la comtesse) et de la paysannerie de province (amour de Serge pour Olympiade). L’histoire de Serge nous est contée avec humour et une familiarité agréable :
« Il se nomme Serge. Il va à la campagne. Il est militaire, quoique d’un caractère peu guerrier. Il est d’un bon naturel, c’est un élégant hussard. Vous l’avez vu partout. Sa stalle au théâtre est toujours au premier rang, auprès de quelque personne importante ; il lorgne les jolies femmes et se permet des signes d’intelligence avec les danseuses. Il porte toujours des épaulettes neuves, même sur ses vieux uniformes. Il n’est ni bien ni mal, ni spirituel ni bête, ni riche ni pauvre ; il occupe dans le monde une place assez distinguée, grâce à son habileté constante à danser toujours avec la femme à la mode, et à se lier avec les élégants qui viennent de l’étranger briller dans nos salons. Il a lu Balzac et connaît Shakspeare de nom. [...]
Je vais maintenant continuer ; pardonnez-moi, mes chers lecteurs, s’il y a peu d’intérêt dans mon récit : mais ce que j’écris n’est pas une nouvelle, la nouvelle viendra plus tard ; ceci n’en est que l’avant-propos. Du reste, pour procéder par ordre dans les événements, je suppose que vous avez déjà deviné que l’habitation de Serge était voisine de celle de Nicolas Ossinovitch. »
On trouve aussi quelques envolées lyriques, comme « Amour, mot sacré, but unique de la vie, joie de l’existence, se peut-il que tu ne sanctifies pas toujours le cœur dont tu t’es emparé ? Tu es beau, mais tu as aussi besoin de formes, comme les choses les plus prosaïques. Pourquoi t’enflammes-tu à la vue des pirouettes d’une danseuse, et te sens-tu déplacé dans la famille des Karpènetoff ? »

Traduction : Eugène de Lonlay (1815-1886).

Serge.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 7 037 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Gambas y Camarones le 9 avril 2013

    Merci !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.