Livres audio gratuits de la catégorie 'Histoire' :


BURKE, Edmund – Réflexions sur la Révolution de France

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 11h 13min | Genre : Histoire


Edmund Burke

Réflexions sur la Révolution de France, d’Edmund Burke (1727-1797), est sans doute la plus célèbre attaque contre la Révolution française. Publiée en novembre 1790, elle se présente comme une réponse à un sermon – prêché par Richard Price, pasteur dissident, en novembre 1789 – exaltant la Révolution, et prend la forme d’une longue lettre adressée à un jeune correspondant français.

Il importe de noter que Burke écrit ce pamphlet dans les huit ou neuf premiers mois de 1790, c’est-à-dire après la prise de la Bastille, après le retour forcé de la famille royale de Versailles à Paris (5-6 octobre 89), mais bien avant la fuite à Varennes (20 juin 91), la sanglante invasion des Tuileries (17 août 92), les massacres de septembre 92, l’exécution de Louis XVI (21 janvier 93) et les événements de la Terreur (1993-94). L’ouvrage est néanmoins postérieur à l’Abolition des Privilèges (4 août 89), à la nationalisation ou confiscation des biens de l’Église (2 novembre 89) – longuement commentée par Burke -, et à la Constitution Civile du Clergé (12 juillet 90). Bien que 1790 fût une année relativement calme, Burke condamne en bloc la Révolution et prévoit avec discernement que le pire est encore à venir.
Craignant que les idées révolutionnaires ne gagnent l’Angleterre, il reproche aux Français de détruire de vénérables institutions telles que la monarchie, et de mettre en danger toute une civilisation séculaire, lesquelles n’étaient certes pas parfaites mais méritaient d’être aménagées, réformées, plutôt qu’abolies. La société est à ses yeux un édifice organique où tout se tient, où passé, présent et avenir sont indissolublement liés, et il attache une valeur inestimable aux traditions, à l’expérience d’une sagesse accumulée au cours de nombreux siècles. Il exècre en revanche l’individualisme affirmé de la Déclaration du Clergé.

Cette violente charge contre la Révolution et ses acteurs, promptement traduite en français (mai 91), provoqua de nombreuses réponses, dont la plus célèbre fut Les Droits de l’Homme, de l’Anglais Thomas Paine, paru dès mars 1791 (1ère partie) et février 1792 (2ème partie), qui s’insurge contre le conservatisme et les préjugés de Burke et prend avec enthousiasme le parti des révolutionnaires et de leurs idéaux.

Traduction : Pierre Dupont (1762-1817, Chapitres 01-06), et J.-A.*** (1823, Chapitres 06-23).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 281 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMPAGNAC, Jean-Baptiste-Joseph – Le Berger de Chèvreville – Roch, voleur assassin

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Jules-Adolphe Chauvet - Taverne du Bagne n° 2 Bould. Clichy et bal de la Boule Noire au coin de la rue des Martyrs, Clignancourt (1885)

Deux nouvelles « affaires » d’autrefois tirées des Chroniques du crime et de l’innocence.

Le Berger de Chèvreville :
« Nous allons faire connaître, d’une manière détaillée, cet individu et les crimes qui l’amenèrent devant la Cour d’assises de l’Oise, le 20 juin 1829. »

Roch, voleur assassin :

« À la vue du cadavre, de violents soupçons s’élevèrent contre Roch ; son signalement fut envoyé à la gendarmerie, le surlendemain, 23 janvier 1828, il fut arrêté chez un marchand de vin, aux Batignolles, où il faisait une orgie avec une fille publique. »

Illustration : Jules-Adolphe Chauvet, Taverne du Bagne n° 2 Boulevard Clichy et bal de la Boule Noire au coin de la rue des Martyrs, Clignancourt (1885).

Le Berger de Chèvreville.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 953 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 33)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Pierre-Louis Delaval - Portrait de François-René Vicomte de Chateaubriand (1828)

« La monarchie européenne aurait pu continuer sa vie si l’on eût conservé en France la monarchie mère, fille d’un saint et d’un grand homme mais on en a dispersé les semences fécondes : rien ne renaîtra. »

Ainsi se terminait le livre précédent (32), et voici comment débute ce Livre 33 :
« Vous venez de voir la royauté de la Grève s’avancer poudreuse et haletante sous le drapeau tricolore au milieu de ses insolents amis ; voyez maintenant la royauté de Reims se retirer à pas mesurés au milieu de ses aumôniers et de ses gardes, marchant dans toute l’exactitude de l’étiquette, n’entendant pas un mot qui ne fût un mot de respect, et révérée même de ceux qui la détestaient. Le soldat, qui l’estimait peu, se faisait tuer pour elle ; le drapeau blanc, placé sur son cercueil avant d’être reployé pour jamais, disait au vent : Saluez-moi : j’étais à Ivry ; j’ai vu mourir Turenne ; les Anglais me connurent à Fontenoy ; j’ai fait triompher la liberté sous Washington, j’ai délivré la Grèce et je flotte encore sur les murailles d’Alger ! »

Ce très profond Livre 33 évoque les premiers jours d’août 1830, époque de grande importance historique et politique.

Le 7 août est un jour d’une extrême importance dans la vie de Chateaubriand :
« Chapitre 7 : Journée du 7 août. – Séance à la Chambre des pairs. – Mon discours. – Je sors du palais du Luxembourg pour n’y plus rentrer. – Mes démissions.
Le 7 d’août est un jour mémorable pour moi ; c’est celui où j’ai eu le bonheur de terminer ma carrière politique comme je l’avais commencée ; bonheur assez rare aujourd’hui pour qu’on puisse s’en réjouir.
[...]
Je montai à la tribune. Un silence profond se fit ; les visages parurent embarrassés, chaque pair se tourna de côté sur son fauteuil, et regarda la terre. Hormis quelques pairs résolus à se retirer comme moi, personne n’osa lever les yeux à la hauteur de la tribune. Je conserve mon discours parce qu’il résume ma vie, et que c’est mon premier titre à l’estime de l’avenir. »

Ce Livre 33 clôt la carrière politique de Chateaubriand, commencée avec le Livre 19, Chateaubriand que nous retrouverons en octobre 1830, avec le Livre 34.

Illustration : Pierre-Louis Delaval, Portrait de François René Vicomte de Chateaubriand (1828).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 995 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 32)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Eugène Delacroix - La Liberté guidant le peuple (1830)

Ce Livre 32 est intitulé Révolution de Juillet.

L’auteur commence par la journée du 26 juillet 1830, les Ordonnances datées du 25 sont insérées dans Le Moniteur.

Puis il évoque les 27, 28 :
« Ceux qui jadis avaient recouvert les aigles napoléoniennes peintes à l’huile de lis bourboniens détrempés à la colle n’eurent besoin que d’une éponge pour nettoyer leur loyauté : avec un peu d’eau on efface aujourd’hui la reconnaissance et les empires. »

et 29 juillet sur le plan militaire et civil, et ensuite les 30 et 31 juillet 1830 ; toute la vie politique est traitée avec grand soin.
« M. le duc d’Orléans avait eu, sa vie durant, pour le trône ce penchant que toute âme bien née sent pour le pouvoir. Ce penchant se modifie selon les caractères : impétueux et aspirant, mou et rampant ; imprudent, ouvert, déclaré dans ceux-ci, circonspect, caché, honteux et bas dans ceux-là : l’un, pour s’élever, peut atteindre à tous les crimes ; l’autre, pour monter, peut descendre à toutes les bassesses. M. le duc d’Orléans appartenait à cette dernière classe d’ambitieux. Suivez ce prince dans sa vie, il ne dit et ne fait jamais rien de complet, et laisse toujours une porte ouverte à l’évasion.
Pendant la Restauration, il flatte la cour et encourage l’opinion libérale. »

Le règne de Charles X s’achève, celui du Duc d’Orléans, nommé Lieutenant Général du Royaume, va commencer, comme « Roi des Français », ce qui sera traité par Chateaubriand dans le livre suivant, le Livre 33.

Illustration : Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 858 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CASANOVA, Giacomo – Casanova à Paris (Chapitre 07)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Biographies


Gabelous

Aucune étreinte amoureuse, dans ce chapitre VII, mais la description, par Casanova lui-même, de la colère retentissante (« une voix de Jupiter tonnant ») contre le comportement des gabelous du temps de Louis XV qu’il piqua devant une assemblée respectable. On ne l’avait pas encore vu sous cet aspect !

Contenu du chapitre :

L’Abbé de la ville. – L’abbé Galiani. – Caractère du dialecte napolitain. – Je vais à Dunkerque, chargé d’une mission secrète. – Je réussis à souhait.- Je retourne à Paris par la route d’Amiens. – Mes incartades assez comiques. – M. de la Bretonnière. – Mon rapport plaît. – Je reçois cinq cents louis. – Réflexions.

Chapitre 07.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 577 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – Octave-Auguste

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 4h 20min | Genre : Histoire


Octave-Auguste

« À notre connaissance, ce texte n’a jamais été publié autre part qu’en feuilleton dans l’hebdomadaire Le Monte Cristo de Dumas.

Il a été interrompu à l’époque où Octave n’est pas encore en lutte ouverte avec Antoine, et que celui-ci vient de voir son armée décimée par les Parthes. C’est dire que l’ouvrage ne couvre qu’une faible portion du sujet.

Bien qu’inachevé, il nous a paru susceptible d’intéresser les dumassiens, acharnés à connaître l’ensemble de son œuvre. » Note de l’éditeur

Octave-Auguste fait partie de la série Les Grands Hommes en robe de chambre.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 152 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOUGES, Olympe (de) – Lettre à Monseigneur le duc d’Orléans, premier prince du sang

Donneuse de voix : Maria Scaniglia | Durée : 11min | Genre : Correspondance


La Marseillaise, Arc de Triomphe, par François Rude

« Monseigneur,
Nous sommes arrivés à la terrible révolution où les Citoyens se sont arrogé la liberté de tout entreprendre, & de tout dire. Le Ciel me préserve d’employer aucun moyen violent ; je ne désire que le bien de mes Concitoyens, le salut de ma Patrie, le repos du Monarque & le bonheur public. [...] »

Lettre à Monseigneur le duc d’Orléans, premier prince du sang.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 658 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BROGLIE, Albert (de) – Du dernier conflit entre le président de la République et l’Assemblée nationale (1849)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Discours


Duc Albert de Broglie

Il ne s’agit pas ici du mathématicien Louis de Broglie (1892-1987), prix Nobel de physique, mais d’Albert, duc de Broglie (1821-1901), historien, diplomate et homme d’État français, monarchiste et orléaniste. Ses ouvrages historiques sont très nombreux.

Ce qui nous intéresse, aujourd’hui où les débats sur le sujet fleurissent et refleurissent, est en 1849 cet article de la Revue des deux mondes, Du dernier conflit entre le président de la République et l’Assemblée nationale.

L’auteur a bien évidemment ses idées de Secrétaire d’ambassade à Madrid et à Rome sous le règne de Louis-Philippe Ier, mais il quitte son poste en 1848 et s’abstient de toute activité politique sous le Second Empire à l’heure où il écrit ces lignes.
Avouez que le début était tentant !
« Un mot qui se trouve en ce moment en France dans toutes les bouches c’est que ce sont les républicains qui font tort à la république. Depuis le débat de la semaine dernière, il faut faire un amendement à cette phrase, devenue proverbiale ; il faut ajouter que ceux qui comprennent le moins la république sont encore les républicains.

Toute forme républicaine, par conséquent, donne immédiatement naissance à ces deux questions : Comment sera élu le chef du pouvoir exécutif ? quand, comment, dans quelle mesure, devant quelle autorité sera-t-il responsable ?

La responsabilité du chef de l’état, c’est trop et ce n’est rien. C’est trop, si on en fait usage ; l’état entier est ébranlé quand cette colonne chancelle. Ce n’est rien, si on craint de l’employer et qu’on la laisse dormir dans l’oubli. »

Du dernier conflit entre le président de la République et l’Assemblée nationale.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 610 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Histoire :