Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'WEIL, Simone - La Porte (Poème)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

9 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Claire Leduc le 2 janvier 2014

    merci Ludovic pour cette belle porte ouvrant sur 2014, encore vide et lumineux. Bonne année à toi et à la famille!

  2. Ludovic Coudert le 3 janvier 2014

    Merci, chère Claire, pour ton message; et tous mes meilleurs vœux également pour toi et toute la famille pour 2014!

  3. M.Rebondy le 7 janvier 2014

    Merci pour ce beau poème, sans espoir ni désespoir!

  4. ludovic coudert le 7 janvier 2014

    Merci pour votre message M.Rebondy. Il me semble, toutefois, que, si l’espérance est bien abandonnée et le désespoir effectivement absent dans ce poème, le lecteur est incliné plutôt à croire que la lumière est là pour qui la désire.
    Bonne année 2014, bien cordialement,

  5. feasson le 7 janvier 2014

    merci pour ce beau poème qui m’à bien plus

  6. feasson le 7 janvier 2014

    merci pour ce poème et pour tout le travail que çà vous donne

  7. M.rebondy le 8 janvier 2014

    Après l’écoute et la lecture de beau et énigmatique poème je n’ai pu m’empêcher de relire le poème de Rilke.
    « Vergers »
    Il me semble deviner un dialogue entre les deux…

    Vers quel soleil gravitent
    tant de désirs pesants ?
    De cette ardeur que vous dites,
    où est le firmament ?

    Pour l’un à l’autre nous plaire,
    faut-il tant appuyer ?
    Soyons légers et légères
    à la terre remuée
    par tant de forces contraires.

    Regardez bien le verger :
    c’est inévitable qu’il pèse ;
    pourtant de ce même malaise
    il fait le bonheur de l’été.

  8. ludovic coudert le 12 janvier 2014

    Merci M.rebondy pour ce très beau prolongement poétique avec Rilke, c’est vrai que cela consonne beaucoup. Mais, je ne sais pas si Simone Weil avait lu Rilke. Je vais chercher…
    Cordialement
    LC

  9. Cochonfucius le 23 janvier 2014

    Newton, comme un ermite
    Ou comme un paysan,
    Loin des gens qui s’agitent,
    Scrute le firmament.

    La lune en la nuit claire,
    Au travers d’un cristal ;
    Pomme, lourde ou légère,
    Au trajet vertical.

    Newton en son verger
    Calcule ce que pèsent
    Les fruits qu’il va manger
    Sous cette lune anglaise.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.