Livres audio gratuits de la catégorie 'Discours' :


BROGLIE, Albert (de) – Du dernier conflit entre le président de la République et l’Assemblée nationale (1849)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Discours


Duc Albert de Broglie

Il ne s’agit pas ici du mathématicien Louis de Broglie (1892-1987), prix Nobel de physique, mais d’Albert, duc de Broglie (1821-1901), historien, diplomate et homme d’État français, monarchiste et orléaniste. Ses ouvrages historiques sont très nombreux.

Ce qui nous intéresse, aujourd’hui où les débats sur le sujet fleurissent et refleurissent, est en 1849 cet article de la Revue des deux mondes, Du dernier conflit entre le président de la République et l’Assemblée nationale.

L’auteur a bien évidemment ses idées de Secrétaire d’ambassade à Madrid et à Rome sous le règne de Louis-Philippe Ier, mais il quitte son poste en 1848 et s’abstient de toute activité politique sous le Second Empire à l’heure où il écrit ces lignes.
Avouez que le début était tentant !
« Un mot qui se trouve en ce moment en France dans toutes les bouches c’est que ce sont les républicains qui font tort à la république. Depuis le débat de la semaine dernière, il faut faire un amendement à cette phrase, devenue proverbiale ; il faut ajouter que ceux qui comprennent le moins la république sont encore les républicains.

Toute forme républicaine, par conséquent, donne immédiatement naissance à ces deux questions : Comment sera élu le chef du pouvoir exécutif ? quand, comment, dans quelle mesure, devant quelle autorité sera-t-il responsable ?

La responsabilité du chef de l’état, c’est trop et ce n’est rien. C’est trop, si on en fait usage ; l’état entier est ébranlé quand cette colonne chancelle. Ce n’est rien, si on craint de l’employer et qu’on la laisse dormir dans l’oubli. »

Du dernier conflit entre le président de la République et l’Assemblée nationale.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 602 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DURKHEIM, Émile – Le Rôle des grands hommes dans l’Histoire

Donneuse de voix : Sisyphe | Durée : 20min | Genre : Discours


Émile Durkheim

6 août 1883. Émile Durkheim se trouve face aux lauréats du Lycée de Sens. Il s’interroge.
Comptant parmi les pères fondateurs de la sociologie, il étudie les hommes, les humbles comme les grands. Tant de questions : les premiers doivent-ils honorer ou se défier des seconds ? Génies salvateurs ? Au service de tous ? Au service d’un seul ? Génies asservissant la masse ? Masse uniforme, travailleuse et condamnée à l’ignorance ? Masse d’individualités affranchies ?
À qui la vérité ? À qui le savoir ? À qui le monde ?.

Le Rôle des grands hommes dans l’histoire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 486 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RYNER, Han – Les Artisans de l’avenir

Donneuse de voix : Domi | Durée : 42min | Genre : Discours


Han Ryner

Han Ryner (1861-1938), refusant toute doctrine imposée et déniant la séparation, qu’il estime artificielle, en nations et en classes, se montre toujours très sceptique quant à l’efficacité des révolutions violentes, leur préférant les méthodes de non-coopération. Mais il considère qu’aucune société réellement humaine ne pourrait advenir sans une révolution intérieure opérée par chaque individu en lui-même. (Source : Wikipédia)

« Nous voudrions contribuer à faire que l’avenir soit fraternel. Désir qui certes n’a rien d’original et de nouveau, désir […] probablement aussi ancien que l’existence même de l’homme. A voir que ce désir dure depuis plusieurs millénaires et qu’il n’a pas encore commencé sa réalisation est-ce que nous ne tirerons pas divers enseignements ? Et, à côté de ces enseignements, est-ce que nous en tirerons quelques encouragements ou quelques découragements ? Nous en tirerons des enseignements de patience, mais aussi des enseignements de persévérance ; des enseignements de prudence, mais aussi, malgré l’apparence première, des encouragements. Car, nous le constatons par bien des exemples, tous les désirs que l’homme a portés en lui pendant longtemps, tous les désirs assez essentiels pour qu’il n’y ait pas renoncé au long des siècles, il finit par les réaliser. Mais il les réalise après des millénaires, et après des échecs innombrables. Or il faut que les échecs ne nous découragent jamais et il faut qu’ils nous instruisent toujours. »

« Mes Chers Amis, chacun de nous peut une chose, chacun de nous peut produire en lui-même un homme tel qu’il rêve les hommes futurs. Que chacun de nous réalise cet acte qui paraît d’abord médiocre et qui est le plus merveilleux et le plus rare des chefs-d’œuvre. Que chacun de nous se sculpte et se réalise comme il rêve l’homme de plus tard. Et, dans les laideurs et les tristesses même du présent nous formerons déjà un bien merveilleux oasis de bonté et d’amour. »

Puissent ces deux extraits du texte de Han Ryner, Les Artisans de l’avenir, donner envie de lire ou d’écouter dans son intégralité…

Les Artisans de l’avenir.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 372 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COURIER, Paul-Louis – Pamphlet des pamphlets

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 2h 34min | Genre : Discours


Paul-Louis Courier

Paul-Louis Courier (1772-1825), redoutable polémiste et admirable styliste de la langue française, quoique peu lu, est un des grands noms de notre littérature. Né à Paris en 1772, d’un père tourangeau, il fit de solides études classiques avant de s’engager dans une carrière militaire qu’il abandonna rapidement par esprit d’indépendance. Il se consacra alors à la traduction d’auteurs grecs puis mit sa plume acérée au service de sa révolte contre toutes les injustices : ses pamphlets le rendirent célèbre et lui attirèrent de nombreuses inimitiés. Il meurt assassiné en avril 1825, dans des circonstances qui demeurent mystérieuses.

« Courier est un grand talent naturel, qui a des traits de Byron, et aussi de Beaumarchais et de Diderot. Il a de lord Byron la promptitude à s’emparer de toutes choses qui pourraient lui servir d’arguments ; de Beaumarchais sa grande dextérité d’avocat ; de Diderot, la dialectique, et avec cela, il est si spirituel qu’on ne peut l’être davantage. » (Goethe, Conversations avec Eckermann, lundi 21 mars 1831)

« Laissez dire, laissez-vous blâmer, condamner, emprisonner ; laissez-vous pendre, mais publiez votre pensée. Ce n’est pas un droit, c’est un devoir, étroite obligation de quiconque a une pensée, de la produire et mettre au jour pour le bien commun. La vérité est toute à tous. Ce que vous connaissez utile, bon à savoir pour un chacun, vous ne le pouvez taire en conscience. […] Parler est bien, écrire est mieux : imprimer est excellente chose. » (Pamphlet des pamphlets)

Illustration : Portrait de Paul-Louis Courier, par Ary Scheffer.

> Écouter un extrait : Pamphlet des pamphlets.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 125 398 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FERRAGUS – L’Âne par Victor Hugo

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 38min | Genre : Discours


L'Âne par Victor Hugo

Si l’on excepte la violente diatribe partisane contre Zola et les Naturalistes, qui frise ici le ridicule, on trouvera dans cette conférence, prononcée à Courbevoie le 7 novembre 1880 au profit de la bibliothèque populaire, de merveilleux et admirables éloges, pleins d’allant, de lyrisme, de flamme et de grâce, à la gloire de Victor Hugo, de la recherche de l’Idéal, des vertus humaines, du respect, de la lecture (et notamment de la lecture publique), de l’amitié (et notamment de l’amitié par le livre), de la République et de la Paix.
« Victor Hugo fait-il un rêve impossible ? Faisons-le avec lui, Messieurs ; car on gagne toujours quelque chose à souhaiter l’irréalisable, et, quand nous bornons trop nos désirs de justice et d’amour, nous les tuons. »

Remerciements aux bénévoles de la Bibliothèque Municipale de Lisieux (Calvados), en particulier ici à S. Pestel et A. Guézou, pour leur précieuse contribution au partage gratuit du savoir.

Licence Creative Commons

L’Âne par Victor Hugo.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 425 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SARKOZY, Nicolas et HOLLANDE, François – Discours de victoire à l’élection présidentielle (2007, 2012)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Discours


Deux Présidents

Les discours ne sont pas soumis à la loi des droits d’auteur. Comme nous avons publié en 2009 le discours d’investiture d’Obama, nous retranscrivons celui du Président Sarkozy en 2007 et celui du Président Hollande en 2012 pour servir l’Histoire.

Ces deux moments historiques ne sont pas seulement l’occasion pour les deux élus de proclamer un vibrant Vive la République et Vive la France, mais on trouve aussi d’autres ressemblances dans leurs promesses :
« Ma pensée va à tous les Français qui n’ont pas voté pour moi. Je veux leur dire que par-delà le combat politique, par-delà les divergences d’opinions, il n’y a pour moi qu’une seule France. Je veux leur dire que je serai le Président de tous les Français, que je parlerai pour chacun d’entre eux. » (Sarkozy)

« Aux électeurs, et ils sont nombreux, qui ne m’ont pas accordé leurs suffrages, qu’ils sachent bien que je respecte leurs convictions et que je serai le président de tous. Ce soir, il n’y a pas deux France qui se font face. Il n’y a qu’une seule France, qu’une seule Nation, réunie dans le même destin. » (Hollande)

Chacun pourra commenter ces deux documents à sa guise…

Discours de Nicolas Sarkozy.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 747 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MILTON, John – Sur la liberté de la presse

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 56min | Genre : Essais


Milton Aeropagitica

Le titre complet de ce pamphlet, publié en 1644, est Aréopagitique : Discours de M. John Milton pour la liberté de la presse non autorisée au Parlement d’Angleterre.
Ce titre fait référence à l’Aréopage, ce prestigieux tribunal d’Athènes qui siégeait sur la colline d’Arès (Mars, selon la mythologie latine). Ayant aboli en 1641 la Chambre Etoilée (Star Chamber), instrument honni de la tyrannie royale, et partant libéré la presse, le Parlement – en guerre avec le roi Charles 1er depuis août 1642, et comprenant la Chambre des Lords et la Chambre des Communes – venait en 1643 de réintroduire la censure. Milton ouvre son adresse aux parlementaires, tous protestants, en leur démontrant qu’ils reprenaient ainsi les méthodes de leurs pires ennemis, à savoir la papauté et l’Église catholique. Il argumente que la censure n’avait jamais été exercée, si ce n’est de manière quasi fortuite, ni par les Grecs ni par les Romains, et qu’elle était née de la conjonction du Concile de Trente (1545-1563) et de l’Inquisition, ce tribunal ecclésiastique chargé depuis le XIIIe siècle de lutter contre les hérésies.
La liberté d’encourager le savoir est, dit-il, une partie essentielle de l’éthique chrétienne. La lecture sans contrainte et la diversité d’opinions sont nécessaires au développement de la vertu, et de toute façon la censure des seuls livres et autres publications serait totalement inefficace. Elle ne pourrait en outre que ralentir le progrès de la science, ainsi que le montre le cas de Galilée, rencontré par Milton au cours de son récent voyage en Italie. Milton, futur auteur du Paradis perdu, s’exprime en érudit ami des livres, qu’il considère comme des êtres vivants, et affirme par-dessus tout sa confiance dans le pouvoir de la vérité de triompher dans tout combat loyal avec l’erreur.
En 1788, le comte de Mirabeau reprendra à son compte l’argumentation de Milton, pour dénoncer la censure qui sape les efforts du roi Louis XVI pour s’informer de l’avis de ses sujets concernant la convocation des États Généraux. Il s’en explique dans un avant-propos à sa traduction, d’ailleurs abrégée, du texte de Milton. Celle-ci sera rééditée, sans que soit cité le nom du traducteur, en 1826, lorsque le gouvernement de Charles X envisagera de limiter derechef la liberté de la presse.
Aujourd’hui encore, ce célèbre pamphlet est considéré comme une des meilleures critiques de toute forme de censure.

Traducteur : Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (1749-1791).

Sur la liberté de la presse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 336 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FORNERET, Xavier – Réflexions sur la peine de mort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 16min | Genre : Discours


Ancienne guillotine ayant servi jusqu'en 1848

Xavier Forneret (1809-1884), poète et romancier, (voir Le Diamant de l’herbe) s’occupa aussi de questions d’actualité d’ordre politique et social, comme la peine de mort dont il se révèle farouche partisan, ainsi qu’il le dit dans une Lettre à Victor Hugo qu’il fait suivre de Réflexions sur la peine de mort.
En effet, dans Le Dernier Jour d’un condamné et dans son Plaidoyer contre la peine de mort (Version 1, Version 2), Victor Hugo (1802-1885) se faisait le porte-paroles de ceux qui réclamaient l’abolition de ce châtiment. Il ne sera entendu en France qu’un siècle plus tard, en 1981, et aujourd’hui les sondages estiment à 50% le nombre de ceux qui réclament son rétablissement.

Le plaidoyer de Forneret écrit en 1851 témoigne, avec éloquence, de sa foi dans la cause qu’il défend comme celui de Hugo, à la pensée opposée, prononcé devant l’Assemblée Constituante en 1848. Une confrontation historique d’idées toujours actuelles..

Réflexions sur la peine de mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 061 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Discours :