Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'SULTE, Benjamin - Poésies (Sélection)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahikar le 26 octobre 2012

    Merci Diane de nous faire découvrir tous ces poètes québécois que nous ne connaissons pas.

    J’ajoute pour les auditeurs la notice de Wikipédia:

    Benjamin Sulte (17 septembre 1841 – 6 août 1923) est un journaliste, un critique littéraire, un historien, un militaire, un traducteur et un poète québécois.
    Né à Trois-Rivières, il reçoit son instruction chez les Frères des écoles chrétiennes mais doit quitter l’école à l’âge de dix ans en raison du décès de son père quatre ans plus tôt.

    Il s’intéresse à la littérature tout en occupant plusieurs métiers, devenant ainsi autodidacte.

    Lorsqu’éclate l’affaire du Trent, il s’engage dans l’infanterie pour éviter une possible invasion américaine. Sergent-major puis capitaine des milices, il avait reçu une formation militaire au collège de Québec.

    De 1860 à 1867, il est journaliste au Canada, remplaçant Elzéar Gérin, mais il devient ensuite traducteur officiel à la Chambre des communes du Canada.

    En 1871, il épouse Augustine Parent, fille d’Étienne Parent, alors sous-secrétaire d’État pour le Canada. Son beau-frère est le poète et bibliothécaire Antoine Gérin-Lajoie.

    Benjamin Sulte est très dévoué à l’étude de l’histoire du Canada, une passion qui le domina pendant toute sa vie professionnelle. Son ouvrage le plus connu est son Histoire des Canadiens français, publié en 1882.

    Réputé libéral, il dressa un portrait peu flatteur des jésuites, de François de Laval et d’Octave Crémazie, ce qui lui valut des reproches. Il critiqua certains aspects du nationalisme canadien-français.

    Sulte était néanmoins l’auteur le plus prolifique de son temps avec environ 3 500 articles rédigés. Il laissa quelques vers poétiques dans Les Laurentiennes et Les chants nouveaux, écrits en 1870 et en 1876

    Entré au département de la défense en 1870, il accède au poste de commis en chef en 1889. Il prend sa retraite en 1902, mais la fin de sa vie est marquée par des difficultés, ayant vécu une dure séparation avec sa femme. Il mourut à Ottawa en 1923.

    Dictionnaire biographique du Canada:
    http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=42005

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.