Page complète du livre audio gratuit :


THACKERAY, William Makepeace – La Foire aux vanités (Tome 01)

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 13h 2min | Genre : Romans


Vanity Fair

La Foire aux vanités (Vanity Fair), publié en feuilletons entre 1846 et 1848, est un des chefs-d’œuvre de la littérature anglaise. Le titre est emprunté à un épisode célèbre du Voyage du pèlerin (1678), de John Bunyan. Thackeray (1811-1863), le grand rival de Dickens, y brosse un tableau satirique d’un monde matérialiste et y dénonce le poids de la morale dans la société pré-victorienne. Le roman relate les destinées entrelacées de deux héroïnes fortement contrastées, qu’opposent leurs origines sociales et leurs personnalités. Rebecca Sharp (« Becky »), orpheline d’une mère française, danseuse d’opéra, et d’un père artiste peintre sans le sou, est une jeune femme ambitieuse et sans scrupules, tandis que Amelia Sedley, fille d’un riche négociant de la City, chez qui elles séjournent toutes deux après avoir quitté le pensionnat de Miss Pinkerton, est douce, généreuse et effacée. Leur amitié, d’abord étroite, sera mise à mal lorsque George Osborne, ami d’enfance d’Amelia puis son mari, se laissera séduire par Rebecca, devenue Mrs Crawley.
La première moitié de l’œuvre a pour toile de fond la Cité de Londres, qui – à la suite des guerres napoléoniennes – connaît ses premières crises financières, et se clôt au soir de la bataille de Waterloo, gagnée à la surprise générale par les Anglais. L’insouciance et la folle gaîté, puis la panique, de la haute société britannique installée à Bruxelles à la veille du combat, est un des morceaux de bravoure du roman.

La traduction de Georges Guiffrey est assez libre et j’ai corrigé quelques-unes de ses inexactitudes les plus flagrantes. J’ai aussi sauté le passage intitulé « Nuit d’attaque » – Chapitre 6, pages 81 à 84 – qui n’est guère intéressant et a d’ailleurs disparu des éditions anglaises du roman. J’ai délibérément francisé la prononciation de la plupart des noms propres.

Traducteur: Georges Guiffey (1827-1887).

> Écouter un extrait : Chapitres 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

La Foire aux vanités (Tome 01).zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, , ,

 

Page vue 1 151 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Marie-Ange Bataillé le 19 août 2017

    Merci cher André pour cette lecture; Je ne sais rien de ce roman sinon sa renommée et le plaisir qu’en ont retiré tous ceux qui l’ont lu . Je m’empresse d’enregistrer ce tome premier et vous remercie encore de nous faire connaitre après
    vos lectures de Dickens, Eliot,Collins, Hawthorne… ce grand classique de la littérature anglaise. Amitiés,
    Marie-Ange

  2. André Rannou le 19 août 2017

    Merci chère Marie-Ange. Votre commentaire m’encourage à continuer, malgré quelques déboires avec Audacity.
    Amicalement.
    André

  3. Loiselle le 21 août 2017

    Cher monsieur Rannou,
    J’attendais cette lecture avec beaucoup de fébrilité. Merci beaucoup !
    Je vais l’écouter à petites doses, comme on boit un grand vin !
    Je vous encourage aussi à continuer, malgré vos tribulations avec Audacity …
    La « zénitude » vient à bout de tout !
    Bravo pour vous et pour nous tous !

  4. André Rannou le 21 août 2017

    Merci beaucoup, chère Loiselle! Votre commentaire me fait plaisir et me réconforte.
    Bien amicalement.

  5. Francine du Québec le 26 août 2017

    Merci mon cher André Rannou pour cette charmante lecture de la Foire aux Vanités. J’ai beaucoup aimé le tome 1 et j’ai hâte au tome 2 ☺
    Je ne connais pas vos déboires avec Audacity mais sachez que vous êtes un de mes lecteurs favoris.
    Je vous encourage à continuer votre merveilleux travail et un gros merci ! Amicalement

  6. André Rannou le 26 août 2017

    A mon tour de vous remercier, chère Francine! vos propos encourageants me font chaud au coeur.
    Sincère amitié.
    André

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.