Page complète du livre audio gratuit :


VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 39)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Biographies


L'Armée russe à Paris en 1814

Une seule « affaire » occupe le chapitre 39 :

Le riche et avare bijoutier et le brave Curé récupéreront-ils les diamants et les saints objets volés par celui que soupçonne le policier Vidocq ?

« Eh bien ! Vidocq, qu’en pensez-vous ?  – L’affaire est épineuse, répondis-je à M.Henry, mais si je m’en chargeais, je ne serais pas surpris d’en venir à mon honneur. »

Contenu détaillé :

Nos amis les ennemis. – Le bijoutier et le curé. – L’honnête homme. – La cachette et la cassette. – Une bénédiction du ciel et le doigt de Dieu. – Fatale nouvelle. – Nous sommes ruinés. – l’amour du prochain. – Les Cosaques sont innocents. – 100.000 francs, 50.000 francs, 10.000 francs, ou la récompense au rabais. – Le faux soldat. – L’entorse de commande. – La tonnelière de Livry. – La petite réputation locale. – Je suis juif. – Mon pèlerinage avec la religieuse de Dourdan. – Le phénix des femmes. – Ma métamorphose en domestique allemand. – Mon arrestation. – Je suis incarcéré. – Le hacheur de paille. – Mon entrée en prison. – Les étrangers ont des amis partout. – Le rat d’église. – L’habit viande. – Les boutons de ma redingote. – Ce qu’entend toujours un ivrogne. – Mon histoire. – La bataille de Montereau. – J’ai volé mon maître. – Projets d’évasion. – Voyage en Allemagne. – La poule noire. – Confidence au procureur du roi. – Mon extraction. – Ma fuite avec un compagnon d’infortune. – Cent mille écus de diamants. – Le minimum.

Illustration : Anonyme, L’Armée russe à Paris en 1814.

Chapitre 39.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Biographies, Histoire, ,

 

Page vue 5 082 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.