Livres audio gratuits de la catégorie 'Correspondance' :


VOLTAIRE – Lettre à Madame Denis : Petit Dictionnaire à l’usage des rois

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 5min | Genre : Correspondance


Adolph von Menzel - Voltaire à la cour de Frédéric I

L’aventure de Voltaire à Berlin se résume ainsi : en 1750 Frédéric, roi « éclairé » de Prusse invite Voltaire à sa cour de Potsdam comme chambellan et oracle en littérature. Leurs relations d’abord chaleureuses se dégradent progressivement,vu le caractère des deux hommes et un jour Voltaire, blessé dans son amour-propre, ne songe plus qu’à s’évader. Il dégage dans cette Lettre à Madame Denis la leçon philosophique et politique de son expérience prussienne.

« Je vois bien qu’on a pressé l’orange ; il faut penser à sauver l’écorce. Je vais me faire, pour mon instruction, un petit dictionnaire à l’usage des rois.
Mon ami signifie mon esclave.
Mon cher ami veut dire vous m’êtes plus qu’indifférent.
Entendez par : je vous rendrai heureux, je vous souffrirai tant que j’aurai besoin de vous.
Soupez avec moi ce soir signifie je me moquerai de vous ce soir.

Le dictionnaire peut être long. [...] »

Illustration : Adolph von Menzel, Voltaire à la cour de Frédéric II.

Lettre à Madame Denis : Petit Dictionnaire à l’usage des rois.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 974 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MALLARMÉ, Stéphane – Pages oubliées (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Correspondance


Montreur d'ours

Trois textes choisis dans Pages oubliées : Plainte d’automne et Frisson d’hiver (deux parties) suivi de Le Spectacle interrompu et de Le Phénomène futur dont l’écriture est plus absconse. Ces deux derniers sont le récit du spectacle d’un montreur d’ours et d’un « Montreur de choses passées » :

« Dans le silence inquiet de tous les yeux suppliant là-bas le soleil qui, sous l’eau, s’enfonce avec le désespoir d’un cri, voici le simple boniment. « Nulle enseigne ne vous régale du spectacle intérieur, car il n’est pas maintenant un peintre capable d’en donner une ombre triste. J’apporte, vivante (et préservée à travers les ans par la science souveraine) une Femme d’autrefois. Quelque folie, originelle et naïve, une extase d’or, je ne sais quoi ! par elle nommé sa chevelure, se ploie avec la grâce des étoffes autour d’un visage qu’éclaire la nudité sanglante de ses lèvres. A la place du vêtement vain, elle a un corps ; et les yeux, semblables aux pierres rares ! ne valent pas ce regard qui sort de sa chair heureuse : des seins levés comme s’ils étaient pleins d’un lait éternel, la pointe vers le ciel, aux jambes lisses qui gardent le sel de la mer première. » »

Pages oubliées.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 335 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FLAUBERT, Gustave – Huit Lettres à Louise Colet

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Correspondance


Louise Colet 2

En 1846, Flaubert (25 ans) s’installe à Croisset, près de Rouen. Peu avant de quitter Paris il avait rencontré et pris pour maîtresse Louise Colet (36 ans), poétesse et femme de lettres (cf. Yolande), dont il se trouve éloigné pour la première fois. La liaison durera 9 ans et sera ponctuée de ruptures violentes et de réconciliations…
Les 8 premières lettres envoyées chaque jour par Flaubert, après son arrivée en Normandie, à la différence de sa Correspondance avec George Sand, contiennent peu d’allusions à ses idées littéraires (il est trop enivré par son amour naissant ! ). On y lit cependant :

« Tu me parles de travail ; oui, travaille, aime l’Art. De tous les mensonges, c’est encore le moins menteur. Tâche de l’aimer d’un amour exclusif, ardent, dévoué. Cela ne te faillira pas. L’Idée seule est éternelle et nécessaire. »
«Aussi est-il fort problématique que jamais le public jouisse d’une seule ligne de moi et, si cela arrive, ce ne sera pas avant dix ans au moins. » (Il se trompe.)
« Je travaille avec un désintéressement absolu et sans arrière-pensée, sans préoccupation ultérieure… »
« Encore maintenant, ce que j’aime par-dessus tout, c’est la forme, pourvu qu’elle soit belle et rien au delà. »
« Il n’y a pour moi dans le monde que les beaux vers, les phrases bien tournées, harmonieuses, chantantes, les beaux couchers de soleil, les clairs de lune, les tableaux colorés, les marbres antiques et les têtes accentuées. » etc…

> Écouter un extrait : 01. 4 août 1846.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 115 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

REGNARD, Jean-François – Voyage de Normandie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Correspondance


Regnard

Le Sage (1668-1747), Marivaux (1688-1769) et Jean-François Regnard (1655-1709) se partagent la scène comique pendant la première moitié du XVIIIème siècle. Ce dernier, grand voyageur épicurien, a beaucoup imité Molière, mais il n’en a pas la profondeur ; il aime les situations burlesques, les coups de théâtre, les traits d’esprit (Le Joueur, Le Légataire universel). Ce Voyage de Normandie est une lettre envoyée à « Artémise » (souvenir de la préciosité), jeune fille à qui il a l’air de faire la cour… qui nous montre sa gaieté franche et communicative.

« Si j’étais bien sûr de votre discrétion, mademoiselle, je vous dirais des choses que vous n’avez pas encore entendues ; mais les filles sont comme les femmes, elles ne vont jamais sans leurs langues ; et je me suis étonné cent fois comment de si grandes langues pouvaient tenir dans de si petites bouches : c’est pourquoi,

De Vernon je me veux taire
Pour le mauvais vin qu’on but ;
Chacun s’y coucha, mais chut ;
Car j’aime en tout le mystère.
Je sais trop comme tout va,
Le monde est fait de manière ;
Je sais trop comme tout va,
L’envie jamais ne mourra. »

Les Normands apprécieront..

Voyage de Normandie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 010 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MACHIAVEL, Nicolas – Lettre à Francesco Vettori

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 12min | Genre : Correspondance


Nicolas Machiavel

Machiavel a écrit cette lettre à Francesco Vettori, diplomate florentin sous les régimes républicains et des Médicis. Il a beaucoup correspondu avec Machiavel. Cette lettre est la plus connue et parle de la conception de son petit ouvrage Le Prince.

Traduction : Jean Vincent Périès (1785-1829).

Lettre à Francesco Vettori.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 817 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ZOLA, Émile – Une lettre et deux poèmes

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 8min | Genre : Poésie


Emile Zola - Dessin

Deux poèmes de jeunesse de Zola (1858 et 1859) et une lettre expliquant ce qu’il pense ce ceux-ci et des poètes actuels.

> Écouter un extrait : Lettre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 875 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHODERLOS DE LACLOS, Pierre – Correspondance avec Madame Riccoboni

Donneuse de voix : Ariane | Durée : 26min | Genre : Correspondance


Jean Honore Fragonard - La poursuite

« On insiste, et l’on me demande, Mme de Merteuil a-t-elle jamais existé ? »
À la suite de la publication des Liaisons dangereuses, une brève correspondance s’établit entre Marie-Jeanne Riccoboni, auteur de romans parmi les plus populaires de son époque, et Laclos. Le sujet : la vraisemblance des personnages des Liaisons, et le double devoir de l’écrivain, joindre l’utile au plaisir, corriger les mœurs et distraire ses lecteurs.
Une occasion d’approfondir la personnalité de Choderlos de Laclos et sa vision de la société de son temps.

Correspondance avec Madame Riccoboni.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 758 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PROUST, Marcel – À propos de Baudelaire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 55min | Genre : Correspondance


M Proust

À propos de Baudelaire est un article dans lequel Proust dit toute son admiration pour ses deux poètes préferés Baudelaire et Vigny et donne son opinion sur Hugo, Musset, Leconte de Lisle, Sully-Prud’homme : il n’est pas tendre avec tous !

Ce sont les pièces condamnées des Fleurs du mal qui l’intriguent le plus et il est intéressant de confronter son jugement avec le dossier enregistré ici Sur le procès des Fleurs du mal.

À propos de Baudelaire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 604 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Correspondance :