Livres audio gratuits de la catégorie 'Histoire' :


VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 15)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Biographies


Donjon du château de Roanne

Ici commence le tome II des Mémoires de Vidocq.

Le futur préfet de police, pour la première fois, devient indicateur…

« Dans la fureur où me jeta cette découverte, je pris un parti violent, qui fut en quelque sorte mon début dans une carrière tout à fait nouvelle pour moi. J’écrivis à M. Dubois, commissaire général de la police, pour lui demander de l’entretenir en particulier. Le même soir, on me conduisit dans son cabinet. Après lui avoir expliqué ma position, je lui proposai de le mettre sur les traces des frères Quinet, alors poursuivis pour avoir assassiné la femme d’un maçon de la ruelle Belle-Cordière. J’offris en outre de donner les moyens de se saisir de tous les individus logés, tant chez le Juif que chez Caffin, menuisier, rue Écorche-Bœuf. Je ne mettais à ce service d’autre prix que la liberté de quitter Lyon. »

Contenu du chapitre 15 :

Un receleur. — Dénonciation. — Premiers rapports avec la police. — Départ de Lyon. — La méprise.

Illustration : Ancien donjon du château de Roanne ayant servi de palais de justice jusqu’en 1810 (1884).

Accéder à l’œuvre intégrale.

Chapitre 15.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 314 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TCHERAZ, Minas – Légendes et traditions (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Contes


William Rainey - Querelle entre Alexandre et Cleitos (1910)

Cette nouvelle sélection de L’Orient inédit de Tcheraz comporte quatre contes :

- L’Aveugle
- Le Jardin des Hespérides
- Les Cyclopes

et, le plus truffé de documents inédits, Alexandre le Grand présenté ainsi, dans une allocution, en 1900 à la Sorbonne :

« Mesdames et Messieurs,
Le programme de la Commission d’organisation recommande à la Section de l’histoire des religions dites sémitiques, l’étude de la légende d’Alexandre le Grand chez les Arabes. J’ai recueilli la légende du conquérant macédonien sur les lèvres et dans la presse ethnographique de mes compatriotes arméniens, dont le pays, traversé jadis par ses phalanges, n’est pas éloigné de celui des Arabes. »

Illustration : William Rainey, Querelle entre Alexandre et Cleitos (1910).

> Écouter un extrait : Alexandre le Grand.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 154 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MARX, Karl – Le Capital (Livre Premier, Deuxième Section)

Donneuse de voix : Albatros | Durée : 2h 28min | Genre : Histoire


MarxPortrait Capital1872

Livre premier : Le Développement de la production capitaliste – Deuxième Section : La Transformation de l’argent en capital (traduction de J. Roy entièrement révisée par l’auteur, 1872).

Dans cette seconde section entrent en scène le capitaliste et le travailleur, comme les deux pôles opposés mais indissociables d’un même processus : la transformation de l’argent en capital puis le mouvement illimité d’accroissement du capital.

C’est que, comme on le voit au chapitre 4, à côté du mouvement  « vendre pour acheter », qui permet l’acquisition de biens utiles et qui trouve sa limite dans la satisfaction des besoins, explose, à un certain moment, le mouvement antagonique de la circulation des marchandises « acheter pour vendre » qui lui, n’a pas de limite. Ce dernier se révèle être en fait…           « acheter pour vendre plus cher ». De là, la formation du capital s’accroissant sans cesse – et l’apparition du capitaliste qui est l’ « agent conscient » de son mouvement.

Mais d’où vient la « plus-value » par laquelle le capital s’accroît constamment ? Le chapitre 5 étudie la question de savoir s’il ne proviendrait pas d’un écart entre le prix et la valeur des marchandises, écart qui serait empoché par le capitaliste pendant l’achat ou la vente. Il aboutit à la négative.

L’origine de la plus-value est élucidée au chapitre 6 : elle s’explique par la libre rencontre, quoi que « historiquement déterminée », entre le possesseur d’argent et le possesseur d’une marchandise spéciale, la force de travail. Car la force de travail a la propriété de créer… plus de valeur qu’elle n’en vaut.

Vraiment ?

La valeur de la force de travail étant examinée ici, il ressort que c’est bien en payant toutes les marchandises, y compris la force de travail, à leur valeur (en moyenne), que le capitaliste se trouve néanmoins posséder plus de valeur qu’il n’en a payé et que, dans la circulation, l’argent se transforme en capital.

Tout ceci se produit donc dans le respect le plus strict des « droits de l’homme et du citoyen ».

Si le « libre-échangiste vulgaire » s’en trouve satisfait, le possesseur de la force de travail, c’est-à-dire le travailleur, de son côté, bien que « libre »,  « juridi- quement égal » au capitaliste et « propriétaire » de sa « marchandise », se trouve « timide, hésitant, rétif, comme quelqu’un qui a porté sa propre peau au marché, et ne peut plus s’attendre qu’à une chose : à être tanné. »

Cette version audio est disponible ici avec ou sans les notes. Sans les notes, l’écoute est réduite à 1h33.

Une confrontation a été réalisée dans une « note de la donneuse de voix » avec la traduction de l’édition Quadrige, sous la responsabilité de Jean-Pierre Lefebvre, pour un court passage du chapitre 5 (65 mots).

Traduction : Joseph Roy (18?- 18?)

Illustration : Karl Marx (Le Capital, édition française de 1872).

> Écouter un extrait : Chapitre 04.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 984 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Histoire d’un crime (Deuxième Journée)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 10min | Genre : Histoire


Alphonse Baudin (1811-1851) sur la barricade du faubourg Saint-Antoine, le 3 décembre 1851

Ce texte écrit en 1851 sur la prise de pouvoir par Napoléon III paraît en 1877, au retour d’exil forcé de Victor Hugo.
Il retrace les quatre journées, et fait revivre des personnages de ces heures sombres.

Cette deuxième journée est intitulée La Lutte. Nous sommes le 3 décembre 1851.

« On vient pour m’arrêter
Pour aller de la rue Popincourt à la rue Caumartin, il faut traverser tout Paris. Nous trouvâmes partout un grand calme apparent. Il était une heure du matin quand nous arrivâmes chez M. de la R. Le fiacre s’arrêta près d’une grille que M. de la R. ouvrit à l’aide d’un passe-partout ; à droite, sous la voûte, un escalier montait au premier étage d’un corps de logis isolé que M. de la R. habitait et où il m’introduisit.
[...]
Ces voitures défilaient l’une après l’autre, fermées, gardées, mornes, muettes ; aucune voix n’en sortait, aucun cri, aucun souffle. Elles emportaient au milieu des épées, des sabres et des lances, avec la rapidité et la fureur du tourbillon, quelque chose qui se taisait ; et ce quelque chose qu’elles emportaient et qui gardait ce silence sinistre, c’était la tribune brisée, c’était la souveraineté des assemblées, c’était l’initiative suprême d’où toute civilisation découle, c’était le verbe qui contient l’avenir du monde, c’était la parole de la France ! »

Illustration : Louis-Ernest Pichio, Alphonse Baudin (1811-1851) sur la barricade du faubourg Saint-Antoine, le 3 décembre 1851.

Accéder à l’œuvre intégrale.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 841 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOULLART, Achille Alfred – Un lycée en 1989

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 48min | Genre : Histoire


Lycée de jeunes filles d'Aix-en-Provence, laboratoire (190?)

À écouter par les « anciens » et les « actuels » élèves !

En 1884, A. Moullart, membre de l’Académie des sciences de la Somme, imagine, à la suite d’un rêve, un lycée futur qu’il baptise Un lycée en 1989 où il propose une refondation de l’école.

Ce qui est historiquement instructif pour nous, c’est de savoir qu’en 1884 quelqu’un pouvait penser qu’un jour on ferait de la gymnastique dans un établissement scolaire, qu’« une chaire ne peut être créée si elle n’assure au professeur un traitement assez fort pour qu’il lui soit interdit de donner des leçons particulières », « qu’aujourd’hui un établissement d’instruction dit aux parents : « voici la liste des cours que mes ressources me permettent de vous offrir ; choisissez » », que « nous ne pensons pas que pour être instruit, il soit nécessaire qu’un homme ne sache absolument pas se servir de ses mains ».
et nous y apprenons la future arrivée des lycées professionnels.

Belle conclusion : « – Enfin, dis-je à mon professeur, je vous félicite : vous formez réellement des hommes et des citoyens.
- Nous ne formons rien du tout. L’homme se forme seul ; seul il acquiert les vertus du citoyen. Nous nous bornons à guider ces jeunes gens, mettre à leur portée tout ce qui peut nourrir, élever leur âme, fortifier leur esprit, exercer leur activité physique et morale. »

Illustration : Lycée de jeunes filles d’Aix-en-Provence, laboratoire (190?).

Un lycée en 1989.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 773 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAS CASES, Emmanuel (de) – Mémorial de Sainte-Hélène (Chapitres 09 et 10)

Donneur de voix : Gustave | Durée : 7h 13min | Genre : Histoire


Napoléon Ier dictant ses mémoires aux généraux Montholon et Gourgaud en présence du grand-maréchal Bertrand et du comte de Las Cases

Noble émigré rallié à l’Empire, Emmanuel de Las Cases (1766-1842) est fait chambellan et comte d’Empire. Resté fidèle à Napoléon, il l’accompagne à Sainte-Hélène, partageant son exil jusque fin 1816, où il est arrêté et renvoyé en Europe. Il fait office de secrétaire particulier de l’empereur déchu, notant leurs conversations, dont il compose plus tard, au château de Sohan, le Mémorial de Sainte-Hélène. Cet ouvrage de plus de 2000 pages est sans doute le meilleur témoignage sur la déchéance de Napoléon, mais surtout sur sa pensée, ou du moins de ce qu’il a voulu en laisser. Autorisé à rentrer en France après la mort de Napoléon, Las Cases publie le Mémorial en 1823 ; le succès de l’ouvrage est immense et fait la fortune à son auteur. Ceci est la sixième des huit parties proposées.

Accéder à l’œuvre intégrale.

> Écouter un extrait : 9 septembre 1816.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 561 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Histoire d’un crime (Première Journée)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 5h 38min | Genre : Histoire


Auguste Rodin - Victor Hugo

Ce texte écrit en 1851 sur la prise de pouvoir par Napoléon III paraît en 1877, au retour d’exil forcé de Victor Hugo.
Il retrace les quatre journées, et fait revivre des personnages de ces heures sombres.

Cet essai de Victor Hugo est d’une magnifique précision historique, les lieux de Paris sont décrits avec tout le talent du romancier et de l’historien.
Nous suivons ces journées avec l’auteur, qui met tout son talent, sa vivacité, sa plume si alerte, au service de l’Histoire.

Son ironie n’est jamais loin, mais aussi ses idées politiques et sa générosité nous accompagnent.
C’est un récit, d’un maître littéraire et d’un homme politique engagé.

Ici vous est proposée la Première Journée du coup d’état de décembre 1851.
Nous sommes le 2 décembre, date déjà historique.
Nous suivons l’Histoire, « en direct », grâce à ce texte au style si vivant.

Illustration : Victor Hugo, par Auguste Rodin.

Accéder à l’œuvre intégrale.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 692 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HOUSSAYE, Henry – Aspasie, Cléopâtre, Théodora

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne & Cocotte | Durée : 5h 10min | Genre : Histoire


Relief du grand temple d’Hathor de Denderah, représentant Cléopâtre et son fils Césarion

« Aspasie, Cléopâtre, Théodora, forment la triade des grandes femmes d’amour des temps anciens. Nous avons tenté de peindre l’hétaïre fameuse, la reine courtisane, et la courtisane impératrice au milieu des sociétés et des états de civilisations qu’elles reflètent et qu’elles représentent. Avec Aspasie, on voit Athènes dans l’épanouissement de son immortel génie. Cléopâtre touche à deux mondes : par ses origines, elle appartient au monde égypto-grec, qu’ont énervé le luxe et les débauches et qui va périr avec cette reine fastueuse et dissolue. Par ses amants, elle appartient au monde romain, qui a conservé l’orgueil de son nom, son opiniâtreté indomptable et sa force de fer.
Théodora règne à Byzance au temps où la puissance militaire, l’ordre de l’administration, la richesse publique, l’éclat des arts cachent les germes de la ruine de cet empire trop vaste.

Ne semble-t-il pas que chacune de ces trois femmes correspond à une évolution de la civilisation, dont le foyer est à Athènes au siècle de Périclès, à Alexandrie et à Rome au siècle de César, à Byzance au siècle de Justinien ? » (Henry Houssaye, Préface)

- Aspasie,
- Cléopâtre,
- Théodora.

Illustration : Relief du grand temple d’Hathor de Denderah, représentant Cléopâtre et son fils Césarion.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 365 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Histoire :