Livres audio gratuits de la catégorie '2. Moyen-Âge' :


FRANÇOIS d’Assise (Saint) – Lettres

Donneur de voix : Iamnot & | Durée : 30min | Genre : Correspondance


François d'Assise, Fresque

Très prisé au Moyen-Âge pour la liberté de forme qu’il permettait, le genre épistolaire fut évidemment utilisé par Saint François d’Assise (1181-1226), et quelques unes de ses lettres eurent une large diffusion. Tantôt brefs conseils et simples recommandations, tantôt véritables petits traités de vie spirituelle, le « Poveretto » ne se lassait pas de rappeler à tous (chefs des peuples, clercs, fidèles, religieux et supérieurs de son ordre) les principales vérités à croire sur Jésus, et les obligations qui en découlent pour chacun (charité fraternelle, pénitence, réception et respect des sacrements de l’Église, etc.).

Traduction : Ubald d’Alençon (1872-1927).

> Écouter un extrait : Au Frère Léon.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 362 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – Ghazels (Poèmes persans)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Poésie


Ghazels (Poèmes persans)

Dans la la littérature islamique, les ghazels sont des poèmes lyriques généralement courts et gracieux parlant d’amour. Le genre s’est développé à la fin du 7ème siècle en Arabie. Les deux principaux types de ghazels sont originaires du Hedjaz (aujourd’hui l’ouest de l’Arabie saoudite) et l’Irak. Ils ont atteint leur plus grand raffinement dans les œuvres de Hafez .
Les vingt mini-poèmes lus ici traduisent le bonheur ou les douleurs d’amoureux ou de jeunes filles comblés ou déçus.

« Son grain tiède glisse entre les doigts telle une caresse,
Ainsi a glissé sur mon âme le doux sourire d’Aïcha.
Mille autres sourires ont passé sur mon âme.
L’un y a fait une brûlure ; l’autre y a laissé un dard.
Où retrouver, dans le désert de ma vie,
Le grain de sable qui fut le sourire d’Aïcha ? » (Le Sable)

Traduction : Marguerite Ferté (1925).

> Écouter un extrait : Le Derviche.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 524 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – Aucassin et Nicolette (Chantefable)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


Aucassin et Nicolette

Aucassin et Nicolette, composé par un troubadour anonyme du XIIIème siècle conte le roman d’amour contrarié d’un joli damoiseau et d’une gente demoiselle.
Moins tragique que Tristan et Iseult, cette naïve chantefable (mi-chant en vers, mi-fable en prose) est un des joyaux de notre littérature médiévale.

« Qui de vous veut entendre l’histoire de deux amants jeunes et beaux ? Il s’agit d’Aucassin et de Nicolette. Je vous dirai tout ce qu’Aucassin eut à endurer pour sa mie au teint de lis, et toutes les prouesses qu’il fit pour elle. Il n’y a nul homme, quelque triste qu’il soit, qui n’en serait charmé. Il n’y en a aucun, fût-il même au lit souffrant et malade, qui ne se trouvât guéri de l’entendre, tant le conte en est doux et touchant. »
« Aucassin était un jeune homme grand et bien fait, beau comme le jour ; mais l’amour qui tout surmonte l’avait vaincu, et il était tellement occupé de sa mie, qu’il n’avait voulu jusqu’alors entendre parler ni de chevalerie ni de tournois. »
« Nicolette avait de beaux cheveux blonds et naturellement frisés. Elle avait les yeux bleus et riants, les dents blanches et petites, le visage bien proportionné. Vos deux mains eussent suffi pour contenir sa taille légère. Son teint était plus frais que la rose du matin, ses lèvres plus vermeilles que cerises au temps d’été ; enfin jamais vos yeux n’ont vu plus belle personne. »

Traduction : Louis Tarsot (1857-?).

Accéder au recueil complet Contes et fabliaux du Moyen Âge.

Aucassin et Nicolette.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 622 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SOMADEVA – L’Histoire romanesque d’Udayana, roi de Vatsa

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 18min | Genre : Contes


SOMADEVA

L’Histoire romanesque d’Udayana, roi de Vatsa est un extrait du Kathāsaritsāgara de Somadeva (Océan qui reçoit les rivières des contes) écrit au Cachemire entre 1063 et 1082.

Mais le véritable auteur est Gunadhya qui vécut au IIIe siècle de notre ère, et écrivit la Bṛhatkathā (La Grande Histoire) en paiçâcî. Son œuvre est perdue, mais elle reste pour les Indiens le premier et le plus célèbre des grands romans de l’Inde.

Somadeva n’est qu’un adaptateur ; il le proclame lui-même et s’en fait gloire.
La popularité de Gunadhya fut immense : au Népal, il est au rang des saints. La légende rejoint le personnage. Comme pour Dante qui passait pour être descendu aux Enfers comme son héros, Gunadhya passe pour être un génie céleste déchu, retombé dans la condition humaine, comme les personnages de la Bṛhatkathā.

Extrait : « Son époux ne se lassait point de la contempler. Elle lui confia qu’elle avait une envie, le priant de la contenter : c’était de se baigner dans un étang qu’on aurait rempli de sang. Le roi, voulant satisfaire à son désir, sans enfreindre la morale, fit emplir un bassin d’une solution de laque et autres matières colorantes : cela ressemblait à un lac de sang. La reine s’y baignant, se trouva enduite de laque rouge. Soudain, un oiseau de la race de Garuda fond sur elle et l’enlève, pensant qu’elle fût un quartier de chair. »

Traduction : Félix Lacôte (1873-1925).

Ouvrage de référence : Essai sur Gunadhya et la Bṛhatkathā de Félix Lacôte (1908).
Illustration : aquarelle sur papier du 16ème siècle représentant une scène du Kathāsaritsāgara (source : Wikipédia).

L’Histoire romanesque d’Udayana, roi de Vatsa.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 941 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – L’Innocence reconnue

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Contes


L'Innocence reconnue

L’Innocence reconnue (II,8) est la quinzième des nouvelles du Décaméron enregistrées (il en reste 85…)

Une princesse, mariée, éconduite par l’honnête comte à qui elle voulait s’offrir, se venge de cette humiliation, entraînant mille péripéties jusqu’à la fin heureuse, comme il se doit dans les contes de Boccace.

« Le vertueux Gautier, qui, tout innocent qu’il était, semblait, par sa fuite, s’être déclaré criminel, arriva à Calais, avec ses deux enfants, sans se faire connaître. Il passa tout de suite en Angleterre, et marcha droit à Londres, sous l’habit de mendiant. La première leçon qu’il fit à ses enfants fut de leur recommander de souffrir patiemment la pauvreté où la fortune les avait réduits, et de ne déclarer jamais à qui que ce fût, s’ils ne voulaient s’exposer à perdre la vie, ni d’où ils étaient, ni qui était leur père. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : L’Innocence reconnue, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

L’Innocence reconnue.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 480 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Faucon

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 16min | Genre : Nouvelles


Boccace - Le Faucon

« Un jeune et bien appris gentilhomme de Florence du nom de Frédéric Alberighi aima furieusement Monna Jeanne, une des plus belles et des plus gracieuses dames de la ville.
Frédéric se mit à dépenser son bien sans compter ; et c’étaient, chaque jour, de grands festins pleins de pompe, délicats et friands. Puis il se montrait magnifique en fêtes, en joutes et en tournois. »
est le début du conte de Moréas : Le Faucon inspiré, sans changer de titre, de cette nouvelle de Boccace Le Faucon qui commence ainsi :

« Il y eut autrefois à Florence un jeune gentilhomme fort riche, nommé Fédéric, fils de messire Philippe Albérigni, d’une maison illustre. L’art et la nature n’avaient rien épargné pour en faire un jeune homme accompli ; il n’avait point son pareil parmi la jeune noblesse toscane. Il devint amoureux, comme c’est assez l’ordinaire de ceux de son âge et de son rang, d’une dame de condition, nommée Jeanne, qui, de son temps, passait pour une des plus belles et des plus aimables femmes de Florence. »

Il est littérairement intéressant de comparer le texte original de Boccace (1345) à l’adaptation de Moréas(1900).

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Le Faucon.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 703 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FRANÇOIS d’Assise (Saint) – L’Office de la passion

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 21min | Genre : Religion


Francois d Assise a genoux par Francisco de Zurbaran 1639

L’Office de la passion (ou Psautier de Saint François) est une composition toute personnelle du saint qui utilisa des passages des psaumes de la Bible afin de fabriquer ses propres psaumes. Il les récitait en les ordonnant différemment selon les fêtes liturgiques afin de célébrer la gloire de Dieu et méditer sur les mystères de notre salut.

Traduction : Louis Berthaumier (1819-1870).

> Écouter un extrait : Antienne.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 344 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FRANÇOIS d’Assise (Saint) – Considérations sur les stigmates

Donneur de voix : Iamnot & | Durée : 1h 42min | Genre : Religion


Francois d Assise Fresque 2

Ces Considérations tirées des Fioretti de saint François d’Assise nous retracent la petite histoire des stigmates qu’il reçut le 17 septembre 1224. Le récit de l’impression dans sa chair de ces marques de la Passion Christ (Troisième Considération) est précédé par celui de l’installation de François avec quelques compagnons sur le mont Alverne (Première Considération) et de leur vie austère dans cette solitude (Deuxième Considération), et suivi par le récit de la vie du saint de sa descente de l’Alverne jusqu’à sa mort (Quatrième Considération) et enfin par les révélations et miracles qui vinrent confirmer la vérité des stigmates après sa mort (Cinquième Considération).

Traduction : Auguste Riche (1824-1892).

> Écouter un extrait : Avant-propos.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 765 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour 2. Moyen-Âge :