Page complète du livre audio gratuit :


VOLTAIRE – Femmes, soyez soumises a vos maris (Version 3)

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 10min | Genre : Essais


Pépites - Les Femmes dans la litterature

« Quand un abbé cite à la maréchale de Grancey, la phrase de Saint Paul : « Femmes, soyez soumises à vos maris », celle-ci proteste indignée et en profite pour exposer sa vision de la femme et du mariage. Et Voltaire, dans cet essai satirique édité en 1768, nous donne une vision « féministe » surprenante pour son temps… et le nôtre ?

Ce texte a été enregistré lors d’une des soirées Pépites en Mars 2013 , sur le thème : Les Femmes dans la litterature à la Maison des Écritures de Lombez dans le Gers.

Dans des lieux divers et sur des thèmes choisis, Pépites propose des soirées de lectures à voix haute de textes tirés de notre littérature française. Ceux-ci sont portés par les voix de Jacqueline Libanori et René Hon (Lemoko). C’est la Maison des Écritures Lombez Midi-Pyrénées qui est à l’initiative de cette action.

Résidence d’écrivains, la Maison des Écritures accueille en résidence des écrivains de toutes disciplines littéraires pour des durées de deux à trois mois. Elle développe par ailleurs un programme d’actions en faveur de la lecture et de l’écriture.

Maison des Écritures Lombez Midi-Pyrénées
4, rue Notre Dame 32220 Lombez
Site : www.maison-ecritures.fr
Courriel : maison-des-ecritures@voila.fr

Donneur de voix : Lemoko.
Avec l’aimable participation de la lectrice Jacqueline Libanori et de Paul Claudel, le Président de la Maison des Écritures de Lombez et les conseils et le soutien technique de Christine Sétrin.

Femmes, soyez soumises a vos maris (Version 3).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Remarque
La mention « (Version 3) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1, Version 2.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 5. XVIIIe siècle, Essais, , ,

 

Page vue 10 898 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Lemoko le 1 avril 2013

    Bien avant nos actuels enregistrements , l’on découvrait les oeuvres litteraires et leurs auteurs , par des lectures à haute voix dans les salons , et autres lieux choisis .
    L’enregistrement de ce texte lu en public n’est pas ici pour rivaliser avec les précédents réalisés par mes camarades donneurs de voix de littérature audio mais bien pour vous rappeller que bien avant nous , d’autres lecteurs ont donné vie à la litterature .
    J’en profite pour les remercier de leurs actions implications dans le passé , pour nous avoir transmi leur expérience et leur savoir .

  2. Konaré le 10 avril 2013

    Jamais la littérature n’a été claire que par l’arrivée de l’écriture: j’exhorte les hommes à lire et à écrire toujours, surtout mes frères noirs qui sont très chers pour moi; c’est bien!Ce site aime ce que je viens de dire….Boeuf!

  3. Bruissement le 11 avril 2013

    Excellent!!! cher Lemoko
    La mise en scène, l’atmosphère ainsi créée, sont à mon avis, d’un merveilleux effet.
    Quant au fond, c’est-à-dire quant au texte même, il n’atteint pas son but comme je l’ai déjà dit sous la version 2 et je trouve même que son côté peu crédible est accentué en cette version 3 par la légèreté de la Maréchale de Grancey si bien soulignée par Jacqueline Libanori, excellente lectrice elle aussi.
    Même si le texte laisse à désirer votre façon de nous le restituer est à souligner! Bravo

  4. Konaré le 12 avril 2013

    Courage à tout le monde!

  5. René le 14 avril 2013

    Merci chère Bruissement ,de nous avoir laissé ce commentaire , nous en sommes Paul Jacqueline et moi ,très flatés …

    D’autres soirées  » Pépites » sont programmées ,

    Lire à haute-voix est vraiment gratifiant , pour un public comme pour des audio lecteurs tels que sur litterature audio .

    A bientôt sur LA

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.