Livres audio gratuits de la catégorie '2. Moyen-Âge' :


BOCCACE, Jean – Le Mauvais Conteur – Les Conseils de Salomon – Le Berceau

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Pedro Berruguete - Le Roi Salomon (ca. 1500)

Le Mauvais Conteur (Journée VI, Nouvelle 1) :

« Or, vous saurez que ce gentilhomme était aussi propre à raconter des histoires qu’à porter une épée au côté. Il s’embrouille, il se répète, il se reprend, il veut recommencer, il s’embarrasse de nouveau, confond les noms ; en un mot, il ne sait ni ce qu’il dit, ni ce qu’il doit dire. »

Les Conseils de Salomon (Journée IX, Nouvelle 9) :

« Le bruit de la miraculeuse sagesse de Salomon s’était répandu par tout l’univers : on savait aussi qu’il ne dédaignait pas d’en donner des preuves à quiconque lui en demandait ; de tous côtés on venait à lui, on le consultait sur les affaires les plus urgentes et les plus épineuses. »

Le Berceau (Journée IX, Nouvelle 6) :

« Dans la plaine de Mugnon, près de Florence, vivait naguère un bon homme qui tenait auberge. Quoiqu’il fût pauvre et sa maison petite, il logeait quelquefois les passants ; mais ce n’était que lorsque l’extrême nécessité l’exigeait ou que les voyageurs étaient de sa connaissance. Il avait une femme jeune encore et assez jolie ; une fille de quinze à seize ans, pleine de grâces et d’appas, un petit garçon d’un an, qui tétait encore sa mère, composaient le reste du ménage. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Pedro Berruguete, Le Roi Salomon (ca. 1500).

> Écouter un extrait : Le Mauvais Conteur.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 829 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Rossignol – L’Esclave ingénieux

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Contes


L'Esclave  ingénieux

La deuxième et la quatrième nouvelles de la cinquième Journée du Décaméron.

L’Esclave ingénieux commence mal :

« Vous n’ignorez pas qu’au nord, et tout auprès de la Sicile, il y a une île qu’on appelle Lipari. Vous saurez donc qu’il y eut autrefois, dans la capitale de cette petite île, une jeune fille nommée Constance, qui joignait à une naissance honnête une figure très-intéressante. Un jeune homme, à peu près de son âge, nommé Martucio Gomito, qui ne manquait ni d’esprit ni de bonne mine, en devint amoureux. La demoiselle, qui lui trouvait des agréments infinis, se fit un devoir de répondre à son amour, et n’était jamais plus contente que lorsqu’elle le voyait ou qu’elle pouvait s’entretenir avec lui. Martucio, encouragé par ce tendre retour, se hasarda de la faire demander en mariage à son père, qui la lui refusa net, parce qu’il le trouvait trop pauvre. »

mais Le Rossignol finit bien :

« Quelques jours après, les noces se firent publiquement en présence des parents et des amis des nouveaux mariés, selon toutes les formalités requises. La fête, qui fut brillante et magnifique, se fit chez le père de la demoiselle, qui eut tout sujet de se féliciter de l’avoir si bien mariée. On assure que le rossignol dont elle avait fait choix chanta longtemps au gré de ses désirs. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : L’Esclave ingénieux, Le Décaméron (1846, éditions Barbier).

Le Rossignol.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 762 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – La Femme courageuse – La Femme adultère, ou La Loi réformée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


La Femme courageuse

La Femme courageuse (Journée III, Nouvelle 9) du Décaméron.

« En un mot, le comte de Roussillon fut au comble de la joie, et eut depuis pour sa femme autant d’égards et de tendresse qu’il avait d’abord montré de mépris et d’indifférence. »

La Femme adultère, ou La Loi réformée (Journée VI, Nouvelle 7)

« Dans la ville de Prato, il y avait autrefois contre les femmes une loi bien rigoureuse, pour ne pas dire injuste et cruelle. Par cette loi, celles qui étaient surprises par leurs maris en adultère devaient être brûlées vivantes sans miséricorde. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : La Femme courageuse, 1846, aux éditions Barbier.

La Femme courageuse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 090 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Présomptueux humilié – Le Cocu consolé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Contes


Le Cocu consolé

La moitié des cent Contes du Décaméron de Boccace est maintenant sur notre site, dont :

Le Présomptueux humilié (Journée VIII, nouvelle 4), avec un personnage secondaire d’une mentalité discutable :

« Elle s’adressa, pour cet effet, à une vieille entremetteuse, qu’on aurait prise pour une sainte, à n’en juger que par l’extérieur. Cette femme avait toujours le chapelet au poing, et passait la plus grande partie du temps dans les églises ; elle n’ouvrait la bouche que pour bénir le Seigneur, louer la vie des saints, ou parler des plaies de saint François ; en un mot, on l’aurait canonisée sur sa mine. La belle prit son temps pour s’ouvrir à cette bonne hypocrite : elle lui conta son cas, et ce qu’elle se proposait d’exécuter. « Ma fille, répondit la vieille béate, j’approuve votre dessein ; et quand votre mari serait moins coupable, vous feriez très-bien de mettre à profit les instants précieux de votre jeunesse. Pour toute femme qui a du jugement, il n’est point de regret plus cuisant que celui d’avoir perdu le fruit de ses belles années. » »

Le Cocu consolé (Journée V, nouvelle 10), avec un personnage secondaire repoussant de laideur :

« Madame Picarde avait une servante qui n’était pas des plus vieilles, mais qui, en récompense, était la plus laide créature qu’il fût possible de voir. Qu’on se représente un visage plein de coutures, un nez de travers, des lèvres d’une grosseur extraordinaire, une bouche large, des dents longues, des yeux louches et bordés de rouge, un teint jaune et noirâtre, et l’on n’aura encore qu’une faible idée de sa laideur. Le reste du corps était parfaitement analogue au visage. Elle était toute contrefaite, bossue et boiteuse du côté droit ; en un mot, on aurait dit que la nature avait pris plaisir d’en faire un monstre de laideur et de difformité. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Cocu consolé de 1846, aux éditions Barbier.

Le Présomptueux humilié.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 914 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ABÉLARD, Pierre et HÉLOÏSE – Lettres

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 9h 41min | Genre : Religion


Tombe d'Héloïse et d'Abélard

Abélard et Héloïse sont passés à la postérité.
Abélard est un brillant théologien et un maître admiré de ses élèves. Le chanoine Fulbert l’engage comme professeur pour sa nièce Héloïse, âgée de 20 ans environ. Un grand amour naît entre eux.
L’oncle, furieux, lui fait subir le supplice de la castration. Abélard entre dans un monastère et poussera Héloïse à entrer au couvent d’Argenteuil, dont elle deviendra abbesse.
Les Lettres échangées par les deux amoureux sont un monument de la littérature française.
Leur tombe se trouve à Paris, au cimetière du Père Lachaise.

- Lettre d’Abélard à un ami
- Lettres 02 à 05
- Lettres 06 et 07
- Lettre 08 d’Abélard

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 5 012 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ABÉLARD, Pierre et HÉLOÏSE – Lettre 8 d’Abélard

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 3h 30min | Genre : Religion


Raymond Monvoisin - Héloïse dans le tombeau d'Abélard

L’objet de la seconde demande d’Héloïse était une règle pour les religieuses du Paraclet : il trace cette règle dans ce livre, où les citations des saints Pères forment comme un bouquet de fleurs. Il y traite des trois vertus principales des moines : la continence, la pauvreté volontaire et le silence. Il met à la tête de la congrégation sept sœurs officières chargées de veiller aux choses qui regardent les âmes et à celles qui concernent les besoins temporels ou corporels. Il règle avec une sage précision tous les détails de la vie monastique.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Accéder à l’œuvre intégrale.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 769 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – La Feinte par amour

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Nouvelles


La Feinte par amour

S’il fallait choisir un des contes du Décaméron, très représentatif de l’ensemble, on pourrait penser à La Feinte par amour, sixième nouvelle de la troisième journée (il manque, il est vrai, un moine…).

« Naples est une ville très-ancienne, et à coup sûr une des plus agréables de l’Italie. On y vit autrefois un jeune homme de qualité, fort riche, qu’on appelait Richard Minutolo. Quoiqu’il fût marié et qu’il eût une femme fort aimable et fort jolie, il ne laissa pas de devenir amoureux d’une autre dame, qui surpassait, à la vérité, toutes les Napolitaines par sa vertu, sa beauté et ses agréments. C’était madame Catella, femme d’un gentilhomme nommé Philippe Figinolpho, qu’elle aimait de tout son cœur et par-dessus toutes choses. L’amoureux Richard fit auprès d’elle tout ce qu’un homme passionné peut tenter pour se rendre agréable à une femme et s’en faire aimer ; mais tous ses soins furent inutiles : la dame était insensible pour tout autre que pour son mari. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

La Feinte par amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 006 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – La Trompeuse trompée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


La Trompeuse trompée

Dans les cent contes du Décaméron, la plupart du temps les femmes, souvent innocentes, sont victimes des galants ou cupides Ravennais, Florentins, Napolitains ou Patermitains.

Ce n’est pas le cas de Madame Blanche-Fleur, la mal nommée, qui essaie de « plumer » (dit Boccace) un jeune homme ardent mais dont la ferveur amoureuse pour la belle se retournera contre elle, et Salabet deviendra le plumeur de La Trompeuse trompée (Journée VIII, nouvelle X).

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

La Trompeuse trompée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 126 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour 2. Moyen-Âge :