Page complète du livre audio gratuit :


ZWEIG, Stefan – Le Bouquiniste Mendel (Version 2)

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 1h 27min | Genre : Nouvelles


Arcimboldo - Le Bibliothécaire

« C’est seulement par les deux cercles de ses lunettes, à travers ces lentilles luisantes et absorbantes, que les milliards d’infusoires noirs des caractères d’imprimerie s’infiltraient dans son cerveau ; tout le reste ne faisait que passer à côté de lui, comme un vacarme contingent. »

Dans cette nouvelle parue en 1925, et qui appartient au recueil La Peur, Stefan Zweig nous livre une évocation de la société viennoise « d’avant et d’après la première guerre mondiale ».
Ce vieux bouquiniste juif, Jakob Mendel, véritable monument de la mémoire bibliographique mais totalement étranger au monde qui l’entoure, devient la victime d’une Europe qui, oublieuse de son humanité, a sombré dans la barbarie.
À travers cette œuvre sensible, Stefan Zweig nous invite à une réflexion sur la mémoire, le souvenir, le temps et… l’oubli.

« Et pourtant, cet homme, j’avais pu l’oublier ! Il est vrai que la guerre était venue et que je m’étais consacré à mes propres œuvres avec une ardeur semblable à la sienne. Mais j’éprouvais devant cette table vide une sorte de honte à son égard, doublée d’une vive curiosité. Qu’était-il devenu, en effet ? Où pouvait-il se trouver ? »

Traduction : Manfred Schenker (1883-1929).

Illustration: Arcimboldo, Le Bibliothécaire (1570).

Licence Creative Commons

Le Bouquiniste Mendel.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)






> Remarque
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.



> Références musicales :

Max Bruch, Kol Nidrei Op. 47, interprété par l’ensemble Davis High School Orchestra (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 7 094 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

25 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Paruline le 5 décembre 2016

    Un grand merci pour cette magnifique version !
    L’illustration est vraiment bien choisie !

  2. Ishtar le 5 décembre 2016

    Merci beaucoup pour cette très émouvante lecture.
    Merci pour l’intensité et la justesse émotionnelle que vous y avez mis, le récit n’en est que plus marquant !

  3. Josette le 5 décembre 2016

    j’ai l’impression que c’est Stephan Zweig lui- meme
    qui nous lit son oeuvre…..un beau compliment!

  4. Marie-Jo le 6 décembre 2016

    Les deuxièmes versions sont toujours appréciées: elles donnent un éclairage nouveau sur l’œuvre. Il est tout naturel qu’il y ait des voix auxquelles nous soyons plus sensibles. La vôtre en fait partie.
    Merci :)

  5. COZ SIGRID le 11 décembre 2016

    qUELLE HISTOIRE émouvante ; J’ai été très contente aussi d’écouter votre voix pour la première fois.
    Votre lecture est une merveille.
    Je ne connaissais pas du tout ce texte de Zweig.
    Merci

  6. josette le 11 décembre 2016

    Bonsoir,
    En fait je n’ai écouté que la version 2,je ne connais pas la 1…En tout cas la 2 est très convaincante!
    Bonne soirée.

  7. Angèle le 14 décembre 2016

    Grand merci pour cette superbe lecture !

  8. c.dousset le 15 décembre 2016

    Merci à vous, Paruline,Ishtar, Josette, Marie-Jo, Sigrid, Angèle pour vos chaleureux commentaires.Etre comparé à cet immense auteur rend encore plus humble!
    Au plaisir de vous retrouver entre d’autres pages.

  9. Christian Dousset le 31 décembre 2016

    A toutes celles et à tous ceux qui ont prêté une oreille à mes petites déambulations vocales, je souhaite une très heureuse année 2017, dans un monde plus humain et plus solidaire.

  10. josette le 31 décembre 2016

    Merci pour ces bbons voeux,très belle année 2017 ,pleine de joies,excellente santé et merveilleuses rencontres littéraires.

  11. MOLET le 2 janvier 2017

    Merci pour cette lecture très vivante. Votre diction est superbe, très agréable à suivre

  12. K@m de Belleville le 6 mars 2017

    Une nouvelle contre le temps et l’oubli. Ne pas se fier à l’introduction un peu longuette, l’histoire prend un virage dramatique intéressant et la fin est pleine d’humanité. Merci au donneur de voix dont je salue la justesse de sa lecture. // Cette nouvelle qui dure 1h27 est très bien pour une course à pied d’une heure avec échauffement et étirements. :)

  13. Christian Dousset le 23 mars 2017

    Chers Molet et K@m,
    Merci de vos chaleureux commentaires et tant mieux si je peux ainsi apporter ma pierre à la lutte contre l’oubli. Ravi de constater que le texte vous accompagne jusque dans les activités physiques les plus exigeantes.

  14. Loiselle le 19 avril 2017

    Cher monsieur Dousset,
    Vous qui lisez si bien Zweig, auriez-vous le temps de
    nous faire une version 2 de « Le Pickpocket »…?
    Merci à l’avance.

  15. de la Porte le 25 avril 2017

    Bravo pour la justesse de votre lecture, c’est remarquable.
    La nouvelle est très bien, … c’est Zweig, toujours très juste.
    Merci

  16. Dersou le 9 octobre 2017

    Superbe histoire sur un wikipédia ou un Google humain avant la lettre. On a peine à imaginer qu’une tête puisse contenir autant d’informations !!!
    Belle lecture d’une voix chaude et agréable.
    Merci !!!

  17. Christian Dousset le 29 novembre 2017

    Chère Loiselle,
    Quel retard dans la réponse! Merci de votre chaleureux message. Je suis un peu lent dans mes productions mais je vais me pencher sur votre demande avec une grande bienveillance! Au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.

  18. Christian Dousset le 29 novembre 2017

    Chers De la Porte et Dersou,
    Merci de vos tonifiants commentaires. Nos stocks de données numériques aussi performants soient-ils auront-ils jamais cette humanité du vieux bouquiniste? Au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.

  19. marie grattepanche le 24 novembre 2018

    Quelle belle lecture émouvante, prenante. Zweig, lu par vous, Monsieur DOUSSET est près de nous, humain, trop humain, je garderais longtemps en mémoire ce bouquiniste Jakob Mendel, ne jamais oublier et cette histoire et l’histoire et la barbarie. Merci pour ce beau moment.

  20. Christian Dousset le 25 novembre 2018

    Merci,chère Marie, pour votre très touchant
    commentaire. On oublie trop souvent qu’il faut si peu de choses pour que la barbarie s’éveille en l’homme! « Le ventre est fécond »…

  21. Blaise le 25 novembre 2019

    Un immense merci, M. Dousset, pour votre remarquable travail ! J’ai découvert ce site il y a peu, avec deux de vos lectures de Zweig (Le Pickpocket et celle-ci). Vos interprétations tout en délicatesse et en humanité servent avec bonheur ces textes dont la simplicité apparente cache une grande force et une rare finesse d’analyse sur les nuances de l’âme humaine. J’ai réécouté plusieurs fois la dernière phrase du Bouquiniste Mendel, presque anodine et pourtant si chargée de sens et si puissante, émotionnellement.
    J’ajoute que le choix des accompagnements sonores est particulièrement approprié.
    Encore tous mes remerciements pour ces émotions transmises… et encouragements à poursuivre !

  22. Christian Dousset le 26 novembre 2019

    Cher Blaise, de tels encouragements me touchent vraiment. En outre, je suis ravi que le petit habillage musical ait retenu votre attention. Vous avez tout à fait raison de relever l’aspect quasi anodin de nombreux passages, qui constitue la profonde finesse du texte de S. Zweig.
    Au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.

  23. Anne-Claire le 7 mars 2020

    J’adore Stefan Zweig depuis des anneés et maintenant que je n’ai plus le temps de lire, merci de me permettre de l’écouter !! ( en faisant le ménage, comme la pauvre femme du récit qui a finalement un rôle si important dans toute son humilité !) Pouvez-vous en enregistrer d’autres pour raviver ma pauvre mémoire ? Rachel contre Dieu, 24 heures de la vie d’une femme, la peur, le joueur d’échecs, Amok, que de récits extraordinaires !!! Merci !

  24. Christian Dousset le 8 mars 2020

    Chère Anne-Claire, je serais ravi de lire ces oeuvres de Stefan Zweig, auteur que j’apprécie particulièrement, et vous permettre ainsi de retrouver son univers littéraire mais je crains qu’il n’y ait un problème de droits de traducteur: en effet, il me semble que les titres que vous évoquez sont encore couverts par les droits non pas de l’auteur mais du traducteur. Si j’ai pu enregistrer le présent titre c’est que son traducteur en était décédé depuis plus de 50 ans, ce qui n’est pas le cas pour bien d’autres titres de S.Zweig. Je vais vérifier néanmoins et, si c’est possible, je serai heureux de vous accompagner, y compris pendant le ménage!

  25. Christian Dousset le 8 mars 2020

    J’ai été un peu optimiste sur les délais de libération du droit de traduction: il s’agit d’une période de 70 ans et non de 50 ans après le décès or Alzir Hella a disparu en 1953 ce qui libère sa traduction en 2023.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.