Page complète du livre audio gratuit :


ZOLA, Émile – Mes haines

Donneur de voix : Cyprien | Durée : 13min | Genre : Essais


Eugène Delacroix - Têtes de lionnes

« La haine est sainte. Elle est l’indignation des cœurs forts et puissants, le dédain militant de ceux que fâchent la médiocrité et la sottise. Haïr, c’est aimer. »

C’est un Émile Zola de 26 ans qui signe ce texte offensif et jubilatoire en préface au recueil de chroniques Mes haines. Ce pamphlet, cependant, se suffit à lui-même, et se lit comme une déclaration de haine rageuse et fervente qui n’a rien perdu de son actualité…

Licence Creative Commons

Mes haines.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Essais, ,

 

Page vue 2 666 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahmed le 27 mars 2016

    Bonjour cher Cyprien ,

    Quelle belle lecture et aussi un choix unique dans son genre !!!

    Quel beau style , et il est rare aujourd’hui de définir ‘ La haine ‘ avec ces multitudes et d analyse qui laisse l’ auditeur perdu !

    Merci infiniment et bon dimanche …

    Bien cordialement ,
    Ahmed

  2. Cyprien le 28 mars 2016

    Cher Ahmed,
    merci pour votre commentaire. Le style ampoulé de Zola sied effectivement à merveille à un tel sujet…
    Bon lundi de Pâques !

  3. Salah GASMI le 28 mars 2016

    Lecture impeccable; texte terrible à la limite de l’apologie de la haine…

  4. El Youbi Nadia le 28 mars 2016

    Merci merci merci .
    Essai d’actualité . Plus que jamais.

    En attendant notre Zola et de pouvoir crier nos haines aussi …….

    Mille merci !

  5. Cyprien le 28 mars 2016

    Merci Salah ! Cependant, il me semble que, si Zola fait l’apologie de quelque chose dans ce texte, c’est plutôt celle de l’émancipation intellectuelle et de l’avant-garde artistique… La haine, au fond (malgré son outrance), n’est qu’une posture, non ?

  6. Rosena le 19 juin 2017

    Merci, merci !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.