Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'VERNE, Jules - La Journée d'un journaliste américain en 2890' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Vl@d le 7 septembre 2011

    Orangeno, encore du bon travail. Waw, Merci!

  2. Arthurbreton le 11 décembre 2011

    Un excellent récit bien qu’un peu court à mon goût!
    A lire absolument!

  3. antonello le 22 août 2012

    Bonjour a tous!!! Merci pour votre oeuvre !!! ce site est un vrai paradis!!!! Je vous signale que je crois avoir individuè un saut de ligne ou bien une erreur de transcription probablement du a un copie-colle dans le passage suivant : extraorditution du trop-plein des chaleurs estivales, ils sont venus puissamment en aide à l’agriculture… à la parole extraorditution…. etant donnè que le passage se repete quelques ligne plus bas : En atténuant les rigueurs de l’hiver par la restitution du trop-plein des chaleurs estivales…. tenez moi au courant….. merci et bon travail!!!

  4. Orangeno le 22 août 2012

    Bonjour Antonello !

    Merci beaucoup pour votre écoute, je vous en souhaite beaucoup d’autre sur le site, ainsi que de nombreuses découvertes.

    J’ai vérifié le passage que vous me signalez, il est correct. Voici ce qui se trouve dans le texte de Jules Verne :
    « Une
    pléiade d’inventeurs en naquit, aboutissant à notre extraorditution
    du trop-plein des chaleurs estivales, ils sont venus puissamment
    en aide à l’agriculture. En fournissant la force motrice
    aux appareils extraordinaires James Jackson. C’est à ce dernier
    que nous devons les nouveaux accumulateurs qui condensent,
    les uns la force contenue dans les rayons solaires, les autres
    l’électricité emmagasinée au sein de notre globe, ceux-là, enfin,
    l’énergie provenant d’une source quelconque, chutes d’eau,
    vents, rivières et fleuves, etc… C’est de lui que nous vient également
    le transformateur qui, puisant la force vive dans les accumulateurs
    sous forme de chaleur, de lumière, d’électricité, de
    puissance mécanique, la rend à l’espace, après en avoir obtenu
    le travail désiré.
    Oui ! C’est du jour où ces deux instruments furent imaginés
    que date véritablement le progrès. Leurs applications ne se
    comptent plus. En atténuant les rigueurs de l’hiver par la restitution
    du trop-plein des chaleurs estivales, ils sont venus puissamment
    en aide à l’agriculture. »

    On trouve donc deux fois des propos sur les chaleurs estivales, mais pour parler de différentes choses.

    Merci pour votre attention lors de l’écoute !

    Orangeno

  5. Reda (Algérie) le 23 mars 2013

    Orangeno,

    C’est un plaisir d’écouter les textes que tu lis d’une manière magnifique.

    Bravo!

  6. Aymeric le 20 juillet 2013

    Excellent ! Merci pour cette belle lecture…

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.