Page complète du livre audio gratuit :


VINGTRINIER, Emmanuel et Joseph – Les Canuts

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 16h 41min | Genre : Romans


Dousset Canuts.JPG

Lyon : 1831-1834.
Une page célèbre de l’histoire ouvrière s’écrit à cette époque-là : les ouvriers tisserands, opprimés et exploités, découvrent l’action collective afin d’améliorer leur sort. Leur détermination se traduira d’ailleurs par le slogan : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ».

La révolte, l’insurrection, les barricades, mais aussi les manipulations en tous genres, Marius Jacquemin les vit à travers son engagement dans la lutte. Pourtant, cette guerre civile qui va ravager Lyon, il l’abhorre.

Apparemment marqués par cette période, Emmanuel et Joseph Vingtrinier, journalistes et historiens, nous font revivre ces événements à travers les destins opposés de deux frères : l’un canut, l’autre fabricant. L’évocation romanesque se double d’une relation précise des événements qui s’appuie sur une localisation minutieuse de l’action.
Ce combat emblématique de la classe ouvrière trouvera un large écho en France et en Europe : Victor Hugo, Karl Marx et Aristide Bruant l’évoqueront chacun à leur façon. Il sert encore de référence dans notre histoire syndicale contemporaine.

Illustration : composition personnelle.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.




> Références musicales :

Interprétation personnelle du Chant des Canuts d’Aristide Bruant (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Histoire, Romans, , ,

 

Page vue 9 530 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

18 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Cocotte le 6 janvier 2015

    Bravo pour cette lecture, qui parle d’un épisode important dans l’histoire de la lutte ouvrière, l’action collective des canuts, afin d’améliorer leur sort.
    Vous avez une belle voix et vous lisez très bien.
    Merci pour cette belle lecture.
    Je vous envoie un message rpivé sur le forum
    Coridalement
    Cocotte

  2. Trollus le 11 janvier 2015

    Merci beaucoup.
    Bien belle lecture!

  3. Sans-Dents le 18 janvier 2015

    Bonne idée, merci.
    Solidarité avec les canuts d’hier qui sont les sans-dents d’aujourd’hui.
    Les premiers tissaient la soie, les seconds filent un mauvais coton.

  4. Christian Dousset le 21 janvier 2015

    Merci à vous pour vos messages,tellement
    encourageants.
    J’ai eu d’autant plus envie de redonner un coup de projecteur sur cette page d’histoire ouvrière, que notre propre époque exhale quelques relents très 19ème, ne serait-ce que dans le creusement ces inégalités.
    Au plaisir de partager d’autres pages.
    Christian

  5. Louise Michel le 28 janvier 2015

    Quand on a faim, on crie! Non?
    Je pense que vous auriez pu être un peu plus virulent dans les dialogues.

    Merci pour cette belle lecture.

  6. Christian Dousset le 12 février 2015

    Chère Louise Michel,
    Merci pour votre enrichissant commentaire qui m’amène à la réflexion suivante: je pense que je fais, pour ma part, une différence assez nette entre l’interprétation d’une pièce de théâtre où les effets sont davantage forcés, les voix multiples, et la lecture d’un roman, plus plate, à une seule voix. Si j’osais une métaphore de géographie physique, je dirais que, dans le premier cas, l’exercice s’apparente à un relief « vallée-haute montagne », alors que dans le second,il relève d’une configuration « plaine-colline ».
    Quant au cri de la faim, vous avez certainement raison puisque « Ventre affamé n’a pas d’oreille » et que les émeutes de la faim ont existé et perdurent, sporadiquement. Néanmoins,si tous les affamés criaient à la mesure de leur nombre et de leur terrible condition, notre triste monde n’aurait-il pas déjà radicalement changé? La résignation ne s’avère-t-elle pas un puissant outil de jugulation?
    Voilà, c’étaient quelques réflexions en vrac.
    Au plaisir de vous retrouver pour la suite du roman.
    Christian

  7. Louise Michel le 12 février 2015

    Est-ce bien la résignation qui est un puissant outil de jugulation? N’est-ce pas plutôt la peur de l’oppression? Il me semble que la résignation n’est qu’une conséquence de l’oppression, qu’elle soit féodale, laïque ou policière. Des siècles d’oppression féodale avaient mis le peuple à plat ventre ; on le croyait inoffensif. Je me rappelle d’une caricature du XVIIIème siècle où un grand seigneur, sur son cheval, se débarrassait de quelques va-nu-pieds à coups de chasse-mouches. Dommage que la légende ne puisse nous dire si quelques décennies plus tard il avait encore sa tête! ;)

    J’attends avec impatience la suite.

  8. Françoise le 5 mars 2015

    Merci pour cette lecture !!! a quand la suite ??

  9. Christian Dousset le 7 mars 2015

    Chère Françoise,
    La deuxième partie devrait être en ligne fin mars.
    Quant à la troisième et dernière partie, déjà enregistrée, il me faut la corriger, ce qui me prend un certain temps.
    A bientôt.
    Christian

  10. Christian Dousset le 19 mars 2015

    Bonjour,
    Celles et ceux qui attendaient la suite vont pouvoir satisfaire leur curiosité: je viens de déposer la 2ème partie du roman sur le site. Donc, dans quelques jours, vous allez pouvoir vivre le 2ème volet de cette histoire.
    Au plaisir de vous retrouver entre les pages du livre.
    Christian

  11. Yves Palatin le 12 avril 2015

    Un grand bravo pour cette lecture passionnante. J’attends avec impatience la troisième partie.

  12. Christian Dousset le 9 mai 2015

    Chers amis,
    Je viens de terminer la correction et le montage de la 3ème et dernière partie; vous allez donc pouvoir rejoindre « Les canuts » d’ici quelques jours.
    Au plaisir de vous retrouver entre les pages du livre.
    Christian

  13. Christine Sétrin le 9 mai 2015

    Bonsoir :-)
    Les chapitres de la troisième partie sont en place ci-dessus…
    Vous pouvez d’ores et déjà télécharger la fin de votre roman.
    Bonne lecture et bon dimanche !!
    Ch.

  14. Sans-Dents le 14 mai 2015

    Merci. Les sans-dents apprécient.

  15. Christian Dousset le 22 décembre 2015

    A toutes celles et à tous ceux qui ont partagé avec moi un moment de littérature, je souhaite de joyeuses fêtes, bonheur et santé pour 2016, dans la sérénité de ces pages qui nous permettent d’échapper à toutes les barbaries.
    Bonne année!
    Christian

  16. Dominique le 28 décembre 2015

    Merci de bos voeux et de ces heures de bonheur que vous nous donnez par vos lectures. Tous mes voeux sincėres pour la prochaine annėe

  17. Sans-Dents le 11 février 2016

    Bonne année à vous également, Christian Dousset, mais avec beaucoup de retard, puisque je vous lis seulement maintenant.

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  18. Thierry le 25 juin 2018

    Ici aussi merci pour ce roman que j’ai écouté avec beaucoup d’attention il y a déjà un ou deux ans, je ne sais plus.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.