Livres audio gratuits de la catégorie '2. Moyen-Âge' :


ANONYME – Les Mille et Une Nuits (Tome 01)

Donneuse de voix : Christine Treille | Durée : 6h 54min | Genre : Contes


Les Mille et Une Nuits

Les Mille et une Nuits est un recueil anonyme de contes populaires en arabe, d’origine persane et indienne. Il est constitué de nombreux contes enchâssés et de personnages mis en miroir les uns par rapport aux autres.

L’origine des contes présents dans Les Mille et une Nuits, avant recueil, est difficile à déterminer du fait de leur transmission orale et de l’absence de sources écrites. Les contes se sont probablement propagés de l’Inde à l’Iran, puis au monde arabe. Figés par l’écrit au XIIIème siècle seulement, les contes sont donc le résultat de la fusion de nombreuses versions orales. Un texte arabe de 987 mentionne l’existence d’un livre persan intitulé Les Mille Contes. Si certains indices indiquent une influence persane, d’autres pourraient faire remonter l’origine des Mille et une Nuits jusqu’à l’Inde du IIIème. Certains contes semblent aussi proprement arabes.

La première traduction française est l’œuvre d’Antoine Galland (1646-1715) publiée de 1704 à 1717, mais une partie a été rédigée par lui-même, en s’inspirant des récits que lui avait contés son assesseur syrien. Pour faire prendre corps et esprit au personnage de Shéhérazade, cet antiquaire du roi (puis professeur de langue arabe au Collège de France) s’est inspiré de Madame d’Aulnoy et de la marquise d’O, dame du palais de la duchesse de Bourgogne.
Selon Abdelfattah Kilito, cette compilation de récits anonymes ne remplit aucun des critères classiques de la littérature arabe : un style noble, un auteur précis et une forme fixe ; de plus, elle met en avant de nombreux particularismes et dialectes locaux, bien éloignés de l’horizon des lettres, ce qui laisse à penser que si Galland n’avait pas transmis cette mémoire, elle aurait disparu. Antoine Galland a notamment intégré aux Mille et une Nuits des récits n’y figurant pas à l’origine. Les aventures de Sinbad, d’Aladin et d’Ali Baba ne faisaient pas partie de l’œuvre en elle-même, si bien que Jacques Finné souligne que Galland est sans doute le seul traducteur de l’histoire « à avoir traduit et donné corps à un texte qui n’existait pas encore officiellement »

> Écouter un extrait : 01. Contes arabes.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 950 101 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Les Amants éconduits – L’Avare dupé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Contes


L'Homme gros d'enfant

Les Amants éconduits met en scène une femme ingénieuse ayant envie de se débarrasser de deux amants qui l’importunent.
L’Avare dupé, ou L’Homme gros d’enfant est une grosse farce leste d’un goût douteux, mais Boccace est Boccace !

« La messagère revient, fait son rapport, et, un moment après, entre Lebrun accompagné du médecin. Il tâte le pouls du malade, et lui dit, en présence de sa femme : « Calandrin, mon ami, si tu veux que je te parle vrai, tu n’as d’autre mal que d’être gros d’enfant. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : L’Avare dupé, ou L’Homme gros d’enfant, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Les Amants éconduits.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 943 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MARIE DE VENTADOUR et GUI D’USSEL – Gui d’Ussel, j’ai bien de la peine à votre sujet (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3min | Genre : Poésie


Marie de Ventadour

La cour de Ventadour était réputée pour son activité culturelle où l’amour courtois était célébré de longue date. Marie de Ventadour était la protectrice et l’inspiratrice de troubadours (vers 1165-vers 1222) ; la seule œuvre qui nous soit parvenue d’elle est une tenson « échange entre deux poètes », de 1197 en versets alternés composés par elle-même et par Gui d’Ussel, un de ses poètes protégés.
Le problème posé dans l’histoire de cette tenson était le suivant : « Une fois qu’un homme a réussi par sa cour à séduire une dame, devient-il son égal ou demeure-t-il son serviteur ? ». Marie défend le second point de vue.

Gui d’Ussel, ayant perdu sa dame, ne chantait plus. Les dames du pays en furent affligées et en particulier Marie que Gui avait souvent louée… La tradition rapporte que« Gui d’Ussel se trouvait à la cour de Madame Marie ; et celle-ci, pour le ramener aux chansons et à la joie, fit un couplet dans lequel elle lui demanda s’il était convenable qu l’ami eût autant de suzeraineté sur la dame que la dame sur lui. Et, sur ce motif, Madame Marie le provoqua à échanger une tenson et lui dit : « Gui d’Ussel, j’ai peine pour vous »… »

Ce joli dialogue courtois vous est présenté dans la traduction de Jean Audiau (1897-1927) avec comme titre le premier vers : Gui d’Ussel, j’ai bien de la peine à votre sujet.

Gui d’Ussel, j’ai bien de la peine à votre sujet.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 534 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – Trois Contes et fabliaux du Moyen Âge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


Les Trois Aveugles de Compiègne

Ces trois contes sont à ajouter à la douzaine de Fabliaux et contes du Moyen Âge, sélectionnés par Louis Tarsot (1857-19?), déjà publiés sur le site.
Les Trois Aveugles de Compiègne est le récit des bons tours joués par un jeune clerc malicieux à trois aveugles, à un hôtelier et à un prêtre.
Griselidis est l’histoire d’un riche marquis qui épouse une jolie paysanne et qui, pour être sûr de son amour, lui fait subir de cruelles épreuves dont elle triomphe par sa vertu.
Les Deux Chevaux raconte une querelle entre deux maquignons, un moine peu honnête et un vilain astucieux à propos d’un échange de deux haridelles sans valeur.

Accéder au recueil complet Contes et fabliaux du Moyen Âge.

> Écouter un extrait : Les Trois Aveugles de Compiègne.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 604 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHARLES D’ORLÉANS – Poésies (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 6min | Genre : Poésie


Charles d Orleans

Le prince Charles d’Orléans (1394-1465), fils de Louis de France, assassiné par Jean sans peur, duc de Bourgogne, a composé 131 chansons, 107 ballades, sept complaintes et 409 rondeaux, dont un assez connu (déjà lu dans une précédente sélection).

« Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.
Il n’y a bête ni oiseau
Qu’en son jargon ne chante ou crie :
« Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie, »
Rivière, fontaine et ruisseau
Portent en livrée jolie,
Gouttes d’argent, d’orfèvrerie;
Chacun s’habille de nouveau.
Le temps a laissé son manteau. «
(à noter qu’au moyen-âge l’octosyllabe se lisait « portent en livré-e joli(e) »)

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 138 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DANTE ALIGHIERI – Vision de la mort de Béatrice (Poème)

Donneur de voix : Gilles-Claude Thériault | Durée : 5min | Genre : Poésie


Gabriel Rossetti - Le Rêve de Dante

Les visions, les ‘imaginations’ et les apparitions
rythment l’histoire poétique de la ‘Vita Nuova
et l’ardeur amoureuse et mystique
de Dante pour Béatrice.

‘L’imagination’,
en état de maladie, du chapitre XXIII,
se rapproche davantage de la vision,
puisque tournée vers l’avenir,
de la vision en songe,
en raison de sa connotation mystique.

Une ‘imagination’ terrifiante.
Jeux d’ombre et de lumière,
rachetés par l’ascension de la ‘Gentilissima’.
Et alors la mort est anoblie et désirée.

Illustrations :
Le rêve de Dante - Dante’s Dream at the Time of the Death of Beatrice (1871)
de Dante Gabriel Rossetti.

À la fin du XIIIe siècle, Dante réalisa en langue dite vulgaire,
la langue du peuple qui s’oppose au latin des savants et des lettrés,
les fondations de la littérature et de la langue italiennes.
À écouter, cet extrait dit par le comédien Marco Cacciapuoti.

Traduction : Maxime Durand-Fardel (1815-1899).

Vision de la mort de Béatrice.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 724 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – La Chanson de Roland

Donneuse de voix : Domi | Durée : 5h 13min | Genre : Histoire


La Chanson de Roland

La Chanson de Roland nous est peut-être plus connue grâce à Victor Hugo que grâce à ce texte du Moyen Âge dont l’auteur est inconnu.
Ce texte a été traduit par les plus grands, le plus célèbre étant sans doute Joseph Bédier.
Le texte enregistré est celui de Joseph Fabre (1842-1916). En 1906, il publie la traduction dédiée à l’Armée nationale de ce qu’il considère comme l’épopée du patriotisme français.
Joseph Fabre choisit de donner une traduction rythmée du texte qui corresponde au texte original selon le manuscrit d’Oxford, qui est assonancé.
Dans un souci de logique, il présente un prologue à la Chanson ; on y voit comment Olivier et Roland se rencontrent, comment la belle Aude est fiancée à Roland.
La chanson nous narre la trahison de Ganelon, la lutte des Français contre les Sarrasins, la mort de tous les preux barons de Charlemagne et la victoire des Français.
Le texte est simple, les sentiments exprimés sont simples (courage, honneur, loyauté) ; mais malgré cela ou peut-être grâce à cela, il se forme un riche portrait des barons du Moyen Âge.

Illustration : Épée de la salle militaire au musée saint Rémi, photo de G. Garitan (licence Cc-By-Sa-3.0).

> Écouter un extrait : Prologue : Roland et la belle Aude.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 31 461 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Les Oraisons pour la santé – L’Oraison contre les revenants

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Contes


Les Oraisons pour la santé

Deux nouvelles du Décaméron où les mots « oraison » et « patenôtres » prennent des significations érotiques. L’ordre monastique à Florence y est vivement attaqué par les narrateurs.

« Hélas ! à la honte de ce siècle pervers et corrompu, les moines, vous le savez, ne rougissent pas de paraître dans le monde, gras, dodus, vermeils, délicats, recherchés dans leurs habits, et de marcher, non comme la modeste colombe, mais tels que des coqs orgueilleux, qui lèvent avec fierté leur crête panachée. Leurs chambres sont pleines de pots de confitures, de dragées, d’eaux de senteurs, des meilleurs vins de Grèce et des autres pays, de liqueurs, de fruits d’ambroisie ; de sorte qu’elles ressemblent plutôt à des boutiques d’épiciers ou de parfumeurs qu’à des cellules de religieux. » (Les Oraisons pour la santé)

« Ainsi on peut choisir, entre ces deux oraisons, celle qui plaira le plus, ou les adopter toutes deux, si on le juge à propos. On vient de voir qu’elles ont une grande vertu : les dames peuvent en faire usage dans l’occasion. » (L’Oraison contre les revenants, ou La Tête d’âne)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Les Oraisons pour la santé, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Les Oraisons pour la santé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 240 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour 2. Moyen-Âge :