Page complète du livre audio gratuit :


VIVIEN, Renée – Les Sœurs du silence – Cruauté des pierreries – Trahison de la forêt

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 47min | Genre : Nouvelles


Giulio Romano - Donna al bagno

« J’avais entendu parler, en termes tantôt élogieux, tantôt méprisants, de ce monastère laïque créé par la douleur d’une femme pour la douleur des autres femmes. C’était, assuraient les uns, un lieu fraternel et sacré où les lassitudes se retrempaient dans le recueillement. Les autres n’y voyaient que le caprice maladif d’un être égaré par les deuils. Je résolus de voir et d’apprendre, et, un jour d’automne, j’allai vers le couvent profane. » (Les Sœurs du silence)

« Il y a des hommes bizarres et terribles qu’enchante la douleur physique d’autrui. Les cris et les contorsions des suppliciés aiguillonnent leurs voluptés lasses… Vous leur ressemblez, vous à qui répugnent la laideur des souffrances corporelles et la barbarie du sang versé. Votre joie est de ranimer l’angoisse qui sommeille dans les âmes. La vision de mes effrois et de mes tortures rougeoie à travers mes paroles. C’est pourquoi vous en écoutez le récit avec un si clair sourire… Vous êtes implacable, Madonna Gemma. Mais vous êtes si belle que je vous obéirai. » (Cruauté des pierreries)

« Je ne suis pas un méchant homme, quoique l’on m’ait surnommé : The Forest Devil. On m’appelle aussi Blue Dirk, parce que je suis tatoué sur tout le corps. Joan aussi était bleue de tatouages. Joan, c’était ma femme. Nous ne nous sommes pas mariés selon l’Église Anglicane, parce que, là où nous nous sommes rencontrés, il n’y avait pas de clergyman. Mais c’était ma femme quand même. Elle avait les plus beaux tatouages qu’une femme puisse convoiter. Une Indienne de l’Amérique n’est pas plus savamment décorée de tomahawks et de tortues. À la jambe droite, je lui avais dessiné un diable avec des cornes de buffalo et une queue de vache. Au poignet droit, un serpent, en guise de bracelet. Et, au-dessus du sein gauche, deux cœurs unis par une flèche, et nos initiales entrelacées. » (Trahison de la forêt)

Trois nouvelles extraites du recueil La Dame à la louve (1904).

Illustration : Giulio Romano, Donna al bagno (S. XVI).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Les Sœurs du silence.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Les Sœurs du silence.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Cruauté des pierreries.mp3
Trahison de la forêt.mp3



> Références musicales :

Julien Allioux, Her (licence Cc-By-Sa-3.0).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 5 044 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Déniel le 21 décembre 2015

    Si les fleurs blanches symbolisent pour moi la pureté, j’ai hâte de découvrir plus avant ces oeuvres encore une fois magnifiques de la littérature anglaise.
    Merci pour votre magnifique travail à tous. On y apprend à aimer tous les genres. C’est peut-être une porte pour atteindre le paradis fraternel dont nous rêvons tous.
    Très très bon Noël à toute l’équipe qui sait , sans compter, nourrir notre âme, notre esprit et notre coeur.

  2. Christine Sétrin le 21 décembre 2015

    Une nouvelle sélection de ce recueil devrait être publié très bientôt. Peut-être avant la fin de l’année, si les préparatifs de Noël me laissent un peu de répit ;-)

    Merci cher(e) Déniel pour votre écoute et pour votre chaleureux commentaire.

    Nous vous souhaitons, ainsi qu’à ceux qui vous sont chers, de très heureuses fêtes de fin d’année :-)

    Ch.

  3. Pomme le 14 mars 2016

    J’ai particulièrement apprécié Les soeurs du silence et son atmosphère étrange et silencieuse. La musique et votre voix qui s’enroule longuement sur les dernières syllabes ajoutent au charme.
    Pomme

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.