Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'VIRGILE - Géorgiques (Livre 1)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Alain Degandt le 22 octobre 2013

    J’ai choisi pour ma lecture la traduction versifiée de Jacques Delille (1738-1813), qui date de 1770. S’il s’éloigne quelque peu de la traduction littérale, il ne la trahit pas et reste très fidèle à l’esprit du texte. J’ai été séduit par la musicalité de son poème et son art me semble proche de celui d’André Chénier, son contemporain. Des vers comme « Ainsi qu’à nos moissons présidez à mes chants » ou « Toi, je veux qu’on t’adore, et non pas qu’on te craigne » évoquent irrésistiblement notre « Grand Siècle » et nos célèbres auteurs tragiques. Par ailleurs, il est l’auteur d’un recueil poétique intitulé « L’Homme des Champs ou Les Géorgiques françaises » (1802), que j’envisage de lire plus tard pour L.A. … du moins sous la forme de quelques extraits.

  2. André Rannou le 18 mars 2015

    Cher Alain, permettez-moi de vous féliciter d’avoir enregistré l’intégralité de ce long poème, qui demande du souffle. Votre voix douce et grave est très agréable,et je vous l’envie car la mienne ne me plaît pas du tout.Je suis fils de paysan et les sujets abordés par Virgile me replongent dans le monde de mon enfance!Je crois aussi me souvenir de « versions latines » empruntées à ce poème.
    Merci pour cette très belle lecture.
    Amicales salutations.
    André

  3. Alain Degandt le 29 avril 2015

    Merci à vous, Cher André, pour qui j’ai beaucoup d’admiration, par rapport au choix de vos textes lus, à la capacité que vous avez de faire des lectures au long cours, d’une grande qualité de diction, de débit et d’articulation. Je ne vois pas ce que vous pouvez reprocher à votre voix, à moi elle me convient parfaitement et me rappelle celle de mon meilleur copain, Jean-Pierre D., trop tôt disparu, comme on dit « des suites d’une longue maladie ».
    Bon courage pour vos lectures futures, qui seront toujours très appréciées. « Jean-Christophe », c’est de la balle !
    Bien cordialement,
    ALAIN D.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.