Livres audio gratuits de la catégorie '2. Moyen-Âge' :


ABÉLARD, Pierre et HÉLOÏSE – Lettres 06 et 07

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 2h 36min | Genre : Religion


Jean-Baptiste Mallet - Héloïse à l'abbaye du Paraclet

Dans la lettre 6, Héloïse prie instamment Abélard de lui répondre à elle et à ses religieuses sur deux points principaux. Qu’il leur apprenne d’abord l’origine de leur état ; en second lieu, qu’il leur donne une règle, qu’il leur dicte les conditions d’un genre de vie qui convienne spécialement à des femmes, ce dont aucun des saints Pères ne s’est occupé.

La lettre 7 n’est presque qu’un délicat panégyrique du sexe féminin. Abélard, à qui Héloïse, dans sa lettre précédente, avait demandé, tant en son nom qu’au nom de ses compagnes, de leur écrire touchant l’origine de l’ordre des religieuses, répond arec de larges développements à cette lettre et à ce désir. Faisant remonter l’origine de l’ordre à la primitive Église et jusqu’à la sainte association instituée par le Sauveur du monde, il passe en revue ce que Philon le Juif et ce que l’Histoire Tripartite rapportent des premiers ascètes. Partout, dans cette lettre, il exalte le sexe féminin, et il honore de ses louanges la virginité, non seulement chez les chrétiennes et chez les juives, mais encore chez les femmes du paganisme. Abélard s’attache surtout à l’éloge de la virginité, dont il cite de remarquables exemples chez les païens.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Accéder à l’œuvre intégrale.

> Écouter un extrait : Lettre 06, d’Héloïse.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 142 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – L’Heureuse Rencontre – Le Mari jaloux et cruel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


L'Heureuse Rencontre

L’Heureuse Rencontre (Décaméron, V, 6) n’a pas la même issue, on s’en doute, que Le Mari jaloux et cruel (Décaméron, IV, 9), mais il s’en est fallu de peu que le premier conte ne finît mal comme le second !

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

L’Heureuse Rencontre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 263 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ABÉLARD, Pierre et HÉLOÏSE – Lettres 02 à 05

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 55min | Genre : Correspondance


Abélard et Héloïse

À 37 ans, Abélard est un célèbre maître en théologie à la cathédrale Notre Dame de Paris. Le chanoine Fulbert lui confie l’éducation de sa nièce de 17 ans, Héloïse.
Une grande passion naît entre le professeur et sa jeune élève. Ils deviennent amants, se marient (alors qu’un clerc devait rester célibataire) et ont un enfant. Fou de rage, le chanoine Fulbert fait subir à Abélard la plus horrible mutilation.
Héloïse prend le voile au monastère bénédictin d’Argenteuil. En 1129, elle devient abbesse du monastère du Paraclet, Abélard se retire comme moine à l’abbaye de Saint Denis. À partir de ce moment, leur passion charnelle se transforme en un échange intellectuel et philosophique et s’exprimera dans leurs lettres.

Voici les quatre premières lettres de cet échange. La première, Lettre à un ami, retrace la douloureuse histoire d’Abélard.

Les amours d’Abélard et Héloïse sont passées à la postérité. Ils reposent désormais dans le même tombeau au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Traduction : Victor Cousin (1792-1867).

Accéder à l’œuvre intégrale.

> Écouter un extrait : Lettre 02 d’Héloïse à Abélard.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 511 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Les Pêcheuses – Le Basilic salernitain

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Le Basilic salernitain

Le conte Les Pêcheuses (Décaméron, X, 6) est ainsi daté :
« Il n’est personne qui n’ait entendu parler plusieurs fois du roi Charles le Vieux ou Charles Ier, qui, ayant vaincu glorieusement le roi Mainfroi, chassa les Gibelins de Florence et y rétablit les Guelfes. »

« Tandis que le vieux roi Charles soupait joyeusement et qu’il repaissait avec satisfaction ses regards des touchantes beautés de ce lieu solitaire, entrent deux jeunes filles, âgées de quinze ans, toutes deux blondes, toutes deux ayant les cheveux tressés avec grâce et couronnés d’une guirlande de pervenches. Leur visage était si joli, les traits en étaient si délicats, qu’elles ressemblaient plutôt à des anges qu’à des femmes. [...] Le roi ne put voir sans étonnement deux si belles filles ; cependant il ne dit mot, impatient de voir à quoi aboutirait un semblable appareil. »

Le Basilic salernitain (Décaméron, IV, 5) est une tragédie amoureuse mêlée de fantastique :
« Cette pauvre fille, qui ne cessait de demander son vase, mourut bientôt après. Le genre de sa mort, la disparition de ses frères, et quelques propos lâchés par la femme qui l’avait accompagnée dans l’endroit où Laurent avait été enterré, rendirent la chose presque publique, et l’on fit sur cette aventure une romance qu’on chante encore aujourd’hui ; c’est celle qui commence ainsi :
Quel est le mortel inhumain
Qui m’a volé sur ma fenêtre
Le basilic salernitain ? etc. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Les Pêcheuses.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 013 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Boulanger – Le Cuisinier – La Gageure

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Contes


Le Cuisinier

Trois nouvelles de Boccace, plus brèves qu’à l’ordinaire et ne traitant ni d’amour, ni de moines ni de fourberies. De bonnes histoires, seulement pour passer trois jours de peste à Florence.

Le Boulanger (Journée VI, Nouvelle 2)
« Depuis ce jour, il fut de ses amis, et disait souvent que c’était grand dommage qu’un aussi galant homme passât sa vie dans le métier de boulanger. »

Le Cuisinier (Journée VI, Nouvelle 4)

« C’est ainsi que par une repartie tout à fait plaisante, le cuisinier esquiva la punition et fit sa paix avec son maître. »

La Gageure (Journée VI, Nouvelle 6)

«« Je le prouverai si bien, que vous serez forcé d’avouer, vous et les autres, que j’ai raison. » Puis il ajouta : « Plus une famille est ancienne, plus elle est noble de l’aveu de ces messieurs : or, la famille des Baronchi est la plus ancienne de Florence ; donc elle est la plus noble de toutes. Il ne me reste donc, pour gagner la gageure, qu’à prouver l’ancienneté des Baronchi. »»

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

> Écouter un extrait : Le Boulanger.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 728 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Prologue du « Décaméron » – L’Enfer des amantes cruelles

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Nouvelles


L'Enfer des amantes cruelles

Le Prologue du Décaméron aurait dû être lu avant la première des cent nouvelles il y a cinq ans. (Mieux vaut tard…)

L’Enfer des amantes cruelles (Journée V, Nouvelle 08) est une illustration de son cas « personnel » évoqué par Boccace dans son prologue. Amusante coïncidence… !

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Prologue du « Décaméron ».

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 255 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ANONYME – Le Roman de Renart et d’Ysengrin son compère (Version 2, Œuvre intégrale)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 6h 30min | Genre : Contes


renartgoupil

Le Roman de Renart est un ensemble disparate de récits animaliers composés par différents auteurs. Il met en scène des animaux dont les deux principaux sont le loup Ysengrin et surtout le goupil Renart, le héros si célèbre. C’est du nom de Renart que provient le mot renard, qui a remplacé le mot goupil dans la langue française.

Dès le XIIe siècle, la bourgeoisie a sa propre littérature, véritable satire sociale avant la lettre. Elle est par essence malicieuse, pittoresque, mais le plus souvent réaliste.

Mais le monde des animaux, miroir du monde humain, sert avant tout à critiquer celui-ci. Les auteurs se moquent de tout, des chevaliers aux pèlerins, de la justice aux courtisans, montrant partout l’hypocrisie. Successeurs d’Ésope, ils préfigurent les fables de Jean de La Fontaine.

La version proposée s’intitule : Les Aventures de Maître Renart et d’Ysengrin, son compère, mises en nouveau langage et racontées dans un nouvel ordre par M. A. Paulin, membre de l’Institut, professeur de littérature du Moyen-âge au Collège de France (1860).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 400 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – La Force du sentiment – Le Philosophe épicurien – Le Revenant

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


La Force du sentiment

Trois nouvelles du Décaméron de trois journées différentes :

La Force du sentiment (Journée IV, Nouvelle 08) « Vous saurez que mon fils, quoiqu’il ne soit encore âgé que de quatorze ans, est passionnément amoureux de la fille d’un tailleur, notre voisin, nommé Silvestre. Or si nous n’apportons un prompt remède à cette passion, il pourra fort bien se faire qu’il l’épouse un jour secrètement ; et je mourrais de douleur si cela arrivait. »

Le Philosophe épicurien (Journée VI, Nouvelle 09) « Comme il passait pour avoir beaucoup d’estime pour Épicure, et pour tenir un peu au sentiment de ce philosophe, ceux qui n’étaient pas d’humeur à lui rendre justice disaient qu’il n’étudiait que pour se convaincre qu’il n’y a point de Dieu. »

Le Revenant (Journée VII, Nouvelle 10) « Ayant entendu prêcher plusieurs fois sur les plaisirs et les peines de l’autre vie, selon qu’on avait bien ou mal mérité dans celle-ci, et ne pouvant s’en former une juste idée d’après les divers sentiments des prédicateurs, les deux jeunes amis se promirent un jour, avec serment, que le premier qui mourrait viendrait informer l’autre de ce qui en était. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

> Écouter un extrait : La Force du sentiment.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 727 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour 2. Moyen-Âge :