Page complète du livre audio gratuit :


WILDE, Oscar – La Cruauté dans les prisons

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 47min | Genre : Nouvelles


Détail de la façade de la prison de Reading

La Cruauté dans les prisons (anglaises de 1897) :

« Monsieur,
Je lis avec un grand regret, dans les colonnes de votre journal, que le gardien Martin, de la Reading Prison, a été révoqué pour avoir donné quelques biscuits à un petit enfant affamé.

J’ai vu les trois enfants moi-même, le lundi qui précéda ma mise en liberté. Ils venaient d’être condamnés et se tenaient en rang, dans le hall central, vêtus du costume des prisons et portant leurs feuilles sous le bras, prêts à être conduits dans les cellules qui leur étaient désignées. Je suivais par hasard une galerie menant au parloir où je devais avoir une entrevue avec un de mes amis.

C’étaient de tout petits enfants. Le plus jeune (celui auquel le gardien donna les gâteaux) était un tout petiot maigrelet pour lequel on n’avait évidemment pu trouver de costume assez petit pour le vêtir. J’avais certainement vu bien des enfants détenus, au cours des deux ans durant lesquels je fus moi-même emprisonné. [...] »

Oscar Wilde a cotoyé dans la prison anglaise de Reading des enfants incarcérés objets de traitements inhumains. Il exprime sa révolte aussi à l’égard de incompétence des médecins psychiatres des maisons d’arrêt.

Traduction anonyme (1897)

Illustration : Détail de la façade de la prison de Reading en 1844.

La Cruauté dans les prisons.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Société, , ,

 

Page vue 1 861 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

1 commentaire sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahmed le 14 décembre 2019

    Bonsoir cher Depasse ,

    Rassuré de votre présence sur le site et je remercie les donneuses de voix pour l’inquiétude, et constate la considération,l’amitié pour votre personne.
    Bon dimanche.

    Ahmed

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.