Page complète du livre audio gratuit :


VOLTAIRE – Dictionnaire Philosophique : Huit Questions sur la religion

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Religion


Jamphel Gyatso (1754-1804), huitième Dalai Lama

Voltaire, dans l’article de l’édition 1769 de son Dictionnaire philosophique pose Huit Questions sur la religion. Chacune des citations ci-dessous appartient à chaque section (qui n’est pas intitulée).

Première Question :
« En effet si la Religion juive avait été bonne, pourquoi l’aurait-on abolie ? Une Religion vraie doit être pour tous les tems & pour tous les lieux, elle doit être comme la lumière du soleil, qui éclaire tous les peuples & toutes les générations. »

Deuxième Question :
« J’ose croire, au contraire, qu’on a commencé d’abord par reconnaître un seul Dieu, & qu’ensuite la faiblesse humaine en a adopté plusieurs. »

Troisième Question :
« On commença dès le second siècle, par chasser les démons au nom de Jésus ; auparavant on les chassait au nom de Jehovah, ou Yhaho. »

Quatrième Question :
« L’ancienne maxime était qu’il vaut mieux obéïr à Dieu qu’aux hommes ; la maxime opposée est reçue, que c’est obéir à Dieu que de suivre les loix de l’État. »

Cinquième Question :
« La religion la moins mauvaise ne serait-elle point celle qui ne soutiendrait pas sa créance par des bourreaux, & qui n’inonderait pas la terre de sang pour des sophismes inintelligibles ? »

Sixième Question :
« Les sacrifices humains sont très rares chez les anciens Romains ; en un mot, la religion payenne a fait répandre très peu de sang, & la nôtre en a couvert la terre. »

Septième Question :
« Un homme blessé de vingt coups de fusil dans une bataille, ne se met point en colère ; mais un docteur blessé du refus d’un suffrage devient furieux & implacable. »

Huitième Question :
« Ne faut-il pas soigneusement distinguer la religion de l’État & la religion théologique ? [...] Il n’en est pas ainsi de la religion théologique ; celle-ci est la source de toutes les sottises, & de tous les troubles imaginables ; c’est la mère du fanatisme & de la discorde civile, c’est l’ennemie du genre humain. »

> Écouter un extrait : Questions 01 et 02.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Questions 01 et 02.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Questions 03 à 08.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 5. XVIIIe siècle, Philosophie, Religion, ,

 

Page vue 5 235 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

7 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. ahmed le 11 novembre 2016

    Bonsoir cher René ,

    Merci de votre présence et votre lecture de Voltaire .

    Une belle et agréable soirée .

    Bien cordialement,
    Ahmed

  2. marcel le 12 novembre 2016

    Bonjour, si vous aviez terminé les livres de la bible hébraïque, nous aurions eu toutes les réponses à apporter à ces calomnies…
    Mais merci pour cette lecture, je n’aurais jamais pu imaginer le niveau de haine des « lumières » envers l’ordre et l’autorité.

  3. Bruissement le 12 novembre 2016

    Aïe! quel dommage que la Bible ne soit pas encore totalement lue! Pour ma part, je compte continuer en 2017 avec le prophète EsaÏe, si possible. Malgré tout, ce qui est déjà publié permet de répondre à Voltaire sur certains points, notamment sur ce dont les Juifs disposaient en matière de doctrine sur une vie après la mort et son système de punition-récompense (dans Job par exemple mais pas seulement).
    Néanmoins, je me permets de constater beaucoup de bon sens et d’intelligence dans les remarques de Voltaire et n’y ais point vu de « haine » particulière envers l’ordre et l’autorité… légitimes. Il a bien raison de relever les contradictions qui existent entre une religion censée être une religion d’amour et sa manifestation quasiment autoritaire, outrancière voire cruelle et monstrueuse dans certains cas avec pour corollaire une moralité manifestement douteuse au sommet de sa hiérarchie, à son époque, à tout le moins!!!
    On peut, bien sûr, répondre à Voltaire, par des arguments sur le véritable sens de la religion incriminée, mais on ne peut pas nier son dévoiement ahurissant, ici ou là, à certains moments et même en certains points de sa doctrine.

  4. Bruissement le 12 novembre 2016

    Désolée de ma faute, il faut lire: « et n’y ai point vu »

  5. Salah GASMI le 12 novembre 2016

    Merci, monsieur, pour vos lectures; surtout pour les malvoyants.

  6. René Depasse le 13 novembre 2016

    Chère Bruissement et cher Marcel,merci de ne pas m’impliquer dans ce sérieux problème sur la mauvaise foi de Voltaire dont je ne suis pas le complice,mais simplement le « porte-pensée » après trois siècles! ! Cordialement R D

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.